Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour la catégorie ‘Conseils maisons de retraite’

Les seniors qui font le ménage eux-mêmes évitent la dépression!

mercredi 15 août 2018

Eh oui, c’est un fait, les personnes âgées faisant elles même le ménage de leur appartement, sont moins sujettes à la dépression que les autres. En effet, faire le ménage est considéré comme pratiquer une activité sportive, ce qui est bénéfique pour éviter la dépression.

Pratiquer une activité physique éloigne la dépression

Selon une étude coordonnée par Adam Chekroud, chercheur en psychiatrie à Yale aux États-Unis et publiée récemment dans la revue The Lancet Psychiatry : « Tous les types d’exercice physique ont été associés à une amélioration de la santé mentale », même si il est certain que les sports collectifs ont plus de vertus. Selon les auteurs de l’étude, « les personnes qui ont une activité physique font état de 1,5 jour de moins de mauvaise santé mentale par mois par rapport à celles qui n’ont pas d’activité ». Selon eux, la bonne dose d’exercice physique est de « 45 minutes trois à cinq fois par semaine ». Car au-delà, cela n’est plus bénéfique.

5 % à 20 % des personnes âgées vivent des périodes dépressives

Bien que passant souvent inaperçues, ces périodes dépressives apparaissent souvent au cours de la vie des personnes âgées isolées, surtout celles qui ont perdu leur conjoint. A cela s’ajoutent également des facteurs physiologiques liés au vieillissement, comme une baisse importante de sérotonine. La sous-alimentation, également, peut causer des carences nutritionnelles (en acide folique et en vitamine B12) contribuant à la dépression. En outre, les personnes âgées souffrent souvent d’une maladie chronique et il est connu que le fait d’avoir des douleurs chroniques ou une maladie invalidante (diabète, AVC…) augmente fortement le risque de dépression. Pour lutter contre ces épisodes de déprime, il est conseillé de pratiquer un sport comme la natation ou le vélo.

Prévenir la dépression des âgés

Il semblerait que ce soit possible en respectant des conseils particuliers comme se ménager, éviter le stress, apprendre des stratégies pour réagir face au stress et apprendre à prendre soin de soi. Il est également fortement conseillé de surveiller son alimentation. En effet, pour fonctionner, notre cerveau a besoin d’aliments de bonne qualité. Au contraire, certains aliments comme les graisses saturées présentes dans la friture et les graisses industrielles, sont nocifs pour son bon fonctionnement. D’autre part, pour produire de la sérotonine et la noradrénaline il faut pouvoir apporter à l’organisme, les bons acides aminés qui se trouvent dans les protéines. Certains minéraux comme le magnésium, peuvent également être bénéfiques pour lutter contre certaines manifestations de l’anxiété.

 

 

 

Grands-parents et petits-enfants : le lien sacré!

jeudi 28 juin 2018

Selon une récente étude menée par l’Association Partager Pour Mieux Vieillir, pour 76% des petits-enfants, rendre visite aux grands-parents est source de plaisir. Effectivement, la relation qui se crée entre des grands-parents et leurs petits-enfants est unique en son genre!

Une relation unique, singulière et fusionnelle

Pour recueillir assez de résultats pour réaliser leur étude, l’association Partager Pour Mieux Vieillir a réalisé une enquête auprès de plus de 250 grands-parents en collaboration avec la société Linexio. Selon les résultats, il s’avère que : « 82% des répondants sont en contact avec eux plus d’une fois par mois par le biais de visites ou d’appels en majeure partie. Malgré ce constat 74% aimeraient voir davantage leurs petits-enfants mais le frein principal est la distance qui les sépare ». Ces résultats sont tout de même rassurants car ils prouvent que les grands-parents échangent régulièrement avec leurs petits-enfants, ce qui permet de lutter contre l’isolement des grands-parents âgés.

53% d’entre eux aimeraient enrichir ces moments de partage

En effet, les grands-parents aimeraient en majorité, partager plus de temps avec leurs petits-enfants et éventuellement partir avec eux en vacances. Cette formule permettrait aux parents de souffler un peu pendant les vacances scolaires tout en sachant leurs enfants en de bonnes mains. La retraite est d’ailleurs un bon moment pour resserrer les liens familiaux : en pratiquant des activités avec leurs enfants et petits-enfants, les seniors retrouvent leur entrain et les plus jeunes sont ravis de profiter de leur expérience. Les seniors partageront avec joie des anecdotes du passé avec les enfants qui les adapteront au présent. À travers leur implication auprès des jeunes générations, les seniors jouent un rôle dans la société et transmettent leur savoir.

Échanger et partager, un objectif pour les seniors

À la retraite, nombreux sont les seniors qui choisissent de partager leur savoir en formant des jeunes à leur métier ou grâce à l’aide aux devoirs. Que ce soit au niveau de la famille ou des voisins, cette implication bénévole est très bénéfique et apporte de nombreuses satisfactions. Car, d’après une récente étude scientifique, pour vivre plus heureux il faut absolument privilégier les rapports sociaux. À l’inverse, la solitude au quotidien est toxique : les personnes isolées s’avèrent non seulement plus malheureuses, mais leur santé et leurs capacités cognitives déclinent aussi plus vite.  Encore une raison supplémentaire, de passer du temps avec vos petits-enfants!

