Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour la catégorie ‘Infos légales (lois, décrets, …)’

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) bientôt allouée à vie!

jeudi 3 janvier 2019

C’est une bonne nouvelle pour les personnes atteintes d’un handicap; l’AAH sera prochainement allouée à vie aux bénéficiaires. Effectivement, selon un décret du 24 décembre, l’AAH, la CMI invalidité et l’ACTP seront attribuées sans limitation de durée.

Un engagement du Comité interministériel du handicap

Dans le cadre de réformes diverses engagées par le comité interministériel du handicap, il a été décidé que l’AAH sera donc attribuée sans limitation de durée à « toute personne présentant un taux d’incapacité permanente d’au moins 80 % et dont les limitations d’activité ne sont pas susceptibles d’évolution favorable, compte tenu des données de la science« . Bien entendu, le ministère en charge du handicap devra en fixer les modalités d’application.

L’AAH c’est quoi ?

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) est une allocation de solidarité visant à garantir aux personnes handicapées âgées de plus de 20 ans, un minimum de ressources. Elle s’adresse aussi aux personnes âgées dépassant un certain niveau de handicap. Financée par l’État, elle est attribuée par les CAF ou les Caisses de Mutualité Sociale Agricole, sur décision de la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH), liée aux Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH).

Quelles sont les conditions pour recevoir l’AAH?

Pour bénéficier de cette allocation, les personnes handicapées doivent absolument remplir les critères suivants :
• Être atteint d’un taux d’incapacité permanente supérieur ou égal à 80 %.
• Être atteint d’un taux d’incapacité permanente compris entre 50 et 79% et avec une restriction durable d’accès à l’emploi, reconnue par la CDAPH.
• Disposer de ressources inférieures à : 9 671,81 euros annuels pour une personne seule et 19343,61 euros pour un couple (montants 2016).
• Être âgé de 20 ans au moins.
• Résider en France et être de nationalité française, ou ressortissant d’un autre pays (en situation régulière en France).
• Etre dans l’incapacité de prétendre à une retraite, une pension d’invalidité ou une rente d’accident du travail d’un montant au moins égal à celui de l’AAH, à l’exclusion de la MTP.

Comment mieux prendre soin de nos aînés ?

jeudi 27 décembre 2018

C’est la question qui a été posée aux français par le ministère des solidarités et de la santé, lors de la consultation citoyenne. Les répondants ont pu donner leur avis et surtout leurs idées d’améliorations futures pour aider les aînés à vivre une fin de vie sereine et heureuse.

La consultation citoyenne

Du 1er octobre au 5 décembre 2018, des milliers de citoyens ont répondu à la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? » en proposant leurs solutions mais également en votant pour celles des autres. Résultat : 18 300 suggestions, 1,7 million de votes et 7 grandes propositions.

Les 7 propositions approuvées par les Français

– Renforcer le maintien à domicile des personnes âgées
– Améliorer la qualité et l’accueil des personnes âgées en établissements spécialisés
– Mieux accompagner les aidants
– Améliorer les conditions de travail des personnels d’aide et de soin aux personnes âgées
– Réduire le coût de prise en charge de la dépendance en établissements comme à domicile
– Renforcer l’accès à la santé pour les personnes âgées
– Développer des lieux de vie alternatifs ou intergénérationnels innovants

La prochaine étape

Ce qui est prévu, c’est qu’à partir des solutions qui ont été approuvées, les entreprises, associations, citoyens et institutions partenaires puissent se réunir en ateliers spécialisés afin de contribuer ensemble à bâtir le premier grand « Plan d’actions concrètes de la société civile en faveur des aînés ».
A suivre donc,

 

 

Connaissez-vous L’ARDH et l’ASIR, aides financières ponctuelles pour seniors?

jeudi 20 décembre 2018

Ces aides limitées à trois mois sont destinées à soutenir financièrement les personnes âgées qui traversent une situation difficile :

 L’Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH): est destinée à faciliter le retour d’un retraité après un passage en établissement de santé.

L’ARDH s’adresse aux personnes âgées de plus de 55 ans, retraitées du régime général. Pour en bénéficier, il faut s’adresser à sa caisse de retraite ou aux services sociaux de l’hôpital. Elle est attribuée après une évaluation des besoins, lors d’une visite au domicile de la personne âgée. La commission d’évaluation proposera ensuite un plan d’actions personnalisé, transmis à la caisse.

L’Aide en Situation de Rupture (ASIR) : une aide attribuée lors de situations de rupture (déménagement, décès…).

