Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour le mot-clef ‘solitude des âgés’

Comment gérer les fêtes de Noel avec un proche âgé?

mardi 5 décembre 2017

C’est bientôt Noël et, comme chaque année, c’est le branle-bas le combat pour la grande réunion de famille ! Parents, enfants, conjoints, petits-enfants… un joyeux mélange d’âges qui engendrera à coup sûr fous rires ou prises de bec ! Chef d’orchestre de la soirée, vous devrez également prendre en charge ceux de vos proches qui sont les plus âgés. Voici quelques conseils pour que tout se passe bien le jour J :

Prévoyez un plan de table

À vous de décider si vous souhaitez placer les convives ou non. Rappelez-vous que ceci permet d’éviter de laisser quelqu’un totalement de côté, de séparer les éventuels « combattants » ou de ne pas imposer à votre sœur célibataire les récits sans fin des aventures des trois chérubins de votre cousine jeune maman. La conversation languit ? Lancez les anecdotes d’enfance, chacun devrait pouvoir y trouver son compte ! Entre deux plats, il peut être souverain de s’accorder des petites pauses. La cuisine peut être un havre de paix où s’accorder une vraie respiration, au sens propre comme au sens figuré ! Si le stress monte, c’est le moment d’essayer de mettre en pratique quelques exercices de relaxation que l’on aura pris le temps de tester avant les fêtes !

Préparez un menu simple

L’objectif n’est pas que vous restiez toute la soirée en cuisine. Il faut que vous puissiez profiter de vos invités. Misez sur les valeurs sûres, avec de préférence des plats que vous pouvez préparer la veille ou même bien à l’avance et que vous pourrez congeler. N’hésitez pas à prévoir un buffet de manière à ne pas avoir à vous préoccuper des allergies ou des préférences alimentaires des uns ou des autres. Mettez les invités à contribution. Tout le monde peut participer que ce soit en apportant quelques plats, en mettant le couvert, en débarrassant, ou en veillant à ce que les verres soient pleins… Faites confiance à vos proches, confiez leur des tâches précises : vous allégerez ainsi votre quotidien avant les fêtes et le jour J ! Le mieux est l’ennemi du bien. Personne ne s’attend à ce que tout soit parfait. Restez raisonnable ! L’important est que vous passiez un bon moment tous ensemble.

Occupez-vous de vos proches âgés

Si vous avez des personnes âgées parmi vos invités, profitez des fêtes pour les faire parler de leur passé! C’est un cadeau pour tous que vous allez pouvoir offrir cette année. Prenez le temps de les écouter, faites leur raconter leur vie : Comment il ou elle a vécu la guerre, comment était l’école, leur premier emploi, les grands événements dont ils se souviennent, leurs amours, leurs mariages, la naissance de leurs enfants… Vos grands-parents seront sans doute ravis d’avoir un auditoire réellement attentif. Munissez-vous d’un carnet et notez toutes ces précieuses informations. C’est l’histoire de votre famille qui se redessine le temps d’une soirée, d’un après-midi, d’un week-end ! Vous pourrez, pourquoi pas, mettre toutes ces notes au propre pour les partager avec votre famille, en les accompagnant des photos que votre proche serait prêt à commenter. N’hésitez pas à retracer également l’histoire de votre famille en remontant les générations. C’est peut-être même le moment de créer votre arbre généalogique. Pour cela, vous pouvez utiliser Geneanet en ligne ou télécharger l’édition gratuite de Généatique 2018.

 

Échanger et partager : le credo des seniors à la retraite!

jeudi 28 septembre 2017

Pour être réussie, la période du départ à la retraite doit être active et productive. C’est cette approche  qui vous conduira au bien-être et à la sérénité. Elle vous aidera également à contrer les éventuels effets négatifs de cette période comme l’apparition des différents  effets du vieillissement, la perte du statut social et les pertes affectives. Votre départ en retraite doit devenir le grand projet de votre vie!

Partir en voyage pour se changer les idées

Il existe une multitude d’activités que vous pouvez faire à la retraite. Par exemple partir en voyage pour découvrir de nouveaux horizons. N’hésitez pas à partir en vacances plusieurs fois par an même si vous êtes seul(e). Il existe des formules de voyages organisés qui s’occuperont de tous les détails pour vous. Il vous sera également possible de rencontrer d’autres personnes seules au cours de ces voyages.

Échanger et partager

A la retraite, nombreux sont les seniors qui choisissent de partager leur savoir et leur expérience professionnelle en formant des jeunes à leur métier. D’autres encore se spécialisent dans l’aide aux devoirs des enfants. Que ce soit pour ceux de leur famille ou ceux des voisins, cette implication dans la vie de leur prochain leur est très bénéfique et leur apporte de nombreuses satisfactions. Il en est de même pour le bénévolat.

