Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

« Poil au chant » à la maison de retraite des Hauts d’Armance

Les maisons de retraite d’antan étaient des établissements de soins essentiellement. La personne malade était placée dans ce type de structure afin de recevoir les soins nécessaires et d’être en permanence sous l’oeil vigilant de personnel soignant compétent. En somme, la maison de retraite ne différait pas vraiment d’un hôpital.

Aujourd’hui, ça a bien changé. Les maisons de retraite, médicalisées ou non, hébergent des personnes valides, autonomes, dépendantes, ou souffrantes de pathologies lourdes. Chaque établissement répond à une demande particulière et un besoin propre à la famille et au pensionnaire.

Mais ce qui est commun à toutes les maisons de retraite, c’est le projet de vie. En effet, les personnes âgées ne sont plus laissées là à rien faire, elles sont occupées, accompagnées à chaque instant.

Chaque résidence dispose de son équipe d’animateurs. Employées ou bénévoles, ces personnes sont là pour améliorer le quotidien des résidents en leur offrant une qualité de vie, des activités, des ateliers intéressants et enrichissants.

Ainsi, que ce soit en extérieur, soit par des sorties, des visites de monuments, des balades en calèche, des soins en luminothérapie ou des échanges de résidences pour les vacances, ou en intérieur, par des rencontres intergénérationnelles, des ateliers de pâtisserie, des séances de lectures ou de gymnastique douce, les animateurs se donnent corps et âme afin de cibler le besoin des personnes âgées et de répondre avec finesse et justesse à ce besoin.

Ces initiatives sont généralement très réussies et améliorent l’échange et le contact entre les résidents et les membres du personnel. Une confiance s’installe dans la bonne humeur, alors que dans lors des soins et des actes journaliers, une certaine méfiance et distance se faisaient sentir. Les aides soignants sont montrés du doigt par les personnes âgées qui ne les aiment pas, étant donné qu’ils sont ceux à qui leur propre famille les a confiés. Ils ont en quelque sorte le mauvais rôle, celui du complice de leur abandon.

La musique reste assurément en tête d’activités réussies et appréciées. Elle fait l’unanimité, la personne n’a pas besoin d’être valide, de participer, ou de réfléchir, la musique fait tout le travail.

A la maison de retraite des Hauts d’Armance à Evry-le-Châtel, l’air sentait bon la fête. Le groupe « Poil au chant » composé de deux acteurs-chanteurs, Manon et Marc, a tenu sa performance sous le regard ébahi et envoûté d’un public ravi.

Avec son costume de scène sur le dos, Manon a chanté à gorge déployée tous les tubes du siècle dernier, des mélodies qui ne peuvent pas rendre indifférent, les airs de la jeunesse des pensionnaires présents.

Avec les notes de musique, sont montés des tas de souvenirs dans la mémoire de l’auditoire, la chanson sur laquelle il avait dansé la première fois avec son premier amour, la chanson que sa maman lui chantait pour le bercer le soir, la chanson qu’on chantait chaque dimanche à l’église…

Marc au piano, Manon au micro, ils ont interprété les grands classiques de Ray Ventura, Annie Cordy, Henri Salvador, Fernandel, Bourvil, et autres.

La mémoire a été davantage sollicitée par l’amusant quizz musical qui a suivi la partie détente. Tous les résidents ont participé et riaient tant qu’ils pouvaient de leurs réponses, leurs tentatives…

Un bel après-midi en musique, rien de tel pour chasser les mauvaises ondes et repartir du bon pied.

 

Laisser une réponse