Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Archive pour la catégorie ‘Activités et attractions en EHPAD’

Les animaux de compagnie en EHPAD : pour ou contre?

mercredi 7 novembre 2018

Auparavant, seulement 30% des établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPA) acceptaient nos amis les bêtes. Aujourd’hui près d’une maison sur deux le permet. À condition de respecter certains points. En effet, la circulaire Franschesci de 1986, précise que « les personnes âgées qui ont un animal familier doivent être autorisées à le garder avec elles », tout en faisant remarquer qu’il ne doit ni « créer une contrainte anormale pour le personnel », ni « gêner la tranquillité des autres résidents ».

Les bienfaits des animaux en maison de retraite

Plusieurs critères de sélection doivent vous guider dans le choix d’une structure adaptée aux besoins de la personne âgée, les plus cruciaux étant son degré de dépendance et les soins médicaux nécessités par sa pathologie. Ensuite, d’autres critères comme la possibilité d’accueillir un compagnon à 4 pattes devront également être pris en considération. En effet, les animaux de compagnie apportent beaucoup aux personnes âgées : de la compagnie mais aussi une combinaison d’affection et d’absence de jugement à l’égard de personnes affaiblies. Par ailleurs les animaux de compagnie comme les chats et les chiens, peuvent aussi leur procurer un sentiment de sécurité. C’est la raison pour laquelle 30 % des personnes interrogées lors d’une récente enquête sur la qualité de vie en EHPAD, ont répondu qu’il serait important que ces établissements accueillent les animaux de compagnie.

Les animaux, une véritable thérapie

Les professionnels de santé le savent depuis longtemps: les animaux peuvent apporter énormément de bienfaits aux personnes âgées et surtout à celles qui souffrent de troubles cognitifs. Ils provoquent des échanges affectifs réciproques favorisant un lien d’attachement, des contacts physiques, un réveil des souvenirs… Effectivement, le contact  avec les animaux peut stimuler, éveiller l’intérêt, donner des repères dans le temps et dans l’espace et même leur apporter de l’apaisement car l’animal est un facteur de détente, de tranquillité même s’il est aussi un prétexte à l’activité physique puisqu’il demande régulièrement à être promené à l’extérieur.

La réglementation concernant les animaux en EHPAD

Bien que les animaux soient autorisés en maison de retraite, l’Anesm note toutefois que « la médicalisation des établissements et le respect des normes hygiéniques peuvent limiter, voire interdire la présence d’animaux dans les règlements intérieurs ». Toutefois « lorsque le projet d’établissement prévoit la possibilité d’accepter la présence d’animaux de compagnie, [il faut] définir les différentes modalités liées à leur présence dans le contrat de séjour du propriétaire (frais vétérinaires, alimentaires, entretien, présence d’un tiers en cas d’indisponibilité de la personne, etc.) en accord, le cas échéant, avec les prescriptions du règlement de fonctionnement de l’établissement. » En fait, il faut surtout désigner à l’avance, la personne qui sera  responsable de l’animal lorsque le résident ne sera plus en mesure de le faire lui-même. Mais, il n’en reste pas moins que les animaux ne seront pas autorisés dans certains espaces collectifs comme les salles de restauration.

 

 

Seniors : que pensez-vous de la télémédecine?

jeudi 8 mars 2018

Depuis Janvier 2018, comme prévu par la loi de financement de la Sécurité sociale 2018, les médecins  ont le droit d’utiliser les technologies numériques pour faire des consultations à distance. Ils pourront également facturer leurs actes réalisés à distance comme des actes médicaux classiques.

