Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour la catégorie ‘Maladies d’Alzheimer et de Parkinson’

Et si on pouvait localiser les malades Alzheimer grâce à un QR code?

mercredi 28 février 2018

Cela paraît un peu bizarre mais c’est possible! C’est en tous cas, ce qui se fait en ce moment même au Japon. Ce procédé destiné à localiser facilement les malades Alzheimer en cas de fugue, a été inventé par une start-up basée près de Tokyo.

Un QR code à coller sur l’ongle du patient Alzheimer

Ce QR code est autocollant et est destiné à être collé sur l’ongle de la personne âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer. Particulièrement discret, cet ingénieux dispositif qui ne mesure pas plus d’un centimètre carré, ne gêne en rien les déplacements du malade. En revanche, il est très efficace, puisqu’il permet de localiser les patients désorientés. En effet, à l’intérieur du QR code se trouvent un numéro d’identification et un numéro de téléphone à appeler, lisibles grâce à une application pour smartphone. Les fondateurs de cette start-up ont prévu de faire tenir ce dispositif grâce à une manucure gel, à renouveler tous les mois.

Ce dispositif a pour but de lutter contre les disparitions de malades Alzheimer

Ce n’est pas pour rien, si ce dispositif a vu le jour au Japon. Effectivement, ce pays déplore chaque année la disparition de plus de 15 000 personnes âgées. Il faut savoir que les fugues sont très fréquentes chez les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer. Complètement désorientées, celles-ci ne savent plus où elles se trouvent et fuguent pour retrouver leur habitation d’autrefois. Malheureusement, étant complètement désorientées à cause de leur maladie  qui affecte leurs fonctions cognitives, ils se perdent souvent.

Vivre avec un proche fugueur, c’est la réalité angoissante de nombre de familles et d’aidants Alzheimer.

Malades d’Alzheimer ou atteints de maladies apparentées, les troubles cognitifs entraînent souvent des fugues, au grand désarroi de l’entourage du malade. La difficulté en matière de fugue c’est son caractère imprévisible. La fugue et l’errance de la personne âgée interviennent principalement à cause de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. C’est la raison pour laquelle diverses sociétés privées offrent leur service consistant à équiper la personne âgée d’un système destiné à lancer l’alerte en cas de fugue.

 

A 14 ans, elle invente une appli pour les malades Alzheimer

lundi 29 janvier 2018

C’est une jeune étudiante d’origine chinoise qui a eu l’idée de cette application nommée Timeless et destinée à aider les malades atteints d’Alzheimer. Etant très proche de sa grand-mère atteinte d’Alzheimer, Emma Yang nous explique la genèse de cette application: « J’ai vu de près comme cette maladie pouvait affecter non pas seulement la personne qui en souffre, mais aussi son entourage, ses amis, sa famille. À l’âge de 11 ou 12 ans, j’ai développé un intérêt pour les nouvelles technologies et leur impact positif sur le monde ». Aujourd’hui, avec Timeless, elle a pris la décision de s’impliquer et de mettre son talent au service des malades.

Une application pour que les malades Alzheimer se souviennent de leurs proches

 Née à Hong Kong d’un père ingénieur en software et d’une mère mathématicienne, cette jeune Chinoise surdouée avait déjà remporté plusieurs concours d’innovation technologique avant d’être sélectionnée parmi les meilleurs étudiants du monde pour intégrer la junior Académie des Sciences de New York. Elle cherche à présent à lever des fonds pour financer son application. Le principe de celle-ci est simple : il s’agit d’utiliser la technologie de reconnaissance faciale afin d’identifier la personne qui se trouve en face du malade. Une fois trouvée la bonne photo parmi toutes les photos en mémoire, l’appli affiche sur l’écran du téléphone, une description succincte des liens qui unissent l’utilisateur à cette personne.

Une appli aux nombreuses fonctionnalités

Cette appli comprend également plusieurs autres fonctionnalités utiles aux malades d’Alzheimer. Par exemple, si la personne atteinte d’Alzheimer tente d’appeler plusieurs fois la même personne Timeless laissera apparaître une question : « Êtes-vous sûr de vouloir passer cet appel ? Vous avez déjà essayé il y a moins de cinq minutes ». Autre exemple de fonctionnalité pratique : l’affichage journalier de la liste de rendez-vous de la personne âgée accompagnée des photos des proches avec qui elle a rendez-vous. Mise au point en coopération avec des médecins spécialisés dans la maladie d’Alzheimer, l’application Timeless sera très bientôt testée auprès d’un échantillon de patients Alzheimer.

Luttez contre le vieillissement grâce au régime méditerranéen!

dimanche 21 janvier 2018

C’est ce que nous devrions faire selon une nouvelle étude britannique dont les résultats ont été publiés dans le Journal of the American Geriatrics Society. En effet, cette étude tend à prouver que le régime méditerranéen pourrait aider à prévenir l’arrivée de la fragilité chez les seniors.

