Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Une puce électronique anti-fugue

Une vieille dame est oubliée dans le jardin de l’hôpital où elle reçoit des soins, y passe la nuit dans le froid et est retrouvée morte le lendemain matin. Ce fait est bien réel et récent. Il s’est passé il y a un peu plus d’une semaine.

A notre époque, ces incidents ne devraient plus arriver. La technologie se met au service de la santé.

Cela fait quelques années que les hôpitaux et maisons de retraite utilisaient les bracelets électroniques à mettre au poignet des pensionnaires et des patients afin de suivre chacun de leurs déplacements.

Mais ce système a montré des défaillances, notamment auprès des familles qui n’ont pas supporté voir leurs parents porter cet objet de détection sur leur corps…

Aujourd’hui, l’entreprise française « I3S-Solutions » a créé un remplaçant amélioré au bracelet, il s’agit de la puce électronique. Selon le président de la société Christophe Deguerre, « C’est moins agressif que les techniques existantes ».

La puce serait placée dans un morceau de tissu qui sera lui-même attaché à un vêtement intérieur de la personne âgée. Il sera évidemment préférable de choisir de le mettre sur le sous-pull plutôt que sur le manteau, que la personne peut retirer facilement et ainsi son efficacité serait interrompue.

La puce récolte les données et enregistre les déplacements de la personne en permanence. Aussi, si le propriétaire de l’appareil s’aventure hors de la zone sécurisée, un message instantané est envoyé aux membres du personnel de l’hôpital ou de la maison de retraite auquel le « fugueur » ou la personne égarée est rattachée, qui sauront dans quelle direction chercher et qui optimiseront leurs chances de retrouver le patient en bonne santé, dans un court délai.

Cette puce anti-fugue, qui paraît être la meilleure invention dans le domaine de la sécurité des personnes fragilisées, sera certainement critiquée plus vite qu’on ne le pense, notamment par les défenseurs des libertés individuelles, pour qui l’absence d’intimité et de liberté d’action est impensable.

Respecter la liberté de nos aînés en les laissant se mettre en danger ? ou favoriser leur sécurité tout en annulant leur doit d’homme libre ?

Un commentaire sur “Une puce électronique anti-fugue”

  1. Anonyme dit :

    Ce genre de gadget devrait être vulgarisé en Maison retraite ehpad surtout qu’il s’agit de bracelets électronique et non de puce à injecter sous la peau.

Laisser une réponse