Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

La sécurité des patients évoquée du 26 au 30 Novembre

La sécurité des patients est probablement la priorité des professionnels de la santé. Ils y pensent lorsqu’ils occultent les soins, ils y pensent lorsque les patients sont à leur charge… Qu’ils soient directeurs de maisons de retraite ou chef de service gériatrique, la responsabilité est énorme.

Ainsi, comme chaque année, la semaine de la sécurité des patients a été mise en place pour informer et sensibiliser les usagers comme les professionnels de la marche à suivre et des priorités qui ne doivent jamais quitter l’esprit de tout un chacun.

Voici un bilan des thèmes principaux énoncés lors de cette semaine de la sécurité des patients qui a lieu du 26 au 30 Novembre 2012.

1. Utilisation juste et justifiée des médicaments. La douleur que ressent la personne malade peut malheureusement la pousser à une mauvaise utilisation des médicaments. Elle peut forcer la dose ou oublier une prise par manque de rigueur ou par simple oubli. Son état de santé en ressentira les conséquences. Il est très important que la posologie soit respectée pour avoir un résultat positif. Un des buts de cette action est de montrer l’importance au patient de poser ses questions ou de partager ses appréhensions concernant une prise médicamenteuse lourde, avec le corps médical qui le suit.

2. Favoriser la communication entre malades et professionnels de la santé. Dans la tête d’un patient, beaucoup de scénarios peuvent se dérouler. Ils se croient seuls dans leur malheur et c’est aux infirmiers, animateurs de maisons de retraite… d’établir un climat de confiance avec les patients qui iront d’eux-mêmes, à force d’efforts, leur faire part de leur sentiment. Le patient et son médecin doivent dialoguer en toute liberté, c’est une des conditions pour que le patient soit en grande sécurité.

3. Soulager la douleur. Ce n’est pas impossible de soulager une douleur non ciblée mais c’est plus long et plus pénible. On y va à tâtons, on tente des traitements en supposant des pathologies. Le processus est long et douloureux. Il affaiblit le malade qui ne reçoit pas les médicaments correspondant à son mal. Si le patient décrit son exacte douleur, l’endroit, l’intensité, les sensations… cela aidera le professionnel à comprendre de quel mal il s’agit et il pourra ensuite préparer une attaque qui lui corresponde.

4. Renforcer l’hygiène des mains. Les mains sont l’extension du corps qui a le plus accès aux microbes. Elles sont découvertes, elles touchent des surfaces non nettoyées, frôlent des endroits pas très propres des zones publiques… Les malades ainsi que les professionnels doivent prendre conscience à quel point une prise à la légère de l’hygiène des mains, peut amener de graves maladies et affaiblir nos malades. Les professionnels de la santé parleront, à ce sujet de l’importance de l’utilisation de produits hydro-alcooliques et ils développeront quelle utilisation, à quelle fréquence et de quelle façon, est la plus efficace.

Laisser une réponse