Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Le coût des maisons de retraite

Il est évident que certains établissements annoncent des frais d’hébergement excessifs, que peu de retraités peuvent se permettre. Ce problème d’établissements trop coûteux est à la une de l’actualité avec le fait divers qui a valu l’expulsion d’une personne âgée de 94 ans, un Vendredi, veille d’un week-end, de sa maison de retraite de Chaville.

Les enquêtes ont révélé que la famille avait sa part de tort, en ne payant plus les frais d’hébergement depuis plusieurs mois. La justice s’en était mêlée mais la famille a ignoré jusqu’à ce que le directeur de la maison de retraite prenne la décision de l’expulsion, décision justifiée ou maladroite ? Les enquêtes sont en cours mais une réalité est bien là : les maisons de retraite coûtent trop cher.

BFM TV a organisé un débat sur le sujet « Très chères maisons de retraite ? » le 7 Janvier, faisant participer, Anne de Vivie, fondatrice d’Agevillage, Marie-Thérèse Argenson, Secrétaire générale de la FNAPAEF (Fédération des associations de personnes âgées et leurs familles), et Pascal Champvert, président de l‘AD-PA (Association au service des personnes âgées).

Est-ce que les maisons de retraite sont trop chères ?

Pascal Champvert : « Bien sûr. Elles sont scandaleusement trop chères. Le coût moyen d’une maison de retraite, ce qui est payé par la personne âgée et sa famille, c’est 2200 euros par mois, et la retraite moyenne des femmes, qui sont l’immense majorité des maisons de retraite, c’est 850 euros, donc on demande à des gens de payer en moyenne, deux, trois, quatre fois ce qu’ils gagnent. C’est la raison pour laquelle le président Sarkozy avait annoncé la création d’une prestation autonomie, le président Hollande l’a annoncé également, il faut absolument que ça se fasse, il faut avancer et rapidement maintenant. »

 

Il y a une différence de 1500 euros entre l’aide que perçoit une personne âgée et ce que ça lui coûte par mois si elle veut être en maison de retraite…

Marie-Thérèse Argenson : « C’est énorme. Pour les familles, c’est insupportable et dans le cadre de l’obligation alimentaire, elles sont malheureusement, obligées d’y faire face, ce qui fait que certaines d’entre elles, mangent toutes leurs économies, voire sont obligées de vendre leur appartement. J’ai connu une dame dont le mari souffrait de la maladie d’Alzheimer. Pour pouvoir lui rendre visite le plus souvent possible, elle avait choisi une maison de proximité, qui lui revenait 4000 euros par mois, et cette pauvre femme était en pleurs car elle était obligée de vendre la maison que son mari a construite de ses mains, donc ça n’est plus possible. Il faut vraiment, comme le disait Mr Champvert, qu’il y ait une vraie solidarité nationale, et que ces familles ne soient pas pénalisées parce que leur personne âgée a la malchance de ne pas vieillir en bonne santé et d’être malades. »

 

Pourquoi la maison de retraite coûte-t-elle si chère ?

Anne de Vivie : « Parce qu’aujourd’hui, notre système de solidarité nationale s’arrête aux soins. On va financer, mutualiser, prendre en charge la partie soins et encore pas tout. Donc tout ce qui concerne l’hébergement, les salaires de l’entretien, de l’hôtellerie, de la restauration, de l’animation, va revenir sur les épaules du résident ou de sa famille, ce qui est beaucoup trop lourd aujourd’hui. Donc concrètement, on va devoir réfléchir à une mutualisation de ces questions et à un financement différent. Il s’agit de personnes malades, fragiles, elles ne viennent pas en maison de retraite pour vivre en collectivité. Quand les personnes viennent pour des problèmes de santé, c’est injuste que l’ensemble des biens y passe. »

Pascal Champvert : « Quand ce sont tous les français qui paient un tout petit peu, ça s’appelle la solidarité. Alors bien sûr c’est par des cotisations sociales et par l’impôt, et en ce moment les impôts et les cotisations sociales n’ont pas bonne presse. Mais moi je défends l’impôt, je défends les cotisations sociales, n’en déplaise à Mr Depardieu. Je pense qu’effectivement il est utile que nous soyons dans un pays solidaire et que nous qui sommes en bonne santé, nous payions pour accompagner les personnes âgées qui sont en difficulté. »

 

Y a-t-il des maisons de retraite qui font de l’agent ?