Tout retraité vivant en France ayant été confronté, au cours des six derniers mois précédant la demande, aux situations de rupture citées plus haut ou classé en GIR 5 et 6 peut prétendre à cette aide. Cependant, l’ASIR n’est pas cumulable avec d’autres allocations telles que l’APA, la PSD, l’ACTP et la MTP. Pour en bénéficier, il faut avoir été confronté à une situation de rupture ou une hospitalisation au cours des 6 derniers mois. Il faudra adresser une demande à sa caisse de retraite ou aux services sociaux de l’hôpital.

À savoir : Un retour à domicile difficile peut mener à un placement d’urgence en établissement. Les conseillers Retraite Plus sont formés à ce type de situation, contactez-les au No vert : 0800 941 340.

(Article extrait du mémo « Aides sociales de Retraite Plus »)

Seniors: qui a droit à la prime de Noël?

jeudi 29 novembre 2018

Versée mi-décembre aux 2.5 millions de personnes qui y ont droit, cette aide avait été crée en 1998 par Lionel Jospin pour venir en aide aux ménages modestes lors des fêtes de Noël et du Nouvel an.

Une prime de Noël d’environ 152,45 euros par personne

En 2017, cette prime avait été versée à deux millions et demi de bénéficiaires. Ceux-ci avaient été sélectionnés car également bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de la prime forfaitaire pour reprise d’activité, de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou de l’allocation équivalent retraite (AER). Cette dernière allocation étant versée aux demandeurs d’emploi qui n’ont pas encore atteint l’âge de la retraite mais qui justifient des trimestres requis pour avoir une retraite à taux plein. Il s’agit des personnes dont les droits à l’AER ont été ouverts avant le 1er janvier 2011 et qui de ce fait, continuent à la percevoir jusqu’à l’expiration de leurs droits.

Une aide versée la semaine avant Noël

Versée directement par Pôle Emploi ou par la CAF, cette prime de Noël arrive souvent à point nommé pour les bénéficiaires qui l’utilisent pour profiter des fêtes de fin d’année. Sauf surprise, cette prime de Noël sera maintenue en 2018 et ses montants seront les mêmes que l’année dernière. Cette allocation sera normalement reconduite à chaque fin d’année au cours du quinquennat Macron.

Une aide qui ne nécessite aucune démarche

Qu’elle soit versée par la Caf ou par Pôle emploi, cette prime ne nécessite aucune démarche de la part des allocataires. En effet, ceux-ci ont automatiquement droit au versement de la prime si ils remplissent les conditions pour la toucher et ce, sans remplir aucun formulaire de demande. Le virement de la somme convenue est effectué sur leur compte bancaire soit par la Caf, soit par Pôle emploi selon le cas de chacun des bénéficiaires. Le montant est automatiquement calculé et versé en fonction des informations dont disposent la Caf ou Pôle emploi sur leurs bénéficiaires. Attention, tous les ayants-droit ne touchent pas le même montant: la prime de Noël versée aux bénéficiaires du RSA par la Caf, dépend de la composition du foyer et augmente en fonction du nombre de personnes qui le composent. Au contraire de celle versée par Pôle emploi, qui, elle, est d’un montant unique.

 

Les seniors qui font le ménage eux-mêmes évitent la dépression!

mercredi 15 août 2018

Eh oui, c’est un fait, les personnes âgées faisant elles même le ménage de leur appartement, sont moins sujettes à la dépression que les autres. En effet, faire le ménage est considéré comme pratiquer une activité sportive, ce qui est bénéfique pour éviter la dépression.

Pratiquer une activité physique éloigne la dépression

Selon une étude coordonnée par Adam Chekroud, chercheur en psychiatrie à Yale aux États-Unis et publiée récemment dans la revue The Lancet Psychiatry : « Tous les types d’exercice physique ont été associés à une amélioration de la santé mentale », même si il est certain que les sports collectifs ont plus de vertus. Selon les auteurs de l’étude, « les personnes qui ont une activité physique font état de 1,5 jour de moins de mauvaise santé mentale par mois par rapport à celles qui n’ont pas d’activité ». Selon eux, la bonne dose d’exercice physique est de « 45 minutes trois à cinq fois par semaine ». Car au-delà, cela n’est plus bénéfique.

