Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour juillet 2017

Aidants : Préservez votre santé grâce à une bonne hygiène de vie

mercredi 26 juillet 2017

Pour diminuer le stress et ses effets négatifs sur votre santé, il est impératif de prendre certaines habitudes afin de vous aider à mieux affronter cette période difficile. Plages de repos, séances de sport, repas équilibrés et prévention des maladies…Vous devez absolument prendre soin de vous !

Ne faites pas l’impasse sur le sommeil et le repos

Il est recommandé de dormir au moins 7 heures par nuit afin que notre organisme puisse bien récupérer. Si vous avez passé une mauvaise nuit, offrez-vous des périodes de repos pendant la journée. Si vous ne récupérez pas, votre aide sera moins positive et l’aidé pourra malheureusement le ressentir.

Pratiquez une activité physique

Pratiquer un sport de façon régulière permet de diminuer son niveau de stress. De plus, cela contribue également à augmenter l’immunité et ainsi à diminuer la fréquence des infections. Pas besoin d’en faire trop ! Quelques minutes par jour suffisent pour rester en forme et retrouver de l’énergie.

Veillez à manger équilibré

Outre les bienfaits évidents que cela a sur la santé, adopter un mode de vie sain permet de conserver son énergie et de mieux résister au stress. En effet, lorsqu’on est un aidant, il est très risqué de négliger son alimentation même si on serait tenté de le faire pour aller plus vite. Manger équilibré est une façon de prendre soin de soi. Bien sûr, ce n’est pas facile quand on a une personne dépendante à notre charge et que l’on doit jongler avec un emploi du temps surchargé ; toutefois, le jeu en vaut la chandelle. Il convient de bien s’alimenter et de bien s’hydrater pour mieux accomplir son rôle de proche aidant. Par ailleurs, une alimentation saine permet de prévenir les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et certains cancers.

Choisir son alimentation :

Opter pour une alimentation riche en éléments nutritifs permet de combler les besoins nutritionnels accrus en période de stress.
Voici nos recommandations :

– Choisissez des aliments riches en fibres alimentaires
– Ajoutez des fruits et des légumes à chaque repas, de préférence avec la peau pour consommer plus de fibres
– Passez aux céréales à grains entiers et aux légumineuses
– Achetez des produits laitiers moins gras et des viandes plus maigres
– Diminuez les aliments à base de sucre raffiné
– Bannissez les aliments gras et ceux à base de friture
– Limitez votre consommation de caféine (café, cola, chocolat)
– Buvez quotidiennement de grandes quantités d’eau.
– Veillez à manger à des horaires réguliers et à ne pas sauter de repas.

Faites vous vacciner

Un aidant doit toujours être disponible pour l’aidé toutefois, quand il tombe malade, il n’est pas au meilleur de sa forme. Pour éviter d’être immobilisé pendant la période de la grippe, faites-vous vacciner et poussez également votre entourage à le faire. Ce vaccin contre la grippe vous protégera pendant  une durée de 6 à 12 mois. Il faudra le refaire chaque année. En plus de vous permettre de garder la forme pendant cette période, ce vaccin peut également vous protéger des éventuelles complications de la grippe comme la pneumonie, la bronchite, la sinusite, l’otite et autres complications pouvant être mortelles pour les personnes fragiles.

Aidants : Vous pouvez être rémunérés !

mardi 18 juillet 2017

Puisque de nombreux aidants d’un proche âgé en perte d’autonomie diminuent ou même stoppent leur activité professionnelle pour pouvoir s’occuper de leur proche, il existe un dispositif leur permettant d’être rémunérés pour l’aide apportée. Pour ce faire, l’aidant devra devenir le salarié de l’aidé
Plus exactement, l’aidant pourra être employé par son proche âgé en tant qu’aide à domicile.

