Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour la catégorie ‘Conseils maisons de retraite’

Seniors, 5 conseils pour ne plus être malades en hiver

mercredi 9 janvier 2019

L’épidémie de grippe est arrivée! Entre les rhumes, les angines et les bronchites, ça ne s’arrête pas! Si vous en avez assez de tomber malade en hiver, suivez les conseils suivants :

  1. Buvez beaucoup !

Les seniors qui veulent se protéger du froid, ont tendance à rester chez eux en hiver. De fait, ils respirent de l’air sec, surtout à l’intérieur des maisons.  De plus, la sensation de soif diminuant avec l’âge, il arrive souvent que les personnes âgées soient déshydratées. Pour contrer ce phénomène, il faut régulièrement,  boire beaucoup d’eau, en petite quantité (entre 1,5 et 2 litres par jour). Pour ceux qui n’aiment pas l’eau, il est possible d’alterner les liquides en en buvant également du thé, des infusions et de la soupe.

2. Utilisez un humidificateur!

Pour lutter contre ce phénomène d’air trop sec dans les maisons fermées, vous pouvez installer un humidificateur d’air couplé à un diffuseur d’huiles essentielles à base d’eucalyptus, de thym ou de benjoin. Vous pouvez vous procurer celles-ci en pharmacie ou dans les magasins spécialisés. Si vous ne voulez pas investir dans un humidificateur, vous pouvez tout simplement déposer des récipients pleins d’eau à côté de vos radiateurs ou chauffages.

3. Prenez des vitamines!

Elles sont très utiles pour résister au froid. La vitamine C, par exemple, permet également de repousser les infections. Vous pouvez acheter ces vitamines en pharmacie mais rien ne vaut la méthode naturelle: les kiwis et les oranges. Ces fruits contiennent beaucoup de vitamine C mais ils ne sont pas les seuls; certains légumes comme le persil, les choux (le brocoli surtout) et le poivron en contiennent aussi. Attention toutefois à ne pas dépasser la dose recommandée, à savoir 110 milligrammes ou 2 oranges par jour pour un adulte.

4. Misez sur les oligoéléments!

Le zinc et le sélénium. Ces deux oligoéléments sont indispensables pour rester en bonne santé pendant l’hiver. En effet, une carence en zinc expose aux infections respiratoires et aux rhumes.  Pour faire le plein de cet oligoélément, vous pouvez consommer des huîtres, des viandes, des poissons, du pain complet, des lentilles ou des légumes verts. Le sélénium et le magnésium peuvent également vous aider à rester en bonne santé en hiver. Vous pouvez trouver ce dernier dans le thon, le foie de veau et les moules cuites à l’eau. Quand au magnésium, il y en a dans les amandes et le chocolat noir.

5. Sortez prendre l’air!

Ce conseil est très simple mais il est important! Il faut absolument profiter de la lumière du soleil, même en hiver. Cela diminue les risques de dépression. De plus, respirer régulièrement de l’air frais et faire de l’exercice, sont des habitudes qui contribuent à avoir une bonne hygiène de vie.

La vieillesse : état des lieux

dimanche 16 décembre 2018

Pour nous tous, la vieillesse fait appel à l’idée de la fin de la vie mais ce n’est pas tout. La vieillesse, c’est aussi la période de la vie succédant à l’âge mûr que l’on situe actuellement chez l’homme à partir de l’âge de 65-70 ans. C’est aussi la période ultime de la vie qui est plus ou moins bien vécue par une personne en fonction de son état physique ou mental.

La vieillesse, dernière étape de la vie souvent vécue en EHPAD

Même si ce postulat est vrai, aujourd’hui le visage de la vieillesse a changé : on vit de plus en plus longtemps donc cette période est de plus en plus longue. Selon l’Insee, la population âgée de + de 75 ans va augmenter de 72% d’ici 2060. En cause, les générations du baby-boom qui alimenteront… le papy-boom. Le nombre de personnes de plus de 85 ans, triplera d’ici à 2060. En fait, dans 50 ans, la France pourrait compter 200.000 centenaires, soit 13 fois plus qu’aujourd’hui.

1,3 million de personnes âgées dépendantes

C’est le chiffre avancé aujourd’hui. En ce qui concerne l’âge moyen de la dépendance, il est actuellement situé autour des 83 ans et recule régulièrement. A ce jour, la France alloue aujourd’hui 24 milliards d’euros ( budget d’état) au financement public de la dépendance, soit environ 1% de la richesse nationale et les dépenses à la charge des ménages sont estimées à environ 7,2 milliards d’euros. À l’horizon 2060, ces sommes devrait être multipliées par 2.

