Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Jardin d’hiver : rôle de soignant en maison de retraite

« Jardin d’hiver », un hymne à la dignité au théâtre de la Rianderie

Isolement, exclusion. Des thèmes au coeur de la pièce écrite et mise en scène par Anne-Marie Storme.

Trois représentations de « Jardin d’hiver », une pièce écrite et mise en scène par Anne-Marie Storme, ont été données, ce week-end, au théâtre de la Rianderie.

Dans le rôle d’un détenu qui lutte pour ne pas sombrer dans la folie, Nicolas Brimeux est un comédien qui sert un texte incisif avec talent. La pièce a bouleversé les spectateurs qui ont longuement échangé à la sortie.
À travers l’histoire de ce jeune détenu qui se souvient d’une femme en fin de vie, Jardin d’hiver est une histoire d’amour qui aborde des thèmes comme la solitude, l’exclusion et la dignité.
Sur la scène, épurée avec des panneaux coulissants qui peuvent représenter des pans de vie et avec un éclairage tout en nuances, l’arrivée de Jean C, joué par Nicolas Brimeux, est un premier choc. L’acteur, en fauteuil roulant, occupe remarquablement l’espace. Il n’est pas tout à fait seul, accompagné par Johann Chauveau au piano, qui illustre les propos du comédien et crée des changements de rythme subtils. Avec des mots simples, qui n’en sont que plus redoutables et avec une présence magistrale, Jean C. raconte comment l’amour est venu fracasser son rôle de soignant dans une maison de retraite, en le conduisant à commettre l’irréparable. Aujourd’hui incarcéré, il se réfugie dans ses souvenirs et dans un amour subliminal pour rester vivant. L’isolement que l’on peut trouver en maison de retraite et en prison sont au centre de cette pièce qui, sans accuser, constate des similitudes terribles entre ces lieux en terme d’exclusion. Et si le crime de Jean était un acte de bientraitance au service de la dignité humaine ?

> Anne-Marie Storme et sa troupe sont à la recherche de lieux pour de nouvelles représentations de cette pièce, qui pourrait être jouée dans les lycées, mais aussidans lesmaisons de retraite et dans les prisons.

Source: La Voix du Nord

Laisser une réponse