Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Dans cinq ans, on prévoit 500000 octogénaires !

Nous savons tous que le papy-boom s’annonce prochainement et pourtant aucune politique n’est prévue pour organiser cet événement.

Il n’est déjà pas facile de choisir une maison de retraite où nos parents passeront leurs derniers jours, mais avec le papy boom la question sera d’autant plus délicate que les besoins vont exploser. Pourtant, la catastrophe de 2003, de part une canicule mal appréciée et gérée, montre le caractère austère et la solitude qui règne dans le monde des personnes âgées et tout particulièrement dans les maisons de retraite. Il est vrai que l’humanité à peur de vieillir car la vieillesse se rapporte au caractère sénile, dément, dépendant des personnes âgées, autant de termes péjoratifs qui annulent l’idée de vivre avec ses « vieux parents » ; pourtant le troisième âge est souvent synonyme, de sérénité, d’expérience et d’exemple et peut être de très bon conseil tous les jours.

« On les aime mais on préfère ne pas s’en occuper, c‘est une charge supplémentaire » (n’oublions pas qu’aujourd’hui que la femme travaille tout comme l’homme) mais surtout c‘est la peur d‘ouvrir les yeux sur la mort. Aussi, lorsque le parent a besoin de recevoir des soins spécifiques on pense alors à la maison retraite médicalisée qui est censée lui apporter au mieux les soins correspondant à sa pathologie. Mais lorsque l‘on pénètre dans un de ces établissements, on se rend bien vite compte que les soins médicaux ne sont pas plus présent que dans les autres maisons retraite.

La solution est alors de permettre à nos parents de vivre « leurs vieux jours » chez eux et de recevoir une aide à domicile en fonction de leurs besoins mais cette solution n’est qu’un retardement de l’internement. L’indifférence de la politique intérieure à ce sujet ne prend encore une fois pas en compte le fait qu’une personne âgée de plus de 80 ans aura besoin de plus d’aide qu’une personne de 65 ans, et il faudra donc prévoir une hausse des effectifs dans les maisons de retraite.

Heureusement pour nos parents cette indifférence ne fait pas l’unanimité et nos spécialistes revendiquent l‘état d’urgence. Il faut réagir! Dans trois ans, on prévoit 500.000 octogénaires !

Source : aquavpc.com

Laisser une réponse