Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour décembre 2018

Comment mieux prendre soin de nos aînés ?

jeudi 27 décembre 2018

C’est la question qui a été posée aux français par le ministère des solidarités et de la santé, lors de la consultation citoyenne. Les répondants ont pu donner leur avis et surtout leurs idées d’améliorations futures pour aider les aînés à vivre une fin de vie sereine et heureuse.

La consultation citoyenne

Du 1er octobre au 5 décembre 2018, des milliers de citoyens ont répondu à la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? » en proposant leurs solutions mais également en votant pour celles des autres. Résultat : 18 300 suggestions, 1,7 million de votes et 7 grandes propositions.

Les 7 propositions approuvées par les Français

– Renforcer le maintien à domicile des personnes âgées
– Améliorer la qualité et l’accueil des personnes âgées en établissements spécialisés
– Mieux accompagner les aidants
– Améliorer les conditions de travail des personnels d’aide et de soin aux personnes âgées
– Réduire le coût de prise en charge de la dépendance en établissements comme à domicile
– Renforcer l’accès à la santé pour les personnes âgées
– Développer des lieux de vie alternatifs ou intergénérationnels innovants

La prochaine étape

Ce qui est prévu, c’est qu’à partir des solutions qui ont été approuvées, les entreprises, associations, citoyens et institutions partenaires puissent se réunir en ateliers spécialisés afin de contribuer ensemble à bâtir le premier grand « Plan d’actions concrètes de la société civile en faveur des aînés ».
A suivre donc,

 

 

Connaissez-vous L’ARDH et l’ASIR, aides financières ponctuelles pour seniors?

jeudi 20 décembre 2018

Ces aides limitées à trois mois sont destinées à soutenir financièrement les personnes âgées qui traversent une situation difficile :

 L’Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH): est destinée à faciliter le retour d’un retraité après un passage en établissement de santé.

L’ARDH s’adresse aux personnes âgées de plus de 55 ans, retraitées du régime général. Pour en bénéficier, il faut s’adresser à sa caisse de retraite ou aux services sociaux de l’hôpital. Elle est attribuée après une évaluation des besoins, lors d’une visite au domicile de la personne âgée. La commission d’évaluation proposera ensuite un plan d’actions personnalisé, transmis à la caisse.

L’Aide en Situation de Rupture (ASIR) : une aide attribuée lors de situations de rupture (déménagement, décès…).

Tout retraité vivant en France ayant été confronté, au cours des six derniers mois précédant la demande, aux situations de rupture citées plus haut ou classé en GIR 5 et 6 peut prétendre à cette aide. Cependant, l’ASIR n’est pas cumulable avec d’autres allocations telles que l’APA, la PSD, l’ACTP et la MTP. Pour en bénéficier, il faut avoir été confronté à une situation de rupture ou une hospitalisation au cours des 6 derniers mois. Il faudra adresser une demande à sa caisse de retraite ou aux services sociaux de l’hôpital.

À savoir : Un retour à domicile difficile peut mener à un placement d’urgence en établissement. Les conseillers Retraite Plus sont formés à ce type de situation, contactez-les au No vert : 0800 941 340.

(Article extrait du mémo « Aides sociales de Retraite Plus »)

La vieillesse : état des lieux

dimanche 16 décembre 2018

Pour nous tous, la vieillesse fait appel à l’idée de la fin de la vie mais ce n’est pas tout. La vieillesse, c’est aussi la période de la vie succédant à l’âge mûr que l’on situe actuellement chez l’homme à partir de l’âge de 65-70 ans. C’est aussi la période ultime de la vie qui est plus ou moins bien vécue par une personne en fonction de son état physique ou mental.

La vieillesse, dernière étape de la vie souvent vécue en EHPAD

Même si ce postulat est vrai, aujourd’hui le visage de la vieillesse a changé : on vit de plus en plus longtemps donc cette période est de plus en plus longue. Selon l’Insee, la population âgée de + de 75 ans va augmenter de 72% d’ici 2060. En cause, les générations du baby-boom qui alimenteront… le papy-boom. Le nombre de personnes de plus de 85 ans, triplera d’ici à 2060. En fait, dans 50 ans, la France pourrait compter 200.000 centenaires, soit 13 fois plus qu’aujourd’hui.

1,3 million de personnes âgées dépendantes

C’est le chiffre avancé aujourd’hui. En ce qui concerne l’âge moyen de la dépendance, il est actuellement situé autour des 83 ans et recule régulièrement. A ce jour, la France alloue aujourd’hui 24 milliards d’euros ( budget d’état) au financement public de la dépendance, soit environ 1% de la richesse nationale et les dépenses à la charge des ménages sont estimées à environ 7,2 milliards d’euros. À l’horizon 2060, ces sommes devrait être multipliées par 2.

600.000 places disponibles en maison de retraite en France

Et ce, avec un taux d’occupation qui dépasse les 80%. L’âge moyen des résidents en EHPAD y est de 84 ans, contre 80 ans en 1990. A cet âge, le corps commence à décliner et à fonctionner au ralenti. les conséquences de ce déclin anatomique et physiologiques ont nombreuses : tout d’abord, la transmission de l’information se fait plus lentement, car les neurotransmetteurs sont moins performants. D’où le ralentissement intellectuel et moteur. Mais attention aux stéréotypes et idées reçues sur la personne âgée. Plus lent…ne veut pas dire moins intelligent. Avec l’âge, l’encodage de nouvelles informations baisse mais pas la mémorisation d’informations involontaires (mémoire implicite). Le langage sur le versant réceptif ne bouge pas, l’intelligence émotionnelle est plus développée et la créativité peut perdurer. Pour preuve : de nombreux prix Nobel sont obtenus à un âge avancé.

En résumé, il faut veiller à ne pas confondre le vieillissement normal et le vieillissement pathologique! 

Prendre soin de votre audition et de votre vision, protège votre cerveau!

mercredi 5 décembre 2018

Pour vieillir en bonne santé, il est essentiel d’être vigilant quant à son état de santé général et surtout à d’éventuels troubles de vision ou d’audition. Effectivement, la correction des pertes auditives ou visuelles est cruciale pour un vieillissement en bonne santé.

L’adoption de prothèses auditives ralentirait de 75 % le taux de déclin cognitif

C’est le chiffre publié par Asri Maharani, auteure de l’enquête et chercheuse dans la division des neurosciences et de la psychologie expérimentale à l’Université de Manchester (Royaume-Uni). Un autre chiffre révélateur, ressort également de son enquête : la correction visuelle ralentirait ce déclin cognitif de 50 %. Cette étude a été lancée sur un échantillon de 2 000 personnes âgées aux États-Unis, avant et après l’utilisation d’appareils auditifs.

Stimuler les oreilles pour stimuler le cerveau

Pour l’audiologiste Dina Rollins, interrogée par le site américain de la NPR, ces résultats ne sont pas surprenants car« Stimuler vos oreilles stimule les nerfs qui stimulent votre cerveau ». Avec les aides auditives, « nous remettons à vos oreilles ce qu’elles manquent, et nous donnons à votre cerveau ce dont il a besoin pour comprendre ce que vous entendez ».

Surveiller sa santé pour anticiper la perte d’autonomie

Il est capital pour les seniors de surveiller leur santé en prévenant et en traitant les différents troubles liés à l’âge. Aller régulièrement voir son médecin traitant et faire des tests de dépistage chaque année n’est pas superflu car ces habitudes permettent de détecter une éventuelle pathologie, de la traiter à temps et ainsi de vivre plus longtemps en bonne santé.