Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Aidants : Comment héberger un proche chez soi?

Si votre proche ne peut plus rester seul chez lui et que vous avez choisi de l’héberger temporairement ou de manière permanente, sachez qu’il existe des aides dont vous pouvez bénéficier pour prendre soin de ce dernier.

Hébergement temporaire

Lorsqu’un proche perd de son autonomie, la solution la plus pratique est souvent de l’accueillir chez soi. Si vous optez pour cette solution, il faudra avant tout établir avec son médecin traitant un point détaillé sur la santé du parent à accueillir et des évolutions possibles, en tenant compte du fait que certaines maladies sont difficiles à gérer par la famille.

Bénéficier d’aides suite à un changement de domicile :
• Si votre proche ne bénéficie pas de l’APA, il existe d’autres aides comme les aides sociales locales pouvant être allouées par certains départements aux personnes hébergeant leur parent (voir p28) ou celles fournies par les caisses de retraite.
• Si la personne aidée est bénéficiaire de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie), elle pourra continuer à en profiter à votre domicile, comme prévu dans son plan d’aide.

Hébergement permanent

Un hébergement temporaire peut devenir permanent, notamment si l’état de santé de l’aidé s’est aggravé ou si sa situation financière ne lui permet pas d’intégrer une structure médicalisée. Dans ce cas de figure, il est capital de respecter l’intimité de votre proche en mettant à sa disposition une chambre qu’il pourra s’approprier en y plaçant ses affaires personnelles. Certains aménagements devront être prévus (installation de barres d’appui, suppression d’obstacles comme un tapis ou des fils électriques au sol). Sachez qu’il existe plusieurs aides qui permettent de financer l’installation d’équipements liés à la perte d’autonomie. Pour en savoir + sur ces aides, contactez l’agence nationale de l’habitat (ANAH) ou consultez le site www.service-public.fr.

Les avantages fiscaux

Héberger un proche dépendant peut vous permettre de bénéficier des abattements fiscaux suivants :
Une majoration du nombre de parts pour l’impôt sur le revenu : si votre proche est titulaire de la carte d’invalidité, vous pouvez le compter fiscalement à votre charge et ainsi bénéficier d’une part supplémentaire pour le calcul de l’impôt sur le revenu en ajoutant son revenu imposable au vôtre.
Une déduction du revenu imposable : s’il s’agit d’un proche, qui n’est pas l’un de vos parents (père ou mère ou beaux-parents), reconnu dans le besoin et âgé de plus de 75 ans, le montant des avantages en nature peut être déduit de votre revenu imposable dans la limite d’un plafond de 3 407 €.
Une déduction au titre des pensions alimentaires : si votre proche est un de vos parents et est dans le besoin, vous pouvez déduire la somme de 3 407 € correspondant à l’hébergement et à la nourriture au titre des pensions alimentaires. Dans ce cas de figure, votre proche ne pourra pas compter comme étant à votre charge.

Mots-clefs : , , , , ,

Laisser une réponse