Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Alzheimer, un guide pour les aidants

Certaines personnes prennent sur elles de devenir l’aidant naturel de leur proche, un malade, une personne âgée, un enfant handicapé…

Ces personnes dont les intentions sont nobles, n’imaginent pas à quel point ce rôle peut être lourd à porter si elles n’y sont pas suffisamment préparées.

Aider un malade à lacer ses chaussures, lui préparer son repas, lui lire une histoire ou se promener avec lui dans un parc, sont des tâches ponctuelles, agréables où l’individu peut faire l’effort de se contenir, de ne pas réagir brusquement au refus ou à l’agressivité.

Mais devenir aidant équivaut ni plus ni moins à changer de vie. L’aidant s’efforce de construire une existence agréable, que le malade, malgré lui, détruira probablement jour après jour.

Il faut faire preuve de persévérance, de patience, de compassion. Il faut savoir à quoi s’attendre pour ne pas être découragé ou déçu. Il faut savoir comment réagir pour ne pas brusquer la personne âgée, et perdre sa confiance, cette confiance qu’elle a mis tellement de temps à donner. Il faut savoir par quoi le malade passe, pour le comprendre et le soutenir avec sincérité. Il faut savoir communiquer pour transmettre des messages d’amour et de tendresse qui rendront cette route moins ardue.

La fondation Edith Meltzer à Briançon, a publié un guide pour les aidants pour les informer, répondre à leurs questions, leurs incertitudes, leurs angoisses. « Ce guide est à la fois pour les aidants familiaux, pour avoir le maximum d’informations sur les maladies d’Alzheimer et apparentées, mais aussi pour les professionnels. Ils peuvent l’utiliser comme outil de travail, dans l’accompagnement des aidants », a indiqué sur Alpes 1 Laetitia Ducci, conseillère en économie sociale et familiale à la Plateforme des Aidants de la Fondation Edith Seltzer.

Ce guide tiré en 2000 exemplaires, est gratuit et est disponible depuis le début du mois de Novembre dans les CCAS, les Maisons des Solidarités, les cabinets médicaux et à la Fondation Edith Seltzer de Briançon.

Laisser une réponse