Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour le mot-clef ‘isolement des âgés’

Seniors : attention aux troubles liés à l’âge

mardi 31 octobre 2017

Troubles inhérents à l’avancée en âge, plusieurs affections comme le glaucome, la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA) ou les acouphènes peuvent affecter la qualité de vie des personnes âgées. Effectuer des bilans de santé réguliers permettent de dépister ces troubles au plus tôt avant que ceux-ci ne deviennent trop handicapants.

Les troubles de la vue chez les seniors

Une diminution de l’acuité visuelle chez une personne âgée ne devra pas être mise sur le compte de la vieillesse. Mieux vaut consulter rapidement un ophtalmologiste. Lui seul pourra procéder à différents examens avant de poser un diagnostic. Il faut savoir qu’un diagnostic précoce, à partir de 50
ans, permet de limiter considérablement les risques de malvoyance. Car certaines pathologies comme la DMLA, peuvent, faute d’avoir été diagnostiquées et prises en charge suffisamment tôt, entraîner des complications notamment pour conduire, lire et écrire.

La perte de l’audition chez les personnes âgées

La presbyacousie désigne une perte de l’audition progressive et liée à l’âge. Elle peut être sérieusement handicapante et il n’est pas toujours facile de prendre immédiatement la mesure de la situation. En effet, la perte de l’audition se faisant souvent de manière insidieuse et lente, il peut être tentant de chercher d’abord à tolérer la gêne. Pourtant dès l’apparition d’un trouble auditif, sa prise en charge doit être immédiate car celui-ci peut engendrer du stress ou une déprime.

Les acouphènes chez les seniors

Il s’agit de bruits parasites qui peuvent perturber sérieusement la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Entendus même en l’absence de source sonore extérieure, les acouphènes
peuvent survenir après une exposition à des bruits intenses (concert, travaux…). Ceux-ci peuvent également apparaître lorsque l’audition commence à baisser avec l’âge ou dans le cas où le sujet est atteint d’une pathologie de l’oreille. Généralement temporaires, les acouphènes doivent tout de même être traités. Dans tous les cas, il est recommandé de s’adresser à un ORL, qui déterminera l’origine de l’acouphène et décidera du traitement le plus adapté.

 

 

 

Les animaux sont-ils des alliés santé?

mardi 12 septembre 2017

Il semblerait bien que oui puisque par le biais de la zoothérapie, il est possible de développer le potentiel cognitif, psychologique et social des enfants et des personnes âgées. En effet, cette thérapie d’un nouveau genre implique chez le patient une plus grande attention  et ainsi améliore ses capacités de concentration, de mémoire  et de discernement.

La Zoothérapie: en quoi ça consiste?

Lors des séances de zoothérapie, les résidents sont incités à caresser les animaux et parfois à en prendre soin, ce qui leur permet de créer un lien avec le monde extérieur. Le but de ces séances est également d’induire des groupes de conversation. Les animaux utilisés peuvent être de tous les types : chien, âne, cheval, lapin… car à  chaque animal  ses vertus : Le chat permettrait l’apaisement et d’avoir moins d’insomnies. Le chien lui, permettrait de se dépenser physiquement à travers les balades quotidiennes. Les poissons auraient un véritable effet relaxant et le cheval permettrait de se libérer de ses angoisses ou de sa colère. En fait, il apparaît rapidement que la présence de l’animal agit comme  un catalyseur induisant un certain comportement ainsi que comme  un  instrument de projection aidant à exprimer toutes sortes de sentiments.

De véritables vertus thérapeutiques

Si ce qui touche le plus les personnes âgées c’est principalement le  sentiment d’être aimé « inconditionnellement » par l’animal, la zoothérapie a de nombreuses autres vertus thérapeutiques insoupçonnées par la plupart d’entre nous. Par exemple, l’animal ressent nos émotions. Il se fait notamment plus câlin lorsque nous sommes tristes.  De plus, selon certaines études, la présence d’un animal domestique dans une maison permettrait de diminuer le rythme cardiaque de ses habitants. Il convient de rappeler que cette méthode n’a pas pour vocation de soigner mais elle peut néanmoins prévenir, voire ralentir l’évolution d’une maladie.