Faire du bénévolat

Le bénévolat est bénéfique pour tous ! Il vous permettra de créer des liens avec des gens que vous n’avez jamais rencontrés. Bien sûr, il apportera du bien aux personnes qui en bénéficieront mais il renforcera également votre tissu social. Être bénévole permet également de sentir utile et de rebooster son estime de soi dans les meilleures conditions. Un tiers de ces volontaires a plus de 55 ans, retraités pour la plupart, ils sont appréciés pour leur expérience et disponibilité, qu’ils mettent volontiers au service des autres. « Etre capable de s’engager auprès de ceux et celles qui en ont le plus besoin, donner une heure par semaine, ou plus selon sa disponibilité, c’est avant tout faire preuve d’altruisme et de solidarité. C’est également devenir acteur d’un projet, membre d’une équipe associative, et donc rester actif et utile le plus longtemps possible ».

Aidants de personnes âgées: sachez reconnaître votre épuisement

mercredi 5 juillet 2017

Plus de 4 millions d’aidants prennent en charge des proches dépendants et aujourd’hui, leur santé inquiète les pouvoirs publics ! En effet, les aidants proches assument de nombreuses responsabilités par rapport à la personne aidée et ce, souvent, malgré leurs multiples occupations professionnelles, personnelles et familiales. Ce qui les expose au stress et à l’épuisement physique et moral.
Bilans, évaluations des situations physiques et psychologiques, mise en relation avec des associations d’aide à domicile permettant de prendre un peu répit… Plusieurs initiatives ont vu le jour pour tenter d’aider les aidants à se préserver mais ce n’est pas si simple.

Créer des réseaux d’entraide pour les aidants

C’est une des solutions à mettre en place  rapidement pour soulager les aidants. Effectivement, ces réseaux s’avéreront vite cruciaux pour soutenir les aidants et leur éviter de tomber dans l’épuisement. En effet, à long terme, la seule façon de se préserver  consiste à se créer un véritable réseau de soutien. Dans ce réseau, l’aidant pourra inclure les membres de sa famille, ses amis proches, ses connaissances et même parfois ses voisins si ceux-ci sont d’accord. Il pourra également inclure des intervenants publics ou privés du réseau de la santé, des auxiliaires de vie d’entreprises privées et dans certains cas, des bénévoles envoyés par des organismes communautaires. Les membres de ce réseau devront pouvoir être sollicités à chaque fois que l’aidant aura besoin de s’absenter que ce soit pour remplir certaines obligations ou pour prendre quelques heures de répit. La clé de son équilibre résidera dans la bonne utilisation de ce réseau.

Aidants : N’hésitez pas à prendre du temps pour vous!

Les aidants sont souvent des personnes très fières qui rechignent généralement à demander l’aide d’un tiers! Pourtant, dans leur situation, rien n’est plus important que d’avoir des appuis, des personnes sur lesquelles elles peuvent compter en cas de problème ou d’absence. De plus, la personne aidée sera malheureusement beaucoup plus demandeuse en temps et en énergie au fur et à mesure de l’aggravation de son état de dépendance. Alors, pour être sûr de tenir sur la longueur, mieux vaut s’entourer de personnes de bonne volonté qui pourront épauler les aidants. Attention toutefois à ne pas culpabiliser si on doit laisser son proche âgé aux bons soins d’une autre personne pendant quelques heures. Pour cela, l’aidant doit être persuadé que ce n’est qu’en se faisant soutenir, qu’il pourra continuer à rester un bon aidant!

 

 

Isolement des personnes âgées: nous sommes tous concernés!

mercredi 21 juin 2017

Une récente étude menée sur un échantillon de 244 personnes à qui on a posé la question : « Êtes-vous concerné de près ou de loin par la question de l’isolement des personnes âgées ? », a donné les résultats suivants: Plus de 50% des personnes interrogées étaient concernées par la question.

L’isolement des âgés : Un sujet qui nous touche de très près

Effectivement, les personnes ayant répondu « oui » ont pratiquement toutes affirmées être concernées par la solitude d’un parent. Ce qui rend cette problématique beaucoup plus sensible. A cela s’ajoute la culpabilisation du placement en maison de retraite et la volonté de la personne âgée de rester vivre le plus longtemps possible à son domicile.

Le maintien à domicile doit-il être choisi en priorité?

Aujourd’hui, les familles, les politiques et les personnes âgées elles-mêmes ont tendance à privilégier le maintien à domicile en raison d’une culpabilisation sociale des personnes plaçant leurs proches en maisons de retraite, d’une volonté de réaliser des économies publiques, et d’une mauvaise image de certains établissements d’accueil ayant été médiatisés en raison de sévères manquements. Toutefois, les maisons de retraite se sont modernisées au cours des années et sont aujourd’hui très nombreuses à offrir des prestations de qualité ainsi qu’un environnement chaleureux pour une personne âgée.