Le régime méditerranéen, riche en végétaux

En adoptant cette alimentation, vous consommerez plus de fruits, de légumes, de céréales complètes, de noix et de graines. Selon le docteur Kate Walters, co-auteure de l’étude : « Les personnes qui suivaient le mieux ce régime étaient moitié moins susceptibles de devenir fragile en comparaison aux personnes qui suivaient peu ce type d’alimentation ».  Effectivement, les chercheurs ont remarqué chez ces personnes, une force musculaire plus importante, un bon poids mais surtout le maintien d’une certaine activité et d’une plus grande énergie.

Surveillez votre alimentation pour rester en bonne santé

C’est bien sûr, primordial, on l’aura compris! Pour rester en bonne santé et éviter les chutes et les fractures, il est recommandé de consommer trois ou quatre produits laitiers par jour ainsi que de la viande, du poisson ou des œufs une à deux fois par jour afin d’assurer des apports en calcium, protéines et vitamine D nécessaires à notre santé. Si la viande, le poisson et les œufs occupent une place importante dans cette alimentation, c’est parce qu’ils apportent des protéines animales indispensables pour préserver la masse et la force musculaires. Par ailleurs, plusieurs études scientifiques ont déjà prouvé qu’une alimentation saine et bien équilibrée protège de certaines maladies.

Buvez de l’eau à volonté

Et ce, à raison de 1 à 1.5 litres par jour car boire de l’eau en quantité suffisante est crucial pour assurer le bon fonctionnement du corps, l’élimination des déchets alimentaires, le travail des reins, la régulation thermique et bien sûr, l’hydratation de la peau. Attention! La sensation de soif s’atténue au fil des années. Il vous faudra donc boire même sans avoir soif pour éviter les risques de déshydratation. Si vous n’aimez pas l’eau plate, vous pouvez boire de l’eau gazeuse ou aromatisée sans sucre ou bien des jus de fruits sans sucre ajouté.

Alzheimer, Parkinson : Et si vous essayiez le régime cétogène?

mardi 26 décembre 2017

Ce nouveau régime pourrait transformer la vie des malades Alzheimer et Parkinson, en apportant à leur cerveau un meilleur carburant que le glucose : les cétones. Ce nouveau mode alimentaire est expliqué en détails dans le nouveau livre du Dr Bernard Aranda et Michèle Houde.

Un régime contre Alzheimer

On savait déjà que le stress oxydatif pouvait favoriser la survenue de la démence sénile. Pour la prévenir, il faudrait donc consommer des antioxydants comme les flavonoïdes que l’on peut trouver dans les légumes verts, le thé vert, les légumes et même dans le vin. Il semblerait également que la vitamine B et la vitamine E, joueraient un rôle protecteur contre la maladie Alzheimer. De même, les Omégas 3 auraient la propriété de prévenir l’apparition de cette maladie. Ceux-ci se retrouvent dans le poisson, l’huile d’olive, les légumes secs, les brocolis…Aujourd’hui, avec le régime cétogène, les auteurs conseillent d’opter pour un régime pauvre en glucides mais riche en graisses.

Les glucides favoriseraient les maladies neurodégénératives

Selon les auteurs du livre « Le régime cétogène pour votre cerveau » paru aux éditions Thierry Soucar, une alimentation trop riche en glucides raffinés et en sucre pourrait être toxique et nuire à la qualité des neurones. Cela pourrait également entraîner un mauvais fonctionnement du cerveau, favoriser les migraines, les crises d’épilepsie, et même certaines maladies neurodégénératives comme Alzheimer et Parkinson. Selon eux : » La méthode cétogène est utilisée depuis le début du 20ème siècle dans le traitement de l’épilepsie. Elle a montré des effets très encourageants pour stopper les crises migraineuses. Concernant Alzheimer et Parkinson, elle peut aider à ralentir ou stabiliser la maladie. « 

Attention au sucre!

Une surconsommation de glucides s’accompagne d’une résistance à l’insuline et favorise l’inflammation dans le cerveau. En fait, elle modifie la biochimie cérébrale en inhibant  deux neurotransmetteurs clés pour la santé du cerveau (la sérotonine et le GABA). C’est ce qui cause les migraines, troubles épileptiques et démences neurodégénératives. C’est pourquoi il est conseillé de privilégier les aliments riches en fibres. Ils permettent une absorption plus lente du glucose et limitent l’élévation de la glycémie. Limitez également votre consommation de produits gras et/ou sucrés : viennoiseries, biscuits, pâtisseries, confiseries, charcuterie, quiches, feuilletés, beignets, frites, ainsi que la plupart des plats cuisinés du commerce.  Consommez du poisson, sans oublier les poissons gras (sardine, thon, hareng, maquereau, saumon…) dont les graisses ont des effets protecteurs sur la santé. En effet, selon le Dr Bernard Aranda : »Lorsque les réserves de glycogène sont épuisées et que le cerveau ne peut plus utiliser le glucose comme source de carburant, ce sont les cétones produites par le foie à partir des graisses corporelles qui prennent le relais ». 