600.000 places disponibles en maison de retraite en France

Et ce, avec un taux d’occupation qui dépasse les 80%. L’âge moyen des résidents en EHPAD y est de 84 ans, contre 80 ans en 1990. A cet âge, le corps commence à décliner et à fonctionner au ralenti. les conséquences de ce déclin anatomique et physiologiques ont nombreuses : tout d’abord, la transmission de l’information se fait plus lentement, car les neurotransmetteurs sont moins performants. D’où le ralentissement intellectuel et moteur. Mais attention aux stéréotypes et idées reçues sur la personne âgée. Plus lent…ne veut pas dire moins intelligent. Avec l’âge, l’encodage de nouvelles informations baisse mais pas la mémorisation d’informations involontaires (mémoire implicite). Le langage sur le versant réceptif ne bouge pas, l’intelligence émotionnelle est plus développée et la créativité peut perdurer. Pour preuve : de nombreux prix Nobel sont obtenus à un âge avancé.

En résumé, il faut veiller à ne pas confondre le vieillissement normal et le vieillissement pathologique! 

Quelles aides financières en cas d’urgence?

jeudi 15 novembre 2018

Que faire lorsqu’on est confronté à une urgence ou à un imprévu concernant un proche âgé? Comment faire face financièrement, à ce genre de situation ? Heureusement, il existe des aides financières exceptionnelles destinées aux personnes âgées ou handicapées.

Un complément aux aides sociales

Il existe des aides exceptionnelles prévues pour servir de complément aux aides sociales classiques. Ces aides ponctuelles peuvent être octroyées pour faire face à des dépenses rendues nécessaires par un état de sante défaillant. Ces aides peuvent être demandées dans les cas suivants :

– Pour finaliser l’acquisition d’une prothèse auditive
– Pour payer un hébergement temporaire en accueil de jour
– Pour ajouter des heures supplémentaires d’aide à domicile
– Pour assurer au malade, une assistance psychologique par un professionnel
– Pour payer les frais de déménagement pour intégrer un logement plus adapté
– Pour régler les frais de transport pour des consultations médicales
– Pour  payer les différentes protections hygiéniques
– Pour régler les divers soins des pieds
– Pour payer les frais d’installation de la téléassistance
– Pour assurer les services d’une garde de nuit à domicile
– Pour financer des petits travaux de bricolage ou de jardinage
– Pour la consultation à domicile d’un ergothérapeute
– Pour organiser des sorties ou des séjours de vacances accompagnées
– Pour payer une aide à la gestion administrative par un professionnel
– Pour participer à des ateliers (mémoire, équilibre, nutrition…)

Pour en savoir plus sur toutes les aides financières allouées aux personnes âgées, vous pouvez consulter gratuitement le livret « Aides sociales » publié par l’organisme Retraite Plus, spécialiste de conseil et d’orientation en maison de retraite. Pour cela, il vous suffit de cliquer ici.

Seniors, faites du sport sur ordonnance!

mercredi 31 octobre 2018

De plus en plus convaincus des vertus du sport sur la santé, les médecins sont nombreux à le prescrire sur ordonnance. Pour les y aider et les guider dans les différents sports appropriés à l’état de santé de leurs patients, la HAS publie un guide pour accompagner les praticiens dans le conseil d’une activité physique adaptée.

Le sport : un défi de santé publique même en maison de retraite

Dans notre société de plus en plus sédentaire, les gens font de moins en moins d’exercice. Pourtant, quel que soit l’âge, l’activité physique quotidienne est bénéfique. En effet, elle protège de certaines maladies (hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires, diabète…), prévient la prise de poids, préserve l’autonomie et surtout, elle maintient le capital musculaire. Et aujourd’hui, on sait que ses bénéfices sont autant préventifs que curatifs. C’est la raison pour laquelle, depuis 2016, les médecins sont habilités à prescrire une activité physique à leurs patients atteints d’une maladie chronique en affection longue durée (ALD) adaptée à leur état de santé.

Comment savoir quel sport est adapté à une maladie grave?

Le problème, c’est que les médecins et les professionnels de santé en EHPAD ne connaissent pas suffisamment les effets bénéfiques du sport en cas de maladie grave et ne disposent que de peu d’outils pour être en mesure de mener une consultation médicale ciblée et surtout pour pouvoir estimer le risque réel lié à la pratique de l’activité physique en question. C’est donc pour pallier à ce problème que la Haute autorité de santé (HAS)  a sorti, en octobre 2018, un guide pour accompagner les médecins dans cette démarche. Ce guide comprend des connaissances générales sur l’activité physique mais également leurs différents impacts sur la santé et des grilles d’évaluation pour mesurer le risque cardiovasculaire des personnes qui viennent en consultation

Des grilles de référence pour chaque maladie

Ces grilles de référence ont pour but d’aider les professionnels à conseiller l’activité sportive la plus adaptée aux personnes atteintes de maladies comme la BPCO (Broncho pneumopathie chronique obstructive), la maladie coronaire stable, l’obésité, le diabète de type 2, l’HTA (hypertension artérielle) et l’AVC. Car même atteint d’une maladie grave, il reste important d’avoir une certaine activité physique. C’est ce qu’explique la Haute Autorité de Santé pour qui, à condition d’aller à son rythme, considère que même en cas de maladie grave, « la balance bénéfice-risque penche largement en faveur du sport ». Avec ce guide, la HAS contribue à la mise en œuvre de la politique gouvernementale de promotion de l’activité physique sur prescription médicale.