Journée européenne de l’obésité

mercredi 23 mai 2018

A l’occasion de la Journée européenne de l’obésité qui s’est déroulée le 18 et le 19 mai, une campagne de sensibilisation a été relayée par le Collectif national des associations d’obèses. Le but : attirer l’attention sur ce qui commence à devenir un réel problème de société.

L’obésité touche plus de 650 millions de personnes dans le monde

Selon l’OMS, 13% d’adultes dans le monde étaient obèses en 2014, ce nombre ayant doublé depuis 1980. Un adulte sur cinq pourrait être concerné d’ici à 2020. Ce qui est très préoccupant! Selon le Docteur Joëlle Singer, endocrinologue spécialiste du diabète et des maladies de la nutrition et responsable d’unités d’éducation thérapeutique, les causes médicales de l’obésité sont les suivantes: Tout d’abord grâce à la technologie, les gens ont de moins en moins besoin de se déplacer ce qui diminue le temps octroyé à l’activité physique dans la journée. De plus l’alimentation a beaucoup changé en qualité et ce, pratiquement dans tous les pays et les gens ont de plus en plus tendance à consommer des plats industrialisés très riches en calories. Certains cas d’obésité sont toutefois dus à des maladies endocriniennes.

L’obésité c’est quoi?

L’obésité est définie par l’indice de masse corporelle. Il s’agit d’un chiffre qui se calcule à partir du poids et de la taille. On peut parler d’obésité et dans le cas d’un l’indice de masse corporelle au dessus de 27. Si il est au dessus de 40, on parle alors d’obésité morbide. Dans certains cas, l’obésité peut-être familiale. Elle peut être due à de mauvaises habitudes alimentaires au sein de la famille ou bien à des facteurs génétiques communs. Les  conséquences de l’obésité peuvent être de deux types : des conséquences métaboliques (diabète, hypertension, problèmes cardio-vasculaires…) et des conséquences externes (douleurs musculaires ou articulaires, stress, troubles du sommeil).

Traitements nutritionnels en cas d’obésité

Ces traitements peuvent être psychologiques, nutritionnels ou médicaux. Il existe actuellement de nombreux types de régimes. Malheureusement, très peu d’entre eux marchent réellement sauf les rencontres de groupes qui peuvent aider psychologiquement les personnes obèses. En général le régime conseillé par les médecins est le régime méditerranéen qui empêchera les complications cardiovasculaires dans les cas d’obésité.

Comment gérer les fêtes de Noel avec un proche âgé?

mardi 5 décembre 2017

C’est bientôt Noël et, comme chaque année, c’est le branle-bas le combat pour la grande réunion de famille ! Parents, enfants, conjoints, petits-enfants… un joyeux mélange d’âges qui engendrera à coup sûr fous rires ou prises de bec ! Chef d’orchestre de la soirée, vous devrez également prendre en charge ceux de vos proches qui sont les plus âgés. Voici quelques conseils pour que tout se passe bien le jour J :

Prévoyez un plan de table

À vous de décider si vous souhaitez placer les convives ou non. Rappelez-vous que ceci permet d’éviter de laisser quelqu’un totalement de côté, de séparer les éventuels « combattants » ou de ne pas imposer à votre sœur célibataire les récits sans fin des aventures des trois chérubins de votre cousine jeune maman. La conversation languit ? Lancez les anecdotes d’enfance, chacun devrait pouvoir y trouver son compte ! Entre deux plats, il peut être souverain de s’accorder des petites pauses. La cuisine peut être un havre de paix où s’accorder une vraie respiration, au sens propre comme au sens figuré ! Si le stress monte, c’est le moment d’essayer de mettre en pratique quelques exercices de relaxation que l’on aura pris le temps de tester avant les fêtes !

Préparez un menu simple

L’objectif n’est pas que vous restiez toute la soirée en cuisine. Il faut que vous puissiez profiter de vos invités. Misez sur les valeurs sûres, avec de préférence des plats que vous pouvez préparer la veille ou même bien à l’avance et que vous pourrez congeler. N’hésitez pas à prévoir un buffet de manière à ne pas avoir à vous préoccuper des allergies ou des préférences alimentaires des uns ou des autres. Mettez les invités à contribution. Tout le monde peut participer que ce soit en apportant quelques plats, en mettant le couvert, en débarrassant, ou en veillant à ce que les verres soient pleins… Faites confiance à vos proches, confiez leur des tâches précises : vous allégerez ainsi votre quotidien avant les fêtes et le jour J ! Le mieux est l’ennemi du bien. Personne ne s’attend à ce que tout soit parfait. Restez raisonnable ! L’important est que vous passiez un bon moment tous ensemble.

