Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

5 conseils pour aidants Alzheimer

17 octobre 2018

Il a été prouvé que s’adapter aux troubles d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer et miser sur ses capacités restantes est la bonne approche. En effet, elle permet de voir la personne derrière la maladie et apporte de nombreux bénéfices au quotidien. Voici quelques conseils qui peuvent vous y aider:

  1. L’effet miroir

Pour expliquer quelque chose à une personne atteinte d’Alzheimer, il est conseillé de faire les gestes appropriés. par exemple, pour lui signifier qu’il est l’heure de prendre son repas, vous pouvez prendre les couverts en main et vous installer pour manger. Normalement, la personne malade vous imitera de façon naturelle.

2. Etre bien informé sur la maladie d’Alzheimer

Pour mieux comprendre votre proche, il est primordial de bien connaître les particularités de la forme de démence dont il est atteint. Cela vous permettra de mieux réagir face aux troubles associés à cette pathologie. Assister à des formations pour aidants Alzheimer peut également vous apporter beaucoup.

3. Bien choisir ses mots

Dans certaines situations comme le moment des soins ou de la toilette, le choix des mots avec lesquels on s’adresse à la personne malade revêt une importance capitale. Par exemple, demander « voulez-vous m’aider » sera plus efficace et mieux accepté par le malade que l’affirmation « je vais vous aider ». Effectivement, cette dernière formulation pourrait heurter l’estime de soi de la personne aidée.

4.  Ne pas se substituer à la personne malade

Parfois, par souci de gain de temps, l’aidant a tendance à faire les choses à la place de l’aidé. Pourtant, il faut absolument s’en empêcher car cela peut provoquer chez le malade, de la contrariété, des réactions violentes ou bien dans certains cas le pousser à la passivité et à la déprime.

5. S’efforcer de comprendre ses besoins

Mieux comprendre les besoins de la personne malade: être rassuré, garder ses repères… permet de trouver des solutions pratiques et pas forcément médicalisées. Ceci lui facilitera la vie ainsi que celle de l’aidant.

Selon Nicole Poirier fondatrice de la maison Carpe Diem pour malades d’Alzheimer, au Québec :« Il est essentiel de ne pas disqualifier une personne si elle n’a pas de mots pour s’exprimer sous peine de générer de l’agacement, de la frustration. »

 

Retraite Plus, un organisme qui accompagne les aidants Alzheimer!

10 octobre 2018

L’organisme Retraite Plus a été créé voilà dix ans suite au constat de la difficulté pour les familles à trouver des places en maison de retraite. L’idée étant de faire en sorte que l’offre soit à portée de clics. Aujourd’hui, Retraite Plus affine son offre et l’étend à la possibilité pour les familles de faire la recherche par elles-mêmes en trouvant des réponses sur le site internet. Même s’il y a toujours la possibilité de parler à quelqu’un de vive voix au téléphone.

Un service spécifique Alzheimer en ligne depuis un mois

Qu’est-ce qui a conduit cet organisme à proposer ce service spécifique aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ? Et bien, c’est d’après ses responsables, c’est surtout le fait que les familles et les aidants Alzheimer ont grand besoin d’être accompagnés. En général, les familles en recherche préfèrent, en plus des informations du site, avoir un interlocuteur en direct pour poser leurs questions de vive voix. S’agissant de la maladie d’Alzheimer ou des troubles cognitifs apparentés, les demandes portent surtout sur des endroits sécurisés. Il s’agit soit d’espaces clos soit de dispositifs avec des bracelets anti-fugue.

Retraite Plus, un service gratuit

L’organisme travaille en partenariat avec les maisons de retraite et fonctionne comme les locations d’appartement. En effet, une personne ayant un appartement à louer, fera passer une petite annonce. Mais les maisons de retraite ne pouvant pas passer de petites annonces, l’organisme Retraite Plus centralise donc les demandes et aiguille les familles vers les établissements les mieux adaptés à leur situation en fonction des places disponibles. Voilà pour le quantitatif. Quant au qualitatif, les retours des familles permettent aux conseillers Retraite Plus de donner des renseignements objectifs. « Nous ne privilégions aucun groupe. Nous sommes vraiment un tiers de confiance. Nous proposons aux familles ce qui leur correspond le mieux selon leurs besoins, leur budget, l’urgence de la demande… Sachant que nous ne proposerons pas un établissement dont on a entendu qu’il y avait un problème » déclare une des responsables de l’organisme. « Nous nous adaptons à la demande des utilisateurs et aux outils qui évoluent. On se rend compte qu’il y a aujourd’hui une demande des familles et une volonté affirmée du gouvernement de maintenir le plus possible la personne à domicile. Nous ne proposons pas que des entrées en maison de retraite ou en résidences senior. Nous présentons aussi toutes les aides auxquelles les familles ont droit en matière de maintien à domicile » conclue la responsable.

