Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour la catégorie ‘Vu sur le Web’

Tumeurs cérébrales : les chiffres à connaitre

jeudi 27 avril 2017

Le cancer du cerveau ou tumeur cérébrale: Définition

Le cancer du cerveau ou tumeur cérébrale correspond à l’apparition d’une masse de cellules anormales, se multipliant dans le cerveau de façon incontrôlée.
Ce type de cancer se situe au 16 ème rang des cancers en termes d’incidence. Selon le site http://www.arcagy.org : « L’incidence estimée en France en 2015 est de 5 427 cas, dont 56 % affectant les hommes.  Les taux annuels pour 100 000 personnes sont de 6,7 chez l’homme et de 4,5 chez la femme, soit un rapport hommes/femmes de 1,5. Ces taux  sont en augmentation, notamment pour les tumeurs survenant chez les personnes âgées ».
Chez l’enfant, il s’agit du deuxième cancer le plus fréquent après les leucémies.

Un diagnostic tardif :

Les tumeurs cérébrales représentent une cause de mortalité importante tant chez l’enfant que chez l’adulte mais tout dépend du grade de la tumeur. En effet une tumeur de haut grade engendre un pronostic moins favorable qu’une tumeur de bas grade. En outre, les seniors et personnes âgées de moins de 65 ans ont un meilleur pronostic.
Le chiffre avancé pour la survie nette après 5 ans pour tous les cancers du cerveau est de 24%. Ce qui aggrave le problème, c’est que ce diagnostic est souvent évoqué tardivement car les premières manifestations des tumeurs cérébrales sont des symptômes très peu spécifiques comme des maux de tête et de la dépression. Pourtant, si le diagnostic était posé plus précocement, certains patients auraient plus de chances d’être sauvés.

Les hommes, deux fois plus touchés que les femmes par les glioblastomes

Chaque année, on recense 6.000 nouveaux cas de cancer du cerveau en France. La prévalence de ce type de cancer étant de 60/1OO.OOO habitants
L’âge moyen de survenue d’une tumeur cérébrale chez les adultes varie selon l’histologie de la tumeur. Par exemple, pour le glioblastome, elle est de 55 ans  alors que pour l’ astrocytome, elle est de 40 ans. Ces tumeurs touchent aussi les enfants dont elles constituent 20 à 30% des pathologies cancéreuses. Elles font généralement leur apparition chez les enfants âgés de 4 à 8 ans.

Pour en savoir plus sur les tumeurs cérébrales, regardez l’interview du Dr Tolédano sur la nouvelle chaîne médicale Live Doctors.
(Chaîne sponsorisée par l’organisme Retraite Plus).

Intense : Le nouveau magazine seniors de Retraite Plus

mercredi 1 mars 2017

Un tout nouveau média destiné aux seniors de 50 ans et plus, vient de paraître. Il s’agit du nouveau magazine Intense publié par l’organisme de conseil et d’orientation, Retraite Plus. Rédigé par la rédaction de Retraite Plus, ce magazine traite  d’actualité, de santé,  de vie pratique, de droit, de psychologie mais également d’idées déco, évasion et beauté. Mais ce n’est pas tout : Intense a également à cœur de communiquer sur des sujets liés au grand-âge (Droits, aides financières, hébergement en maison de retraite…) et susceptibles d’intéresser ses lectrices.

Retraite Plus, une société engagée

Retraite Plus, leader dans le domaine du conseil et de l’orientation en maison de retraite, s’engage depuis déjà 10 ans aux côtés des seniors et de leurs familles en diffusant une information claire et pertinente sur le bien-vieillir. Ce nouveau magazine se veut l’incarnation d’une nouvelle façon plus ludique de communiquer. Intense développe un grand thème par numéro, sous forme de dossiers dans lesquels sont abordés des thèmes de société ainsi que des sujets d’actualité. Ce magazine invite ses lecteurs à s’intéresser à plusieurs disciplines dans le but d’améliorer aussi bien leur santé physique, émotive, psychologique qu’intellectuelle.