 

 

 

Seniors : Protégez-vous contre la grippe!

jeudi 25 octobre 2018

Ca y est! La campagne de Prévention antigrippale est lancée! Elle est basée sur la vaccination et les mesures d’hygiène à adopter en cas de forte épidémie.

Une opération de sensibilisation nommée : « un vaccin main dans la main »

Cet hiver, l’organisme de conseil et d’orientation en maison de retraite, Retraite Plus  participe à cette campagne en diffusant une opération de sensibilisation nommée : « un vaccin main dans la main ». Cette campagne à pour but d’inciter les jeunes bénévoles ayant une personne âgée dans leur entourage familial ou dans leur voisinage, à proposer leur aide et leur véhicule pour accompagner ces personnes âgées se faire vacciner dans le lieu de leur choix. (Cabinet médical, cabinet d’infirmières…).

L’an dernier, 40% des cas de grippes hospitalisés avaient plus de 65 ans

En effet, les personnes âgées sont parmi les plus exposées au virus de la grippe et en tant que telles, elles sont dites éligibles pour recevoir un vaccin gratuit à retirer en pharmacie sur simple présentation de leur bon de prise en charge de l’Assurance maladie. Par ailleurs,les pharmaciens pourront aussi pratiquer les injections mais seulement dans quatre régions tests : Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine, et Occitanie.

Comment ça marche ?

Les bénévoles qui souhaitent aider et soutenir les aînés peuvent s’inscrire sur l’interface de bénévolat mise à disposition par l’organisme Retraite Plus. En effet, cette plateforme d’entraide est disponible pour toute personne qui désire se porter volontaire pour accompagner à pied ou en voiture les personnes âgées désireuses de se faire vacciner. Ce forum a été prévu pour accueillir aussi bien des demandes d’aide de la part de personnes âgées que des offres de services de la part de bénévoles.

Pour participer à l’opération, rendez-vous dès aujourd’hui sur : http://www.retraiteplus.fr/benevoles

 

Retraite Plus, un organisme qui accompagne les aidants Alzheimer!

mercredi 10 octobre 2018

L’organisme Retraite Plus a été créé voilà dix ans suite au constat de la difficulté pour les familles à trouver des places en maison de retraite. L’idée étant de faire en sorte que l’offre soit à portée de clics. Aujourd’hui, Retraite Plus affine son offre et l’étend à la possibilité pour les familles de faire la recherche par elles-mêmes en trouvant des réponses sur le site internet. Même s’il y a toujours la possibilité de parler à quelqu’un de vive voix au téléphone.

Un service spécifique Alzheimer en ligne depuis un mois

Qu’est-ce qui a conduit cet organisme à proposer ce service spécifique aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ? Et bien, c’est d’après ses responsables, c’est surtout le fait que les familles et les aidants Alzheimer ont grand besoin d’être accompagnés. En général, les familles en recherche préfèrent, en plus des informations du site, avoir un interlocuteur en direct pour poser leurs questions de vive voix. S’agissant de la maladie d’Alzheimer ou des troubles cognitifs apparentés, les demandes portent surtout sur des endroits sécurisés. Il s’agit soit d’espaces clos soit de dispositifs avec des bracelets anti-fugue.

Retraite Plus, un service gratuit

L’organisme travaille en partenariat avec les maisons de retraite et fonctionne comme les locations d’appartement. En effet, une personne ayant un appartement à louer, fera passer une petite annonce. Mais les maisons de retraite ne pouvant pas passer de petites annonces, l’organisme Retraite Plus centralise donc les demandes et aiguille les familles vers les établissements les mieux adaptés à leur situation en fonction des places disponibles. Voilà pour le quantitatif. Quant au qualitatif, les retours des familles permettent aux conseillers Retraite Plus de donner des renseignements objectifs. « Nous ne privilégions aucun groupe. Nous sommes vraiment un tiers de confiance. Nous proposons aux familles ce qui leur correspond le mieux selon leurs besoins, leur budget, l’urgence de la demande… Sachant que nous ne proposerons pas un établissement dont on a entendu qu’il y avait un problème » déclare une des responsables de l’organisme. « Nous nous adaptons à la demande des utilisateurs et aux outils qui évoluent. On se rend compte qu’il y a aujourd’hui une demande des familles et une volonté affirmée du gouvernement de maintenir le plus possible la personne à domicile. Nous ne proposons pas que des entrées en maison de retraite ou en résidences senior. Nous présentons aussi toutes les aides auxquelles les familles ont droit en matière de maintien à domicile » conclue la responsable.

Pour en savoir plus sur ce site internet cliquez sur le lien suivant: https://www.retraiteplus.fr/

( Source:l’Est Républicain)