Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Espoirs en maison de retraite

Le 22 janvier, Jean-François Rouillé, directeur de l’hôpital, présentait ses vœux au personnel. Et dès le 24, jour de la tempête, il prenait des dispositions pour héberger des personnes âgées isolées et sinistrées des communes environnantes. Opération dans laquelle les docteurs Chaboche, Garet et Boyer ont joué un grand rôle.

Jean-François Rouillé, directeur de l’hôpital.( photo roland houdaille)

Le 22 janvier, Jean-François Rouillé, directeur de l’hôpital, présentait ses vœux au personnel. Et dès le 24, jour de la tempête, il prenait des dispositions pour héberger des personnes âgées isolées et sinistrées des communes environnantes. Opération dans laquelle les docteurs Chaboche, Garet et Boyer ont joué un grand rôle.

Jean-François Rouillé a d’abord rendu hommage aux personnes récemment retraitées, puis il fait le bilan des réalisations de 2008 et de ses espoirs pour 2009.

Une année d’avancées

La mise en œuvre du projet d’établissement a été poursuivie. D’abord, l’imprimerie Dauba a été rachetée (l’exploitant partira avant le 31 décembre). La réflexion sur les travaux de restructuration a commencé aussitôt. Ensuite, l’approche « humanitude » des résidents est entrée dans les faits malgré le manque de personnel. L’humanitude est un concept créé par le Suisse Freddy Klopfenstein. Pour celui-ci, l’être humain est essentiellement un être communicant. « Les trois piliers de la communication sont : regard, parole et toucher. » Comme l’enfant, sans ce « léchage » subtil, la personne âgée « meurt ou s’enfonce dans l’arriération ».
L’inscription au réseau des Maia (Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer) entraîne la demande de trois places d’accueil de jour.

Par ailleurs, le dossier de renouvellement de la convention tripartite a été déposé en juin 2008, après une concertation de plus de trois mois. Et une politique globale de prise en charge de la personne âgée démente a été ajoutée au projet d’établissement. En outre, un médecin, attaché en soins palliatifs à 20 %, a été recruté.

Espoirs

Á noter une lueur d’espoir dans l’octroi des crédits d’État : 300 000 euros accordés en décembre 2008, dont 107 000 pour du personnel paramédical supplémentaire, soit 2,7 infirmières ou 4,75 aides-soignants. 2009 est aussi l’année du partenariat renforcé avec la maison de retraite d’Eauze pour pérenniser deux postes à mi-temps de psychologues.

2009 sera aussi l’année des travaux d’amélioration : remplacement du système téléphonique, réfection des terrasses de la maison de retraite, etc.
Pour la maison de retraite, le directeur espère améliorer le ratio agent/lit qui est de 0,445 contre 0,6 en moyenne en France et 0,8 en région parisienne.

Enfin, Jean-François Rouillé espère obtenir de la Ddass et du Conseil général une augmentation de son budget au moins égale à l’inflation. Et il attend une requalification de son établissement en unité de soins de longue durée (Usld), ce qui donnerait droit à dix postes supplémentaires.

Source: Sud Ouest

Laisser une réponse