Occupez-vous de vos proches âgés

Si vous avez des personnes âgées parmi vos invités, profitez des fêtes pour les faire parler de leur passé! C’est un cadeau pour tous que vous allez pouvoir offrir cette année. Prenez le temps de les écouter, faites leur raconter leur vie : Comment il ou elle a vécu la guerre, comment était l’école, leur premier emploi, les grands événements dont ils se souviennent, leurs amours, leurs mariages, la naissance de leurs enfants… Vos grands-parents seront sans doute ravis d’avoir un auditoire réellement attentif. Munissez-vous d’un carnet et notez toutes ces précieuses informations. C’est l’histoire de votre famille qui se redessine le temps d’une soirée, d’un après-midi, d’un week-end ! Vous pourrez, pourquoi pas, mettre toutes ces notes au propre pour les partager avec votre famille, en les accompagnant des photos que votre proche serait prêt à commenter. N’hésitez pas à retracer également l’histoire de votre famille en remontant les générations. C’est peut-être même le moment de créer votre arbre généalogique. Pour cela, vous pouvez utiliser Geneanet en ligne ou télécharger l’édition gratuite de Généatique 2018.

 

Connaissez-vous toutes les activités et services pour seniors?

lundi 13 novembre 2017

D’après une récente étude scientifique, vivre heureux, c’est avant tout privilégier les rapports sociaux . À l’inverse, la solitude au quotidien serait toxique: les personnes isolées s’avèrent non seulement plus malheureuses, mais leur santé et leurs capacités cognitives déclinent aussi plus vite. Et de fait, d’après les neuroscientifiques, l’expérience de l’isolation sociale active les mêmes zones du cerveau que la douleur physique. C’est donc scientifiquement prouvé ! Adopter un comportement tourné vers l’autre est donc bénéfique à tous les niveaux.

Seniors : échangez et partagez, c’est bon pour le moral!
Voici quelques idées d’activités et de loisirs destinés aux seniors:

Le tabac augmente les risques de DMLA ou dégénérescence maculaire liée à l’âge

mercredi 2 août 2017

La DMLA : Une maladie chronique et évolutive

La DMLA ou dégénérescence maculaire liée à l’âge est une maladie chronique et évolutive qui touche les sujets âgés de plus de 50 ans. C’est aujourd’hui la première cause de handicap visuel chez les plus de 50 ans. Cette pathologie touche la macula, région de la rétine qui permet la vision centrale des détails et des couleurs. Elle est constituée de cellules de photo-récepteurs ou cônes qui vont réceptionner le signal lumineux et le transformer en signal électrique. C’est ce  signal qui sera envoyé au cerveau qui le décodera pour nous permettre de voir les images. Lorsque la macula est atteinte, le patient atteint de DMLA ne deviendra pas aveugle mais verra sa vision centrale très affaiblie.

Prévalence de la DMLA dans le monde

La DMLA est une pathologie du sujet âgé vivant dans les pays occidentaux. Dans ces pays, 30% des patients de plus de 75 ans en sont atteints. En effet, il s’agit d’une pathologie qui touche entre 10 à 12 % de la population. Bien sûr, l’incidence de la DMLA augmentera avec l’espérance de vie. Certains pays d’Asie comme le Japon présentent des formes de DMLA qui sont plus importantes qu’en France. Par contre en Afrique par exemple, on n’en trouvera pas. L’âge est le principal facteur de risque mais il en existe également un autre qui a été clairement établi : le tabac. Par exemple, un patient qui fume environ un paquet par jour pendant 20 ans aura un risque multiplié par 3 ou 4 de développer une DMLA par rapport à un patient non fumeur. D’autres facteurs de risque ont été évoqués mais sans aucune certitude. Par exemple l’hérédité, l’exposition au soleil, l’obésité, l’hypertension artérielle, ou une alimentation déséquilibrée qui serait, elle, à l’origine d’une forme de DMLA particulière.

DMLA : Signes d’appel et diagnostic

Quels sont les signes d’appel qui vont alerter sur une éventuelle DMLA? Dans les premiers stades de la maladie, il n’y a pas beaucoup de symptômes à part une très faible baisse d’acuité visuelle ce qui n’alerte pas tout de suite le patient.Ce n’est que lorsque les troubles de la vision centrale seront plus prononcés, que le patient ira consulter un medecin. A ce moment là, le patient ne pourra plus distinguer les visages, il verra une tache noire centrale, ressentira une baisse de la sensibilité aux contrastes  (images ternies ou jaunies) et présentera un symptôme fréquemment  décrit : une déformation des lignes. Au vu de ces symptômes, le médecin devra, sans tarder, adresser le patient à un spécialiste. Pour affiner le diagnostic, l’ophtalmologiste  réalisera alors un fond d’œil après distillation d’un produit dilatant les pupilles. Il recherchera des dépôts jaunâtres sur la rétine au niveau de la macula afin de justifier le diagnostic de DMLA. Il effectuera également un scanner de la rétine afin de pouvoir déterminer le stade de la DMLA.