Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Corentin encadre les pensionnaires dans une maison de retraite à Jérusalem

Etudiant à La Roche-sur-Yon, Corentin Dugast n’est pas un jeune comme les autres. En effet, son été, il ne l’a pas passé au bord de la plage à blaguer avec des copains. Il a préféré traverser plus de 4000 kms pour passer ce mois de vacances dans une maison de retraite à Jérusalem, à accompagner les résidents.

A la fois anxieux et excité à la veille de cette mission, Corentin part avec l’intime conviction qu’il prend la bonne décision. Arrivé sur place, il ne se pose plus aucune question.

Il repart un mois plus tard, plus fort que jamais. Cette expérience l’a enrichi dans beaucoup de domaines. Il est parti pour donner et il est bien probable qu’il soit revenu en ayant reçu.

Tu es parti comme volontaire un mois cet été dans la maison de retraite Le Home Notre Dame des douleurs à Jérusalem. Pourquoi ?

« En tant qu’ancien ambassadeur de l’Unicef, j’ai pris conscience de la chance que j’ai de vivre dans un pays développé et de la possibilité de partir pour se rendre utile. Agir et donner le maximum est très important pour moi. Je suis parti dans l’optique de donner du temps aux personnes âgées. La mission des Soeurs, qui tiennent la maison de retraite, est de nous guider dans cette aide quotidienne et, si on le désire, dans notre vie spirituelle. La journée, j’aidais les résidents pendant les repas, pour aller à la messe ou lors des activités. Même si ce n’était « que » de l’accompagnement, les petites attentions, comme apporter un verre d’eau, signifient bien plus que ça pour des personnes qui souffrent de la solitude. »

Que retiens-tu de cette expérience ?

« Malgré les différences de langues, de religions ou d’âges, les liens tissés avec les résidents et les Soeurs sont plus forts. Il est vrai qu’avant de partir, j’ai eu quelques inquiétudes. Mais mise à part l’image du mur, dans la zone où j’étais, il n’y avait pas de tension palpable. Au contraire, les personnes que j’ai rencontrées dans le « Home » ou dans la ville étaient vraiment accueillantes. On en oublierait presque qu’il y a un conflit. Ayant eu la possibilité de découvrir la ville de Jérusalem, je peux dire qu’on ne s’y sent pas étranger. J’espère y retourner un jour. Et je conseille à chacun de donner du temps et d’agir, car on ressort changé de ce genre d’expérience. »

Laisser une réponse