Le but : lutter contre les déserts médicaux

C’est en effet, dans ce but que cette décision a été prise. Ces mesures permettront aux patients et aux personnes âgées ayant besoin de bilans réguliers, d’être suivis par des médecins sans bouger de chez eux. Que ce soit parce qu’elles habitent une localité sans médecin ou parce que leur état de santé ne leur permet pas de se déplacer, nombreuses sont les personnes âgées qui plébiscitent ce nouveau dispositif. Certains EHPADS avaient d’ailleurs déjà mis en place ce dispositif pour leurs résidents depuis 2017 où une première étape avait été franchie avec la prise en charge par l’Assurance maladie d’actes de télémédecine en maison de retraites(Ehpad).

Une consultation qui sera remboursée par la sécurité sociale

C’est en cela que réside la nouveauté : le gouvernement a officiellement décrété le remboursement des téléconsultations (examen médical par visioconférence) et de la télé-expertise (demande d’avis entre praticiens). Par contre, cette décision ne concerne pas encore la télésurveillance des malades chroniques via des objets connectés ni le télé conseil. La mise en place de ce remboursement sera d’abord réservée aux patients chroniques et à ceux en situation de « difficulté d’accès territorial aux soins » c’est à dire vivant dans des zones de déserts médicaux.

1,3 millions d’actes en 2021

C’est l’objectif attendu pour cette nouvelle mesure. Pour cela, toutes les spécialités médicales pourront pratiquer la télémédecine. L’assurance maladie travaille en ce moment à fournir aux médecins intéressés, une formation adéquate et des aides financières permettant l’achat du matériel de téléconsultation. Il semblerait bien que la télémédecine soit la médecine du futur!

 

 

 

 

 

 

Retraite Plus s’engage pour les présidentielles

mercredi 5 avril 2017

Une initiative pleine de peps!

L’organisme Retraite Plus vient de lancer une nouvelle opération solidaire concernant le vote des personnes âgées et concrétise sa prise de position dans la lutte contre l’isolement des âgés.

Encourager le vote comme véritable acte politique et citoyen

C’est l’objectif de cette campagne: encourager nos aînés à participer à la vie politique et citoyenne en se faisant accompagner par des bénévoles pour voter dans un isoloir. Effectivement, à quelques semaines d’une élection présidentielle qui s’annonce décisive, l’objectif est d’encourager le vote des personnes âgées dépendantes qui ont renoncé à aller voter à cause de leurs difficultés à se déplacer.

La plateforme de bénévolat de l’organisme Retraite Plus

Pour mettre en relation bénévoles et personnes âgées désireuses de se faire accompagner pour voter, Retraite Plus, organisme de conseil et d’orientation en maison de retraite, met à la disposition de tous, sa plateforme de bénévolat sur laquelle il est possible de s’inscrire pour toute demande. Pour participer à l’opération, rendez-vous dès aujourd’hui sur : http://www.retraiteplus.fr/benevoles www.retraiteplus.fr/benevoles.

Promouvoir le lien intergénérationnel

Cette opération inédite va également plus loin! Elle permet la mise en relation entre des personnes âgées et des volontaires actifs afin de promouvoir la création de liens intergénérationnels. Cette promenade jusqu’au bureau de vote sera également un bon prétexte pour faire partager de bons moments aux personne âgées ainsi qu’aux jeunes actifs qui les accompagneront.
Une autre façon de renforcer le lien intergénérationnel.

 « Il n’y a pas d’âge pour faire entendre sa voix. Aller voter, Yes we canne! »

Pourquoi proposer des activités collectives variées en maison de retraite?

mercredi 23 mars 2016

160_F_55927312_5ebtqDkk6tgVeNhYdyRYx4jrNMNRfdla

Une étude de satisfaction en maison de retraite publiée par l’organisme Retraite Plus

Cette étude s’est intéressée à plusieurs aspects de la vie des résidents en maison de retraite. Les chiffres suivants rendent compte du quotidien des résidents en EHPAD à travers leur participation aux activités collectives.