Pour en savoir plus sur ce site internet cliquez sur le lien suivant: https://www.retraiteplus.fr/

( Source:l’Est Républicain)

Cancer du poumon et AVC : des maladies qui affectent aussi les seniors

18 septembre 2018

En France, le cancer du poumon est responsable de près de 30.000 morts par an. Dans 80%, ces décès sont liés au tabac.

Une interview du Dr David Fermont

Ancien interne des hôpitaux de Paris, ancien chef de Clinique, chirurgien vasculaire et thoracique,il nous parle de la place de la chirurgie dans le cancer du poumon lors d’une interview donnée sur Live Doctors (Chaîne médicale sponsorisée par Retraite Plus). Ce cancer est un cancer agressif, que l’on rencontre fréquemment et qui a le plus haut taux de mortalité. Il est donc essentiel de le retirer. Pour cela, il est nécessaire de pratiquer une lobectomie pulmonaire ou une pneumonectomie.

L’accident Vasculaire Cérébral AVC

Dans cet interview, le Dr David Fermont, ancien interne des hôpitaux de Paris, ancien chef de Clinique, chirurgien vasculaire et thoracique parle également de l’AVC (L’accident Vasculaire Cérébral). Pour prévenir son apparition, des moyens d’imagerie radiographique permettent de dépister les problèmes de la carotide et ainsi d’éviter les AVC en amont.

Les signes avant-coureurs d’un AVC

Il faut également savoir qu’il existe des signes avant-coureurs de cette pathologie : l’hypertension, le diabète, l’hypercholestérolémie et le tabagisme qui est l’ennemi numéro un ! Faire un echo-dopler permet de vérifier que la carotide est saine et ne présente pas de sténose. Si une anomalie est dépistée des examens supplémentaires seront utiles, puis il faudra suivre les sténoses carotidiennes qui, elles, sont facilement opérables. Pour en savoir plus, regardez les autres vidéos de la chaîne Youtube Live Doctors, sponsorisée par Retraite Plus, en cliquant ici.

Arthrose : comment soulager vos douleurs?

6 septembre 2018

 L’arthrose est une maladie qui apparaît avec l’âge. Elle touche 50% des plus de 70 ans et concerne plus les femmes que les hommes. Elle est dite chronique et a la caractéristique d’évoluer lentement. Le cartilage se détériore petit à petit sans que le malade ne ressente de douleurs particulières. En effet, celles-ci apparaissent plus tardivement dans l’évolution de la maladie et sont à caractère persistant.

Soulager les douleurs d’arthrose chez le kiné

C’est possible! Effectivement, comme l’explique Bernard Loriot, masseur-kinésithérapeute à Paris : « L’arthrose engendre contractions musculaires et mauvaises postures, qui créent et renforcent la douleur ». C’est à ce niveau que le kinésithérapeute peut soulager le patient en l’aidant à développer sa mobilité articulaire au quotidien. Il agira en prévention et en rééducation par des massages manuels accompagnés d’un entretien musculaire.

Garder un muscle tonique 

Ce sera la priorité du kinésithérapeute car l’arthrose est associée à une baisse d’activité musculaire. A contrario, un muscle tonique protège l’articulation, la soulage et l’entretient. Selon l’explication du kinésithérapeute : « d’un côté il y a l’os et le cartilage, tissus vivants ayant besoin d’être sollicités par des contraintes mécaniques pour garde la forme. De l’autre, il y a le muscle, qui, sous l’effet de la douleur, ne joue plus son rôle de maintien et pousse à adopter des postures néfastes ». 

Atténuer la douleur grâce à plusieurs techniques

C’est également possible! Les douleurs arthrosiques peuvent être soulagées par les infrarouges (lampes diffusant de la chaleur) qui ont un effet antalgique, la boue chauffée qui peut, également soulager les douleurs arthrosiques lorsqu’elle est appliquée sur l’articulation et les ultrasons. Ces derniers sont générés par un appareil qui crée des micro vibrations ou « ultrasons » qui vont percuter les tissus profonds pour décongestionner et diminuer les douleurs.

 

Déménagement en EHPAD? Qu’en est-il de la taxe d’habitation?

