Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Maison de retraite – Une nouvelle forme d’alimentation pour les malades Alzheimer

Une des conditions essentielles pour combattre la maladie d’Alzheimer, est une alimentation saine et régulière. Il ne faut pas sauter de repas, et il faut choisir des aliments particuliers, regorgeant de vitamines, de fer… Ce qui n’est pas évident pour le malade, qui, en proie à cette terrible maladie, arrive dans bien des cas, à un problème de malnutrition. Il ne veut manger que des aliments généralement sucrés, tel que le chocolat, les gâteaux… et il ne mange évidemment pas à des heures raisonnables. Il préfèrera rater son petit-déjeuner, mais aura besoin d’un encas pendant la nuit.

Ce problème de malnutrition vient probablement du fait que le moment des repas devient un cauchemar pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. En effet, il leur devient très compliqué de mener un repas du début à la fin correctement. Ils ne reconnaissent plus les couverts et oublient leurs fonctions. Ils se salissent, se brûlent… Rien de bien réjouissant, alors ils essaient de façon subconsciente, d’échapper à ce moment de peine et de douleur qui ne fait que leur renvoyer leur dépendance et leur dégradation en pleine face.

Ainsi, il fallait penser à un moyen de changer les choses. Donner la possibilité aux malades Alzheimer de manger dignement sans avoir toujours à entendre qu’on leur porte la cuillère à la bouche, manger à leur faim, s’arrêter quand ils en ont envie, en somme se nourrir « normalement ».

C’est ainsi qu’est né le « food-finger ». Le principe est simple. Les couverts causent beaucoup de tracas aux personnes âgées, pas de problème, on les retire de la table. Ainsi, il n’y a plus de stress, quel couvert utiliser ? A quel moment ? Imaginez l’énervement d’un senior essayant de manger une soupe à la fourchette… cela n’était plus possible.

Le food-finger, vient sous forme de bouchées que l’individu peut attraper avec ses mains, sans besoin d’aucun ustensile. Il s’agit d’aliments cuisinés de façon saine. C’est uniquement la présentation qui change. Les chefs cuisiniers des maisons de retraite ont du revoir leur façon de cuisinier, et l’ajuster aux besoins actuels, ainsi ils alternent entre les aliments hachés, mixés, écrasés, gélifiés… Tous les moyens sont bons pour varier les saveurs, les textures et rendre le moment du repas agréable et attendu.

Il reste à convaincre les familles des résidents, qui montrent une certaine réticence quant à cette nouvelle méthode. Manger avec les doigts ne veut pas dire  régresser mais dans ce cas, c’est une force bien au contraire, celle qui permettra peut-être de combattre la maladie d’Alzheimer.

Laisser une réponse