Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

L’îlot des échanges, le nom de l’épicerie la plus solidaire au monde

Autrefois, les personnes allaient à l’épicerie pour se ravitailler, lorsque le besoin s’en faisait sentir. Un ingrédient qui manque pour réaliser une recette, le paquet de sel qui touche à sa fin, un paquet de bonbons pour les petits enfants qui sont venus rendre visite par surprise, autant de raisons pour descendre rapidement à l’épicerie et s’approvisionner.

Depuis la mise en place de ce commerce de proximité, l’îlot des échanges, faire ses courses devient une véritable aventure, aussi plaisante soit-elle, pour laquelle on bloque avec plaisir une matinée toute entière.

Qu’a-t-elle de particulier cette épicerie ?

Outre les rayons généreusement achalandés, l’îlot des échanges offre un service que nul autre commerce n’offre : une occasion de se rencontrer, se retrouver, discuter et comme son nom l’indique si bien : échanger.

Depuis Octobre 2004, date à laquelle le commerce a vu le jour, les projets et plans d’actions n’ont cessé de s’étendre.

Mme Véronique Pinabel, présidente de l’association, félicite son équipe, des membres salariés comme bénévoles, sans qui l’îlot des échanges n’aurait jamais pu exister.

Selon les dires de Véronique, « ce collectif magique » que constitue l’équipe, fait preuve d’énormément de don de soi et de temps. Leur bonne humeur et motivation sont palpables. Il est des personnes qui font le bien par manque de choix ou par obligation, ce n’est pas le cas de l’association l’îlot des changes, ils sont tous aussi formidables l’un que l’autre et sont tous animés de cette volonté de bien faire et rendre le quotidien de leur client bien plus agréable.

A l’entrée de l’épicerie une table est dressée avec au centre, tasses, cuillères, café, lait. Cette table est là pour dire : rentrez, installez vous, on est là pour vous, on se consacre entièrement à vos besoins d’expression et d’attention.

Certaines personnes viennent davantage pour s’enrichir de précieux conseils que pour acheter leur baguette de pain, qui devient vite un prétexte.

Succès général : 7 217 personnes en ont franchi la porte en 2011. « Soit 1 600 visites de plus que l’année précédente ».

Ca peut être les personnes âgées habitant le quartier ou les élèves du lycée voisin, tout autant de personnes qui souffrent de l’isolement que la société et le rythme de vie leur imposent.

A l’îlot des échanges, on se pose, on prend le temps, même si on ne l’a pas. Peu importe ce qui se passe dehors, à l’intérieur de l’épicerie, l’ambiance est harmonieuse et apaisante, de rares qualités pour les commerces à notre époque, où il faut toujours faire vite son choix, passer vite en caisse et quitter vite les lieux pour laisser la place aux clients d’après.

L’îlot des échanges c’est également beaucoup d’actions en dehors des murs de l’épicerie. Ils organisent des soirées pour les jeunes, notamment une soirée disco en bord de piscine qui a remporté un grand succès en 2011, de nombreuses sorties, des spectacles, des fêtes, « Le repas de Noël a réuni 24 personnes. Beaucoup de gens seuls, des veufs, familles monoparentales… ».

C’est devenu une grande famille où il fait bon vivre, on aime se retrouver et se rendre service mutuellement. Les bénévoles de l’association proposent aux personnes qui se déplacent difficilement de les conduire où elles le souhaitent, « Nous les conduisons en ville, à la banque, chez le médecin ou même au cimetière quand elles veulent se recueillir sur la tombe de leurs disparus. »

La fin de semaine est toujours très appréciée au commerce car il y a  une distribution de paniers légumes qui est organisée, et « dès le printemps, pour attirer une autre clientèle, l’association va proposer des paniers bio en partenariat avec un producteur de Tollevast ».

Et ce n’est pas fini, l’année 2012 s’annonce riche en projets, notamment un rallye de quartier, un festival de cirque et un atelier voix et pourquoi pas un atelier tricot à la maison de retraite l’Hermitage, car « Les journées sont si longues en maison de retraite. »

Laisser une réponse