Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

La boulangerie en maison de retraite

Lorsque la tête se vide de projets, elle se remplit de souvenirs. En effet, les personnes âgées sont des personnes qui n’ont peut-être pas un avenir très construit et planifié, mais ils ont certainement un passé regorgeant de merveilleux instants.

De nombreuses animations en maisons de retraite sont organisées à cet insu, stimuler les souvenirs des personnes âgées pour plusieurs raisons. D’une part, leurs souvenirs sont la partie la plus splendide de leurs existences et en sollicitant leur mémoire, on leur procure des moments de joie inestimables. Ils se souviennent qu’il n’y a pas si longtemps, ils avaient une vie remplie de choses valorisantes, ils ont été dynamiques et jeunes et ça va certainement leur donner le goût de retrouver, par n’importe quel moyen que ce soit, un peu de cette vitalité.

D’autre part, alors que la personne vieillit, son cerveau ralentit et devient fainéant. Ainsi, toutes les activités sont les bienvenues pour stimuler la mémoire et ralentir le vieillissement.

Mais le vrai défi de telles animations en établissements était de plaire à tous les participants. Mais tout le monde n’aime pas la peinture, tout le monde n’aime pas la musique, tout le monde n’aime pas les animaux. Par contre tout le monde aime manger ! Et quoi de meilleur et de plus apprécié qu’une bonne miche de pain sortant du four ?

Ainsi, Noel et Valérie, connus sous le nom des Talmeliers de Terrignis, ont choisi une activité autour du pain, pour rassembler les pensionnaires de différentes maisons de retraite.

Vendredi, les chanceux étaient les résidents de l’établissement de Chalais.

Réunis autour d’une table, ils ont échangé les souvenirs que leur évoquait le pain, des heureux souvenirs, comme des moins heureux.

Francine, 77 ans se souvenait «comment [ses] parents faisaient le pain pendant la guerre, au nez et à la barbe des Boches. On faisait même du feu sans fumée.»

Odette, 91 ans, se rappelle du mauvais goût du pain d’antan, et ne le regrette pas «(le pain) n’était pas très bon à cause des mauvaises farines».

Le passé des pensionnaires et leur relation vis-à-vis de la nourriture, donne un cachet particulier à l’exercice. Ils ont connu un temps où le pain se faisait rare et donc ils ont appris à le respecter.

Se sont joints à l’activité, des enfants de l’école de la commune, ce qui n’a fait qu’ajouter joie et entrain à la journée.

Les enfants, comme les grands, tous sont ravis de retrouver le plaisir du pétrissage. Tous se donnent la force et les moyens de confectionner leur boule de pâte au mieux, et lors de la formation des pains, c’est libre cours à la créativité, à l’invention.

Les exercices physiques sont entrecoupés de chansons, d’histoires liés au pain. Une journée pleinement remplie et fortement agréable. Bravo aux Talmeliers de Terrignis !

Laisser une réponse