M.T.A : « Dans les maisons privées à but lucratif, le mot lucratif veut bien dire quelque chose. Ce que l’on déplore, c’est qu’il n’y a plus de maisons publiques, ou très peu. Aujourd’hui, en Ile-de-France et dans certaines départements, le secteur est exclusivement occupé par des EHPAD privés, et c’est inacceptable. »

A.D.V : « L’important c’est la solvabilité. Les personnes qui nous contactent sur Internet et qui cherchent un établissement pour leur parent, globalement, se f ichent de savoir si le financement sera d’ordre privé, public ou associatif. Ils veulent un bon établissement qui prenne soin de leur parent, à un tarif abordable, pas très loin de chez eux pour pouvoir venir voir leur parent assez souvent. Donc ce que je pense c’est qu’il faudrait avoir une offre variée mais avec des tarifs et une solvabilité d’accès abordables. »

 

Est-ce qu’on n’est pas à la veille de quelque chose de très grave, compte tenu du vieillissement de la population qui s’accélère et des moyens manquant pour s’offrir une place en maisons de retraite ?

P.C. : « On n’est pas à la veille, on y est. Et pourquoi il faut mettre en place cette prestation autonomie ? Parce que d’une part, comme on vient de le signaler, même dans les établissements publics, mutualistes ou associatifs, les personnes âgées ne peuvent pas payer. D’autre part, il va falloir augmenter le nombre de membres du personnel car il n’y en a pas assez, et si on ne l’augmente pas, on va se retrouver dans le même scénario qu’il y a 10 ans où avec la canicule, on a perdu 15.000 de nos aînés. »

 

Avez vous le sentiment de prêcher dans le désert ?

A.D.V. : « On va dire qu’en dix ans, la prise de conscience a un peu bougé. Les professionnels et les élus locaux, qui sont en contact direct avec la population,  se sont pris en pleine face la canicule, et se sont donc rendus compte qu’ils n’avaient pas travaillé sur l’accompagnement concret et quotidien des personnes âgées. Moi ce que je pense qu’il manque encore, c’est une réflexion sur la place des gens très âgés dans leur société. C’est la première fois dans l’histoire qu’on va vivre aussi longtemps et donc 4 à 5 générations les unes à côté des autres ».

 

Est-ce qu’on va se retrouver avec des gens qui ne pourront plus de plus en plus se payer une place en maison de retraite ?

M.T.A. : « On va se retrouver avec de la maltraitance à domicile. Les familles gardent leur proche à domicile parce qu’elles n’ont pas les moyens de payer une maison de retraite. Malheureusement, on sait ce qui se passe généralement, la personne âgée est difficile, la famille qui s’épuise même en faisant appel à des professionnels, peut devenir maltraitante. »

P.C. : « La maltraitance dans la plupart des cas ce sont des professionnels qui sont épuisés ou des familles qui sont épuisées, à part 1% ou 2% de personnes qui ont de vrais problèmes dans leur tête, et qui relèvent de la justice et de la police. »

Le mot de la fin : la dame de 94 ans expulsée de sa maison de retraite, c’est une exception ?

P.C. : « Oui bien sûr. Des familles aussi malhonnêtes c’est rarissime. Et puis derrière ça, il y a eu une maladresse de cet établissement qui a hospitalisé cette dame, ce qui était inapproprié. Il ne s’agit pas d’une expulsion. Il y a eu une rupture de contrat. Dès lors que vous ne payez plus, vous n’avez plus de contrat. »

 

2 commentaires sur “Le coût des maisons de retraite”

  1. goupillot dit :

    bien sur que c’est trop cher mais c’est le pot de terre contre le pot de fer.il faut voir qui est a la tete vraiment surement des financiers qui n’ont qu’un but faire de l’argent

  2. goupillot dit :

    bonjour.je suis assez daccord avec ce qui se dit mais: je vais voir ma mere en maison de retraite tout les jours mais je constate que peu de familles se deplacent et certains meme les ignores.ce qui est le cas chez moi mes freres et soeur refusaient de payer je suis passe par le proces qui re resoud pas tout. dans les maisons de retraite le personnel n’est pas forme on a du mal a penser qu’ils ont eux meme une famille .il y a des choses simples a faire et qui ne coutent rien seulement un peu d’organisation ,d’initiative,et du sentiment le sujet est long et je peu en dire encore beaucoup .merci

Laisser une réponse