Le site Retraite Plus

Retraite Plus se fait le relais en ligne du magazine papier, via son site internet. En effet, www.retraiteplus.fr est un véritable vivier d’informations sur les types d’hébergement, les maisons de retraite, les pathologies du grand âge, les aides financières disponibles, et les droits des personnes âgées.

La silver économie c’est quoi?

jeudi 23 février 2017

On parle de « silver économie » pour désigner l’économie au service des personnes âgées. En France, des initiatives associatives et entrepreneuriales se multiplient autour de cette problématique paradoxalement féconde.

Le but : répondre aux besoins des personnes âgées

Les acteurs sont nombreux, et de secteurs d’activité variés : santé, communication, services, habitat, sécurité, etc. Ainsi, depuis 2008, un certain nombre d’acteurs franciliens de « l’économie du troisième âge » ont formé un réseau, la Silver Valley, afin de « mettre en place les conditions propices au développement de projets d’innovation et aux partenariats commerciaux et industriels pour répondre aux besoins et aux usages des personnes âgées et de leurs proches ».

Silver économie ou l’économie liée au grand-âge

Le vieillissement présente donc d’importantes opportunités de croissance, à tel point que les pouvoirs publics en ont fait une filière industrielle prioritaire. En effet, la silver economie, comprise comme l’innovation au service de la longévité, est fixée comme la sixième ambition des sept ambitions pour la France du rapport de la commission « Innovation 2030 ». Dans ce rapport, on apprend notamment que, globalement, les seniors bénéficient d’une situation financière plus favorable (de l’ordre de 30%) que le reste de la société. Si leurs revenus ont été multipliés par sept en vingt ans, ce sont eux qui détiennent la majorité du patrimoine des ménages et du portefeuille boursier en France.

Les seniors et la technologie

D’autre part, si les personnes âgées en situation d’isolement ne se sont pas encore adaptées aux nouvelles technologies, ce ne sera sans doute pas le cas de la génération suivante. En effet, 30% des internautes ont aujourd’hui plus de 50 ans.

Ce segment de marché sera ainsi l’objet d’une forte croissance dans les années à venir, en partie par l’intermédiaire des biens de consommation, et en partie en termes de prévention, de prolongement de l’autonomie, de maintien à domicile ou d’hébergement en maison de retraite.

Cancer du poumon : facteurs de risque

dimanche 12 février 2017

Les cancers broncho-pulmonaires

Il s’agit d’une famille de cancers qui se développent généralement à partir des bronches. Il y a deux grandes familles de cancers pulmonaires différenciées au microscope par la taille et l’aspect de leurs cellules : Les cancers dits « non à petites cellules » et les cancers dits à « petites cellules », moins fréquents.

 

Y a t-il d’autres facteurs de risques que le tabac qui sont à l’origine des cancers pulmonaires?

Selon le Docteur Anatole Cessot, oncologue médical à l’institut Hartmann, il en existe mais ils sont vraiment peu importants au regard des dégâts causés par le tabagisme. Parmi eux, on a déjà identifié l’exposition à des toxiques professionnels, l’amiante et la pollution atmosphérique. Néanmoins, toujours selon le Dr Cessot :  »Notre attention doit être portée surtout sur le tabagisme actif mais également passif. Notre société doit se séparer du tabac  et de son image de processus d’acquisition d’une certaine identité et donc fonder son identité sur quelque chose de plus positif. L’industrie du cinéma l’a d’ailleurs compris et a déjà banni le tabac. Pourtant, cette séparation d’avec le tabac, cette substance qui comporte environ une cinquantaine de facteurs cancérigènes et qui est donc un fléau particulièrement dévastateur, ne pourra pas se faire aussi rapidement qu’il le faudrait ».

Quels sont les signes cliniques des cancers pulmonaires?

Selon le Docteur Anatole Cessot, il n’y en a pas vraiment et c’est ce qui fait que cette maladie est très difficile à dépister à son stade initial. En fait, la plupart du temps, il n’y a pas de signes cliniques au stade initial de la maladie. C’est pour cela que cette maladie est particulièrement difficile à soigner car identifiée à un stade tardif. Divers et variés, les symptômes du cancer pulmonaire ont un retentissement sur l’organisme en général : Grande fatigue, perte de poids, sentiment de mal-être, toux chronique inexpliquée, modification de la voix, crachats anormaux parfois teintés de sang. Il peut également y avoir survenue d’une embolie pulmonaire ou d’une thrombose.