Si la personne âgée n’est pas bénéficiaire de l’APA

Elle peut employer librement un membre de sa famille en tant qu’aide à domicile. Si elle en bénéficie, elle est également autorisée à employer un membre de sa famille (sauf le conjoint, concubin ou partenaire de PACS) en tant qu’aide à domicile dans le cadre de l’APA qui lui est accordée. C’est son APA qui lui permet de payer l’aidant qu’elle salarie. Les bénéficiaires de l’APA, devront justifier auprès du conseil départemental de l’utilisation conforme des sommes versées (nombre d’heures, type d’aide …). Concrètement, devenir aidant salarié de son proche permet de valoriser financièrement l’aide apportée mais aussi de cotiser pour la retraite et de bénéficier d’une protection sociale. D’autre part, cette aide à l’embauche d’un aidant familial permet à l’employeur de recevoir alors des réductions d’impôt égales à 50 % des sommes engagées sous conditions de plafonds. Cela ne peut concerner en aucun cas le conjoint ou le concubin seulement des frères, sœurs, enfants, neveux, nièces.

Les obligations de la personne âgée devenue employeur

– Faire la déclaration d’embauche de son « aidant salarié » à l’Urssaf,
– Remplir les obligations prévues par le code du travail : contrat de travail, bulletins de paie…

Salarier un aidant familial grâce au CESU (chèque d’emploi service universel)

Par souci de facilité des démarches, la personne âgée employeur peut recourir au dispositif CESU, qu’elle souhaite ou non utiliser son APA, pour la rémunération de l’aidant familial. (Un site spécifique est dédié au CESU). Les calculs seront alors effectués par l’administration qui établira également les bulletins de paie.

Prendre en compte les éventuels désavantages liés à l’emploi d’un aidant familial 

Avant de prendre la décision d’employer un proche aidant comme salarié, il faut bien évaluer les éventuels inconvénients. En effet, le lien salarial ainsi créé pourrait avoir un impact négatif sur les relations entre l’aidant et l’aidé.

Aidants de personnes âgées: sachez reconnaître votre épuisement

mercredi 5 juillet 2017

Plus de 4 millions d’aidants prennent en charge des proches dépendants et aujourd’hui, leur santé inquiète les pouvoirs publics ! En effet, les aidants proches assument de nombreuses responsabilités par rapport à la personne aidée et ce, souvent, malgré leurs multiples occupations professionnelles, personnelles et familiales. Ce qui les expose au stress et à l’épuisement physique et moral.
Bilans, évaluations des situations physiques et psychologiques, mise en relation avec des associations d’aide à domicile permettant de prendre un peu répit… Plusieurs initiatives ont vu le jour pour tenter d’aider les aidants à se préserver mais ce n’est pas si simple.

Créer des réseaux d’entraide pour les aidants

C’est une des solutions à mettre en place  rapidement pour soulager les aidants. Effectivement, ces réseaux s’avéreront vite cruciaux pour soutenir les aidants et leur éviter de tomber dans l’épuisement. En effet, à long terme, la seule façon de se préserver  consiste à se créer un véritable réseau de soutien. Dans ce réseau, l’aidant pourra inclure les membres de sa famille, ses amis proches, ses connaissances et même parfois ses voisins si ceux-ci sont d’accord. Il pourra également inclure des intervenants publics ou privés du réseau de la santé, des auxiliaires de vie d’entreprises privées et dans certains cas, des bénévoles envoyés par des organismes communautaires. Les membres de ce réseau devront pouvoir être sollicités à chaque fois que l’aidant aura besoin de s’absenter que ce soit pour remplir certaines obligations ou pour prendre quelques heures de répit. La clé de son équilibre résidera dans la bonne utilisation de ce réseau.

Aidants : N’hésitez pas à prendre du temps pour vous!

Les aidants sont souvent des personnes très fières qui rechignent généralement à demander l’aide d’un tiers! Pourtant, dans leur situation, rien n’est plus important que d’avoir des appuis, des personnes sur lesquelles elles peuvent compter en cas de problème ou d’absence. De plus, la personne aidée sera malheureusement beaucoup plus demandeuse en temps et en énergie au fur et à mesure de l’aggravation de son état de dépendance. Alors, pour être sûr de tenir sur la longueur, mieux vaut s’entourer de personnes de bonne volonté qui pourront épauler les aidants. Attention toutefois à ne pas culpabiliser si on doit laisser son proche âgé aux bons soins d’une autre personne pendant quelques heures. Pour cela, l’aidant doit être persuadé que ce n’est qu’en se faisant soutenir, qu’il pourra continuer à rester un bon aidant!