5 % à 20 % des personnes âgées vivent des périodes dépressives

Bien que passant souvent inaperçues, ces périodes dépressives apparaissent souvent au cours de la vie des personnes âgées isolées, surtout celles qui ont perdu leur conjoint. A cela s’ajoutent également des facteurs physiologiques liés au vieillissement, comme une baisse importante de sérotonine. La sous-alimentation, également, peut causer des carences nutritionnelles (en acide folique et en vitamine B12) contribuant à la dépression. En outre, les personnes âgées souffrent souvent d’une maladie chronique et il est connu que le fait d’avoir des douleurs chroniques ou une maladie invalidante (diabète, AVC…) augmente fortement le risque de dépression. Pour lutter contre ces épisodes de déprime, il est conseillé de pratiquer un sport comme la natation ou le vélo.

Prévenir la dépression des âgés

Il semblerait que ce soit possible en respectant des conseils particuliers comme se ménager, éviter le stress, apprendre des stratégies pour réagir face au stress et apprendre à prendre soin de soi. Il est également fortement conseillé de surveiller son alimentation. En effet, pour fonctionner, notre cerveau a besoin d’aliments de bonne qualité. Au contraire, certains aliments comme les graisses saturées présentes dans la friture et les graisses industrielles, sont nocifs pour son bon fonctionnement. D’autre part, pour produire de la sérotonine et la noradrénaline il faut pouvoir apporter à l’organisme, les bons acides aminés qui se trouvent dans les protéines. Certains minéraux comme le magnésium, peuvent également être bénéfiques pour lutter contre certaines manifestations de l’anxiété.

 

 

 

Protection juridique d’un proche âgé : tutelle, curatelle

jeudi 3 mai 2018

La protection juridique d’une personne permet bien souvent de débloquer des situations de crise à l’intérieur d’une famille, voire d’éviter de véritables drames. Notamment en rétablissant une sorte de neutralité intrafamiliale, lorsque par exemple, c’est une personne extérieure qui va devoir gérer les biens d’une personne âgée devenue vulnérable.

La tutelle et le tuteur

Finies les dissensions entre frères et sœurs ou les suspicions à l’égard de l’aîné… En remplissant ses fonctions, le tuteur professionnel met généralement un terme à tous ces conflits qui peuvent surgir au sein de la famille. Même si parfois la mesure ne plait pas à tout le monde. En effet, un curateur ou tuteur nommé par le juge a toute légitimité pour prendre des décisions à la place de la personne âgée. Selon le type de mesure : curatelle simple ou renforcée, tutelle, les missions sont précisées dans le jugement initial. Si le besoin s’en fait sentir, il est possible de diviser la tutelle entre deux tuteurs ou curateurs : un qui sera chargé de la protection de la personne et un autre qui sera chargé de la gestion du patrimoine. Toutefois ces tuteurs et curateurs ont certaines obligations à respecter.

Le rôle des tuteurs

Les tuteurs sont tenus de rendre compte de l’exécution de leur mandat à la personne protégée et au juge et de transmettre un compte rendu annuel de gestion des comptes et un inventaire patrimonial. Ils seront également tenus de prévenir les banques et autres administrations concernées, de la mise en place de la mesure de protection.

  • Le compte rendu annuel de gestion des comptes : ce compte-rendu doit être remis au greffier en chef. Il devra être accompagné des pièces justificatives nécessaires (relevé de compte par exemple). Il ne sera obligatoire qu’en cas de patrimoine important.
  • L’ inventaire patrimonial : afin d’éviter tout abus ou spoliation, le tuteur et le curateur disposent d’un délai de 3 mois à partir de la mise en place de la mesure pour dresser un inventaire des biens de la personne protégée et le transmettre au juge des tutelles. Cet inventaire devra être établi en présence de la personne protégée ou de son avocat. Un officier public ou ministériel doit l’approuver. Si tel n’est pas le cas, deux témoins majeurs sans lien direct avec la personne protégée ou avec le protecteur, doivent être présents lors de l’inventaire. Ils doivent le dater et le signer.

Celui-ci doit comporter :

  • Une description des meubles et leur valeur lorsqu’elle est supérieure à 1500 euros.
  • Une estimation de la valeur du logement.
  • La position des comptes bancaires, des placements, des valeurs, et des éventuelles sommes en espèces.

L’inventaire sera actualisé chaque année et transmis par le tuteur au juge des tutelles, dans son rapport annuel.

A savoir : Vous pouvez trouver la liste des organismes qui peuvent vous aider et des services compétents en la matière, auprès des greffes des tribunaux d’instance et de grande instance.