Pour en savoir plus sur les cancers pulmonaires et autres pathologies, rejoignez-nous sur notre site : http://live-doctors.com/, site sponsorisé par l’organisme Retraite Plus, leader de l’orientation en maison de retraite.

Épidémie de grippe : attention aux personnes âgées

jeudi 29 décembre 2016

dmlaDes frissons, des douleurs, de la fièvre et des maux de tête… et si c’était la grippe ?

Pour savoir comment la prévenir, intéressez-vous a la vaccination saisonnière. En effet, celle-ci est fortement recommandée pour les personnes âgées vulnérables car la grippe est une maladie potentiellement dangereuse. La vaccination des soignants et des personnes s’occupant d’enfants ou de personnes âgées est également très conseillée. Comme les souches virales varient d’une année à l’autre, il est donc obligatoire de se faire vacciner à nouveau chaque année.

L’assurance maladie prend-elle en charge la vaccination ?

Effectivement, l’assurance maladie prend en charge la vaccination contre la grippe saisonnière, à 100% pour :

  • Les personnes âgées de 65 ans et plus
  • Les femmes enceintes
  • Les personnes atteintes de certaines affections
  • Les personnes obèses
  • Les personnes se trouvant dans l’entourage de bébés de moins de 6 mois
  • Les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d’hébergement, quel que soit l’âge.

Quels sont les gestes de prévention contre la grippe ?

  • Se laver les mains avec du savon liquide pendant 30 secondes
  • Se servir d’un mouchoir jetable
  • Porter un masque avant de rendre visite à une personne à risques
  • Eviter d’emmener un nourrisson dans les lieux publics
  • Ouvrir les fenêtres
  • Eviter de serrer les mains
  • Ne pas toucher directement vos yeux.

 

Cancer de la prostate chez les seniors : Quels traitements?

mercredi 31 août 2016

Old AgeInterviewé par la nouvelle chaîne médicale Live Doctors (sponsorisée par Retraite Plus), le Professeur Marc Zerbib nous parle du cancer de la prostate, un mal qui touche de nombreux seniors. Ancien interne des hôpitaux de paris et ancien chef de clinique, aujourd’hui chef de service en urologie à l’hôpital Cochin et représentant de l’école française d’urologie, il nous parle des traitements non chirurgicaux envisagés pour traiter le cancer de la prostate.

Cancer de la Prostate : Les traitements non chirurgicaux

Le grand traitement dit principal est la radiothérapie ou curiethérapie  qui consiste  à placer des grains d’iode radioactifs  à l’intérieur de la prostate afin de détruire les cellules cancéreuses. Cette technique, réalisée sous anesthésie générale, nécessite une courte hospitalisation et a l’intérêt de ne pas être source immédiate d’incontinence.

Cancer de la Prostate : Hormonothérapie et effets secondaires

Les traitements médicamenteux ont un rôle important dans le traitement du cancer de la prostate lorsque ce cancer est avancé. Il existe deux familles de traitements : l’hormonothérapie et la chimiothérapie. L’hormonothérapie consiste à bloquer la sécrétion de testostérone par les testicules grâce à des médicaments. Ainsi, les cellules prostatiques cancéreuses ne seront plus alimentées et seront asphyxiées.  Dans certains cas, on peut également associer cette hormonothérapie à une radiothérapie. Certains effets indésirables sont néanmoins à prévoir : bouffées de chaleur, baisse de la libido, fatigabilité…

Cancer de la Prostate : Chimiothérapie

Cette chimiothérapie a prouvé son efficacité lors de cancers de la prostate, métastatiques. Elle est actuellement utilisée en compétition avec les nouvelles hormonothérapies qui sont porteuses de beaucoup d’espoir. Pour en savoir plus, regardez les autres vidéos de la chaîne Youtube Live Doctors.