Isolement des personnes âgées: nous sommes tous concernés!

mercredi 21 juin 2017

Une récente étude menée sur un échantillon de 244 personnes à qui on a posé la question : « Êtes-vous concerné de près ou de loin par la question de l’isolement des personnes âgées ? », a donné les résultats suivants: Plus de 50% des personnes interrogées étaient concernées par la question.

L’isolement des âgés : Un sujet qui nous touche de très près

Effectivement, les personnes ayant répondu « oui » ont pratiquement toutes affirmées être concernées par la solitude d’un parent. Ce qui rend cette problématique beaucoup plus sensible. A cela s’ajoute la culpabilisation du placement en maison de retraite et la volonté de la personne âgée de rester vivre le plus longtemps possible à son domicile.

Le maintien à domicile doit-il être choisi en priorité?

Aujourd’hui, les familles, les politiques et les personnes âgées elles-mêmes ont tendance à privilégier le maintien à domicile en raison d’une culpabilisation sociale des personnes plaçant leurs proches en maisons de retraite, d’une volonté de réaliser des économies publiques, et d’une mauvaise image de certains établissements d’accueil ayant été médiatisés en raison de sévères manquements. Toutefois, les maisons de retraite se sont modernisées au cours des années et sont aujourd’hui très nombreuses à offrir des prestations de qualité ainsi qu’un environnement chaleureux pour une personne âgée.

Faire appel à des organismes d’orientation en maison de retraite

Cette démarche serait une bonne solution pour guider les familles confrontées à ce choix difficile concernant la sécurité et le bien-être de leur proche. Néanmoins, on constate que le manque d’informations et le tabou persistent quant aux maisons de retraite, ce qui freine les gens et les empêche souvent de faire  appel à des organismes de ce type.
Espérons que les mentalités évolueront sur le sujet!

 

 

La silver économie c’est quoi?

jeudi 23 février 2017

On parle de « silver économie » pour désigner l’économie au service des personnes âgées. En France, des initiatives associatives et entrepreneuriales se multiplient autour de cette problématique paradoxalement féconde.

Le but : répondre aux besoins des personnes âgées

Les acteurs sont nombreux, et de secteurs d’activité variés : santé, communication, services, habitat, sécurité, etc. Ainsi, depuis 2008, un certain nombre d’acteurs franciliens de « l’économie du troisième âge » ont formé un réseau, la Silver Valley, afin de « mettre en place les conditions propices au développement de projets d’innovation et aux partenariats commerciaux et industriels pour répondre aux besoins et aux usages des personnes âgées et de leurs proches ».

Silver économie ou l’économie liée au grand-âge

Le vieillissement présente donc d’importantes opportunités de croissance, à tel point que les pouvoirs publics en ont fait une filière industrielle prioritaire. En effet, la silver economie, comprise comme l’innovation au service de la longévité, est fixée comme la sixième ambition des sept ambitions pour la France du rapport de la commission « Innovation 2030 ». Dans ce rapport, on apprend notamment que, globalement, les seniors bénéficient d’une situation financière plus favorable (de l’ordre de 30%) que le reste de la société. Si leurs revenus ont été multipliés par sept en vingt ans, ce sont eux qui détiennent la majorité du patrimoine des ménages et du portefeuille boursier en France.

Les seniors et la technologie

D’autre part, si les personnes âgées en situation d’isolement ne se sont pas encore adaptées aux nouvelles technologies, ce ne sera sans doute pas le cas de la génération suivante. En effet, 30% des internautes ont aujourd’hui plus de 50 ans.

Ce segment de marché sera ainsi l’objet d’une forte croissance dans les années à venir, en partie par l’intermédiaire des biens de consommation, et en partie en termes de prévention, de prolongement de l’autonomie, de maintien à domicile ou d’hébergement en maison de retraite.

La dépression en question!

dimanche 31 juillet 2016

edito1Ancien interne des hôpitaux de Paris, ancien chef de Clinique et aujourd’hui maître de conférences et praticien à l’hôpital saint Antoine dans le service de psychiatrie et connu pour être  l’auteur de nombreux livres sur la dépression le docteur Ferreri répond aux questions que l’on se pose sur la dépression dans une interview exclusive donnée sur la chaîne médicale Live Doctors.

