Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Journée mondiale Parkinson

La maladie de Parkinson touche 4 millions de personnes dans le monde. Elle, fut découverte en 1817 par James Parkinson, médecin britannique. Cette pathologie est encore loin d’avoir livré tous ses secrets. Aujourd’hui, de nouveaux traitements ont vu le jour et les experts envisagent désormais la mise au point d’une réelle thérapie dans un avenir proche.


Cette affection neurologique dite “dégénérative”, d’origine encore inconnue, touche une petite structure cérébrale au sein de laquelle une population de cellules nerveuses est atteinte, les neurones dopaminergiques. Ces neurones fabriquent et utilisent un neurotransmetteur, la dopamine, impliqué dans le contrôle des mouvements du corps, en particulier les mouvements automatiques (le clignement des yeux, la marche, certains gestes en parlant …). C’est pour cette raison que les premiers symptômes sont le plus souvent extérieurs.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES HABITUELS ?
Le syndrome parkinsonien est caractérisé par l’association de trois signes principaux : un tremblement de repos (qui ne se manifeste que chez 2/3 des patients)
• une raideur (ou rigidité, ou hypertonie) des muscles
• une lenteur des mouvements (akinésie)

COMMENT ÉVOLUE LA MALADIE ?
L’évolution de la maladie est plus ou moins lente et progressive, la vitesse de progression des symptômes étant très variable d’un patient à l’autre. Certains signes absents au début peuvent apparaître après plusieurs années : difficultés pour parler ou écrire, troubles de l’équilibre, difficultés de concentration … Ces manifestations répondent souvent moins bien au traitement que les troubles moteurs. Des troubles végétatifs sont aussi associés aux stades avancés de la maladie. Une particularité de la maladie : la variabilité des symptômes d’un moment à l’autre ou d’un jour à l’autre. Une autre particularité : la variabilité d’un malade à un autre de ses symptômes, de son évolution, et de la réponse aux traitements. On peut donc constater que la maladie de Parkinson est spécifique à chaque personne atteinte, et requiert donc un traitement différent pour chacune d’entre elles.


QUELS SONT LES TRAITEMENTS ?
Les traitements actuels atténuent les symptômes, mais ne modifient pas l’évolution de la maladie. Ils reposent sur une stratégie thérapeutique à long terme conciliant une efficacité immédiate avec le souci de retarder l’apparition d’effets induits, en se réservant des possibilités d’action pour le futur. Le traitement est ainsi adapté en permanence au fil des années par le neurologue, qui utilise des associations de plusieurs traitements. On s’accorde à penser qu’un traitement bien équilibré peut engendrer une « lune de miel » de 3 à 8 ans avant l’apparition de périodes de fluctuations motrices.
Il faut également savoir qu’il existe deux types de traitements : le traitement chirurgical (uniquement pour les formes dites “sévères” de la maladie) et le traitement médicamenteux (équilibré et adapté à l’état du malade, celui-ci peut mener une vie quasi normale. Mais il doit savoir qu’il ne lui suffit pas de se reposer sur ce traitement seulement)…

DES EHPAD SPÉCIALISÉS PARKINSON
Certains organismes comme Retraite Plus, s’efforcent de répondre aux besoins de chacun de façon optimale. Atteint de la maladie de Parkinson, d’Alzheimer ou encore de démence, le malade peut compter sur Retraite Plus pour intégrer une maison de retraite médicalisée totalement adaptée à ses besoins. Parce que la priorité du malade est de comprendre sa maladie pour vivre au mieux sa vie, l’objectif de ces organismes est de soutenir les malades, en les plaçant là où ils seront le mieux pris en charge.



Laisser une réponse