 

 

 

Aidants : Connaissez-vous le guide pratique sur la maladie de Parkinson?

mardi 21 novembre 2017

Edité par l’organisme de conseil et d’orientation en EHPAD Retraite Plus  et écrit en collaboration avec France Parkinson, ce guide pratique s’adresse aux aidants de malades atteints de Parkinson.

Un guide clair et détaillé

Dans ce guide clair et détaillé, notre partenaire Retraite Plus vous dit tout sur la maladie de Parkinson. Cette maladie neuro-dégénérative d’évolution progressive, concerne aujourd’hui  4 millions de personnes dans le monde dont plus de 150 000 Français. Gestes incontrôlables, épisodes de tremblements et mouvements saccadés. Ne plus pouvoir tenir sa tasse de thé sans la renverser, avoir du mal à écrire ou des difficultés à se déplacer…tous ces symptômes sont caractéristiques de la maladie de Parkinson.

De la difficulté d’être un aidant Parkinson

Avoir à sa charge, un proche atteint de la maladie de Parkinson est une épreuve difficile à tous les niveaux.  Physiquement et psychologiquement, la résistance de l’aidant est, tous les jours, mise à l’épreuve. Par ailleurs, les malades de Parkinson ont tendance à déprimer lorsqu’ils sont confrontés aux limitations que leur impose leur maladie. Très angoissés, ils se replient sur eux-mêmes  et refusent de communiquer. Une situation très difficile à vivre pour leur entourage. Plusieurs associations se spécialisent dans l’assistance aux aidants. Elles ont pour but de leur apporter tous les renseignements nécessaires à la prise en charge de ces malades. Néanmoins, au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, les aidants se sentent dépassés.

Des EHPAD spécialisés Parkinson

Heureusement, il existe aujourd’hui des établissements  qui se spécialisent dans l’accueil et le suivi des personnes âgées atteintes de la maladie de Parkinson. Ces maisons de retraite ou EHPAD, spécialisées dans la prise en charge de cette pathologie, offrent toutes des infrastructures adaptées à la prise en charge de ces patients. Tous les jours, les conseillers en gérontologie de Retraite Plus sont sollicités par des familles qui recherchent une maison de retraite Parkinson répondant à leurs exigences. Chaque fois, ses conseillers en gérontologie s’appliquent à rechercher, y compris dans l’urgence, des établissements de qualité capables d’accueillir et de prendre en charge médicalement et socialement des malades atteints de Parkinson. Et ce quel que soit leur état de santé et de dépendance, leur région mais également leur budget.

Pour consulter gratuitement le guide Parkinson de Retraite Plus, cliquez ici.

Parkinson : une maladie lente et progressive

mercredi 29 mars 2017

Le Parkinson est la deuxième maladie neuro-dégénérative la plus fréquente en France, après la maladie d’Alzheimer. Elle constitue en outre une cause majeure de handicap chez le sujet âgé. A ce jour, plus de 200.000 français  en souffrent.

Les symptômes de la maladie de Parkinson

Gestes incontrôlables, épisodes de tremblements et mouvements saccadés. Avoir la sensation d’avoir le corps bloqué, raide, figé, avoir du mal à écrire ou des difficultés à se déplacer : tous ces symptômes sont caractéristiques de la maladie. Très rare avant 45 ans, la maladie de Parkinson touche des sujets plus âgés,les seniors autour de 70 ans. Elle touche au total, entre 100 000 et 120 000 personnes en France. Par ailleurs, 8 000 nouveaux cas se déclarent chaque année. Et en tenant compte du vieillissement de la population, l’incidence de la maladie progresse.

Le Parkinson, une maladie lente et insidieuse

La maladie de Parkinson est une maladie chronique dont le début est insidieux. Présente plusieurs années avant l’apparition des premiers symptômes, elle évolue ensuite en trois stades reflétant son aggravation. En effet, avant l’apparition des premiers symptômes, on parle de phase préclinique de la maladie. Celle-ci dure probablement de nombreuses années. Pendant cette période, le malade montre un fonctionnement cérébral normal car le cerveau est encore capable de compenser la baisse de dopamine par des processus de plasticité. C’est la raison pour laquelle les malades restent asymptomatiques jusqu’à ce que 50 à 70% des neurones à dopamine soient détruits.

Les 3 stades de la maladie de Parkinson

La première période appelée « lune de miel » par les neurologues, est une période où la manifestation des symptômes de la maladie de Parkinson n’est pas très importante. La seconde période appelée période de fluctuations est une période d’aggravation évolutive des symptômes de la maladie de Parkinson.La dernière période correspond au stade avancé de la maladie de Parkinson. Lors de cette période, l’évolution des symptômes se poursuit de façon différente selon les patients et surtout selon leur réponse aux traitements. Attention, l’évolution de la maladie est
différente selon les malades. Pour certains, la vie peut encore continuer longtemps sans manifestations majeures.