Pourquoi les français utilisent-ils autant de traitements psychotropes?

En chiffres, trop de traitements sont prescrits mais pas assez chez les personnes dépressives.

Comment peut-on aider une personne en dépression?

L’entourage peut aider en entourant soutenant et déculpabilisant la personne mais surtout en l’encourageant à consulter.

Y a-t-il un lien entre la dépression et la perméabilité intestinale?

On n’est pas encore capable de le prouver mais il y a un lien entre ce que nous consommons et notre  bien-être psychique.

Y a-t-il des moyens d’éviter la dépression ou de remonter la pente?

Il faut prendre soin de soi et éviter toutes les substances psychoactives: alcool cannabis… Elles sont toxiques pour le bien-être psychique.

Quelle est la durée moyenne d’une dépression? 

Il est nécessaire de la traiter rapidement sinon elle risque de durer entre six mois et un an. Lorsque l’on met un traitement en place et que la personne est répondeuse, on peut observer une amélioration au bout de quinze jours et une vraie rémission après environ trois mois. Même si la personne se sent bien, elle n’est pas guérie, il est donc important de poursuivre le traitement sur six mois afin d’éviter une rechute.
A savoir: Une personne ayant fait une dépression a 50% de risques de refaire une dépression dans les deux ans qui suivent,et 75% de risques de refaire une dépression durant sa vie.

Pour en savoir plus, regardez les vidéos de la chaîne Youtube Live Doctors!

Personnes âgées et dépression : comment réagir?

mardi 19 juillet 2016

Portrait of the elderly woman. A photo on outdoors

Ancien interne des hôpitaux de Paris, ancien chef de Clinique et aujourd’hui maître de conférences et praticien à l’hôpital Saint-Antoine dans le service de psychiatrie, le docteur Ferreri également connu comme l’auteur de nombreux livres sur la dépression, nous parle de la dépression chez les personnes âgées et les jeunes enfants dans une interview donnée sur la  nouvelle chaîne médicale Live Doctors.

Identifier la dépression

Le phénomène de dépression est très fréquent surtout chez  les femmes qui en sont deux fois plus touchées que les hommes.
En France, il y a 3 millions de personnes dépressives avec une prévalence entre 5 à 15% de la population. On considère qu’en 2020, la dépression sera la deuxième cause de handicap juste après les maladies cardiovasculaires.

La dépression est une préoccupation sanitaire majeure qui nécessite une prise de conscience collective. C’est la raison pour laquelle les médias lancent régulièrement  des campagnes de sensibilisation auprès du grand public. L’intérêt est de faire connaitre la dépression comme maladie et de lutter contre la stigmatisation que cela représente d’être atteint d’un trouble psychique.

Attention aux pathologies qui miment la dépression!

En effet, certaines pathologies comme les maladies endocriniennes (par exemple l’hypothyroïdie) ressemblent sur de nombreux points, à toutes les manifestations psychomotrices et physiques de la dépression. Cependant, en général la tristesse n’est pas présente. Les pathologies qui font souffrir le système nerveux, peuvent entraîner un changement de comportement. Lorsque l’on a un doute on fait faire au patient, un bilan sanguin pour dépister une éventuelle  maladie thyroïdienne ou maladie hormonale, et une imagerie cérébrale pour toutes les maladies neurologiques.

La dépression chez les personnes âgées

Chez les personnes âgées le syndrome de glissement, de délaissement des soins et de soi peut faire penser à une dépression mais ce n’est pas forcément le cas. En effet il est difficile de faire le diagnostic. C’est pourquoi on propose aux personnes âgées, qui ont l’air déprimées, de faire une évaluation psychiatrique fine et parfois des tests thérapeutiques avec des antidépresseurs. Lorsqu’une personne âgée est en souffrance, ou en difficulté il ne faut pas attendre pour consulter et ne pas hésiter à proposer au médecin une hypothèse.

Pour en savoir plus sur le sujet, regardez les vidéos de la chaîne Youtube Live Doctors!