Faire appel à des organismes d’orientation en maison de retraite

Cette démarche serait une bonne solution pour guider les familles confrontées à ce choix difficile concernant la sécurité et le bien-être de leur proche. Néanmoins, on constate que le manque d’informations et le tabou persistent quant aux maisons de retraite, ce qui freine les gens et les empêche souvent de faire  appel à des organismes de ce type.
Espérons que les mentalités évolueront sur le sujet!

 

 

Dépression et nutrition : y-a-t-il un lien?

mercredi 10 mai 2017

Seulement chez les personnes âgées, on compte déjà 15 % à 20 % d’entre eux qui vivent des épisodes dépressifs. Ceux-ci passent souvent inaperçus et ont notamment pour causes : la solitude; la mort du conjoint ou d’amis; des facteurs physiologiques liés au vieillissement (baisse de la sérotonine) ou même la sous-alimentation.

Les effets de l’alimentation sur la dépression

Il a été prouvé dans une récente étude scientifique que la sous-alimentation pouvait causer des carences nutritionnelles contribuant à la dépression. Les nutriments mis en cause étant essentiellement l’ acide folique et la vitamine B12. La nutrition peut donc également jouer un rôle crucial pendant la dépression.

Le livre “régime anti-déprime”

Le Docteur Ferreri est l’auteur du livre “régime anti-déprime”. Selon lui, il existe un lien entre ce que nous consommons et ce que nous ressentons. Le cerveau a besoin pour bien fonctionner, de certains « bons » aliments et à l’inverse, certains aliments sont mauvais pour son fonctionnement comme les graisses saturées et les graisses industrielles…Par ailleurs, pour produire de la sérotonine et de la noradrénaline il faut, par une bonne alimentation, savoir apporter à l’organisme, les bons acides aminés qui se trouvent dans les protéines.

Diminuer l’anxiété grâce au magnésium

Pour calmer certaines manifestations de l’anxiété, certains minéraux peuvent être utiles et notamment le magnésium. L’alimentation ne peut nullement remplacer les traitements médicamenteux, mais si celle ressent une petite baisse de moral, réorienter son alimentation peut aider une personne déprimée à remonter la pente. Par ailleurs, l’alimentation peut aussi avoir un impact important sur la mémoire émotionnelle. En effet, certains plats peuvent nous rappeler de bons souvenirs et ainsi apporter un sentiment de plaisir à celui qui les consomme.

Les organismes de placement en maison de retraite sont-ils utiles?

jeudi 16 mars 2017

Le but : Informer, conseiller, orienter en maison de retraite

Recherche difficile, longues listes d’attente, tarifs supérieurs au budget disponible, méconnaissance des aides sociales accessibles, nombre limité d’établissements dans certaines régions, inadéquation des résidences à la pathologie de la personne à placer… Tout porte à croire que trouver une maison de retraite adaptée sera long et fastidieux. Pourtant, les familles peuvent faire appel à des organismes d’aide à l’orientation en maison de retraite comme Retraite Plus.

Retraite Plus, un organisme gratuit pour les familles

Leader européen de l’orientation en maison de retraite, Retraite Plus accompagne gratuitement les familles tout au long de leur recherche d’une solution d’hébergement temporaire ou permanente (EHPAD, Foyers logement, Maisons de retraite et Résidences services). Plus de 50 experts en gérontologie sont à l’écoute des familles pour les conseiller et les orienter au mieux en fonction des principaux critères suivants :
• Impératifs budgétaires et subventions (APA, aides sociales)
• Niveau de médicalisation des établissements en adéquation avec le niveau de dépendance de la personne (GIR)
• Préférences géographiques
• Degré d’urgence du placement
• Disponibilités dans les maisons au moment de la recherche
• Niveau de confort souhaité, prestations dans les établissements, régimes alimentaires ….

Une meilleure stratégie pour trouver une maison de retraite ou un EHPAD

Avec ces organismes, tout est mis en oeuvre pour aider les familles dans leur recherche de maisons de retraite. Leurs conseillers utilisent un outil avec un accès à des bases de données qualifiées sur les résidences afin de permettre une sélection au plus proche des besoins de chaque famille. Un seul et même conseiller suit la famille, sans limite de temps, et organise les rendez-vous avec les établissements sélectionnés. Toutefois, ces organismes sont mal connus et pas assez utilisés. Effectivement il existe une véritable méconnaissance à l’égard de ce type d’organismes. (20% des personnes que nous avons interrogées lors d’un récent sondage, ne connaissent pas ces organismes). Néanmoins, les personnes ayant fait appel à eux ont été satisfaits par le service rendu par ce type d’organismes. Ils trouvent que le service est  » utile », « pratique », que la « prise en charge est bonne », qu’il y a un « contact agréable et rappels fréquents et de qualité » fournissant un « soutien utile aux familles ».