 

Des animations à visée thérapeutique en maison de retraite

Une variété d’animations à visée thérapeutique comme des séances de jeux de mémoire, des ateliers chants ou poésie, de la zoothérapie ou de la gymnastique douce sont proposées en établissement. Dans le cas où la personne âgée est encore assez valide pour y participer, la majorité des personnes interrogées (69%) déclare trouver que les animations sont nombreuses et variées. Un sondé souligne d’ailleurs la bonne volonté des animateurs : «  l’animatrice s’adapte au handicap de chacun et cherche sans cesse de nouvelles idées. Elle a récemment équipé la résidence de livres audio, spécifiquement pour maman qui est aveugle ».

La qualité des relations sociales en maison de retraite : des résultats partagés

Dans le même état d’esprit, il a été demandé aux familles : Quelle qualité de relations sociales votre proche entretient-il au sein de l’établissement ?
49% ont répondu « Très bonnes », 22% ont répondu « Plutôt bonnes » et 8% « Plutôt mauvaises ». 21% ont répondu : « Il n’en a pas ».
A travers les témoignages recueillis, on a pu constater une étroite corrélation entre la participation régulière aux activités et les relations sociales harmonieuses, deux facteurs qui dépendent fortement de l’état de santé des résidents. Ainsi, une personne âgée aphasique ou souffrant de troubles cognitifs ne peut tisser de liens sociaux ni participer à toutes les activités. Un proche nous confie notamment que sa maman, atteinte de la maladie d’Alzheimer, entretient très peu de liens sociaux du fait de sa pathologie.L’entretien de la vie sociale doit donc être une activité thérapeutique à part entière afin de maintenir la personne âgée dans son rôle social et de la faire exister en sus des relations d’amitié qu’elle peut tisser avec les autres résidents.

L’entrée en maison de retraite : un choix difficile pour les familles

jeudi 17 mars 2016

Enkel und Großmutter. Vertrag, TestamentUne décision empreinte de culpabilité …

Selon une récente enquête de l’organisme Retraite Plus (Spécialiste du conseil et orientation en maison de retraite) Au moment de l’entrée en maison de retraite, 36% des familles interrogées disent avoir éprouvé de la culpabilité, et 20% des sondés disent avoir eu des sentiments mitigés.
En effet, l’état de santé et l’âge sont les premiers motifs d’entrée en établissement, cités par 73% des résidents, et 83% de leurs proches, selon une enquête menée par la DREES sur la vie en établissement. Ce n’est donc qu’une fois parvenues à un stade relativement important de perte d’autonomie, que les familles se résignent à envisager pour leur proche l’entrée en établissement.

 

L’assurance d’avoir pris la bonne décision concernant la maison de retraite

A la question « Avec du recul, pensez vous avoir pris la meilleure décision pour votre parent ? », une belle majorité de 78% a répondu par l’affirmative. Cela s’explique par le fait que la situation peut devenir insupportable pour l’aidant qui doit en gérer chaque instant.C’est donc un soulagement de savoir qu’en EHPAD des personnes compétentes peuvent prendre soin de la personne âgée et gérer les difficultés quotidiennes inhérentes à son état. Lorsque celle-ci ne peut plus vivre chez elle seule, sa prise en charge nécessite l’intervention de deux voire trois personnes, ce qui s’avère difficile à assumer tant sur le plan humain que financier.

Le label Humanitude en maison de retraite

Depuis 2013, un Label Humanitude a été créé et est attribué aux établissements qui en font la demande, afin d’évaluer le “prendre soin” des personnes âgées accueillies en leur sein. Ce label, rassurant pour les familles, vient en complément des évaluations réglementaires des maisons de retraite.

Les établissements d’hébergement pour patients Alzheimer : Maisons de retraite médicalisées, EHPA, EHPAD, Unité de vie Alzheimer

mercredi 3 juin 2015

Doctors Nurse senior Female Patient in Hospital CorridorD’après une récente étude, plus de 90% des 10 000 établissements d’hébergement existants accueilleraient aujourd’hui les patients Alzheimer. Il faut savoir qu’ils n’étaient que 55% en 2003… Lire le reste de cet article »