23 août 2018

C’est la question que se posent de nombreuses personnes âgées: lors d’un déménagement en EHPAD ou en maison de retraite, doit-on continuer à payer la taxe d’habitation sur son ancien logement?

Assujettissement à la taxe d’habitation

Jusqu’à maintenant, les personnes âgées ayant quitté leur logement pour aller vivre en EHPAD devait quand même s’acquitter de la taxe d’habitation de leur ancien logement. Le député Bernard Perrut avait demandé au gouvernement de prendre des mesures à ce sujet dans le cadre de sa réforme de la taxe d’habitation. Le but : faire en sorte que les personnes vivant en EHPAD ne soient plus assujetties à la taxe d’habitation pour le logement qu’elles n’occupent plus.

A qui profitent les locaux imposables?

Selon la loi, la taxe doit être payée par les personnes ayant la jouissance des locaux imposables. En effet, la notion de disposition d’un local imposable, précisée par le Conseil d’État, suppose que : « le contribuable ou sa famille ait la possibilité de l’occuper à tout moment et qu’il en ait la jouissance à titre privatif ». Mais selon Bernard Perrut: « cette règle ne tient pas compte de la situation des personnes âgées et dépendantes, dont l’état physique ou mental ne leur permet justement plus de jouir de ce bien. Les personnes qui occupent un logement privatif au sein des EHPAD doivent déjà acquitter la taxe d’habitation pour ce logement ».

Un allègement de la taxe par le gouvernement

Le gouvernement a récemment répondu à la question du député en ces termes : « En application de l’article 1414 B du code général des impôts, les personnes qui conservent la jouissance exclusive de la résidence qui constituait leur habitation principale avant d’être hébergées durablement dans un établissement(…)peuvent bénéficier, pour leur ancien domicile, des dispositifs d’allègement de taxe d’habitation prévus pour l’habitation principale, dont le nouveau dégrèvement instauré par l’article 5 de la loi de finances pour 2018″ (…) Enfin, le Président de la République s’est engagé à ce que la taxe d’habitation sur la résidence principale soit définitivement supprimée au plus tard à compter de 2021. »

Les seniors qui font le ménage eux-mêmes évitent la dépression!

15 août 2018

Eh oui, c’est un fait, les personnes âgées faisant elles même le ménage de leur appartement, sont moins sujettes à la dépression que les autres. En effet, faire le ménage est considéré comme pratiquer une activité sportive, ce qui est bénéfique pour éviter la dépression.

Pratiquer une activité physique éloigne la dépression

Selon une étude coordonnée par Adam Chekroud, chercheur en psychiatrie à Yale aux États-Unis et publiée récemment dans la revue The Lancet Psychiatry : « Tous les types d’exercice physique ont été associés à une amélioration de la santé mentale », même si il est certain que les sports collectifs ont plus de vertus. Selon les auteurs de l’étude, « les personnes qui ont une activité physique font état de 1,5 jour de moins de mauvaise santé mentale par mois par rapport à celles qui n’ont pas d’activité ». Selon eux, la bonne dose d’exercice physique est de « 45 minutes trois à cinq fois par semaine ». Car au-delà, cela n’est plus bénéfique.

5 % à 20 % des personnes âgées vivent des périodes dépressives

Bien que passant souvent inaperçues, ces périodes dépressives apparaissent souvent au cours de la vie des personnes âgées isolées, surtout celles qui ont perdu leur conjoint. A cela s’ajoutent également des facteurs physiologiques liés au vieillissement, comme une baisse importante de sérotonine. La sous-alimentation, également, peut causer des carences nutritionnelles (en acide folique et en vitamine B12) contribuant à la dépression. En outre, les personnes âgées souffrent souvent d’une maladie chronique et il est connu que le fait d’avoir des douleurs chroniques ou une maladie invalidante (diabète, AVC…) augmente fortement le risque de dépression. Pour lutter contre ces épisodes de déprime, il est conseillé de pratiquer un sport comme la natation ou le vélo.

Prévenir la dépression des âgés

Il semblerait que ce soit possible en respectant des conseils particuliers comme se ménager, éviter le stress, apprendre des stratégies pour réagir face au stress et apprendre à prendre soin de soi. Il est également fortement conseillé de surveiller son alimentation. En effet, pour fonctionner, notre cerveau a besoin d’aliments de bonne qualité. Au contraire, certains aliments comme les graisses saturées présentes dans la friture et les graisses industrielles, sont nocifs pour son bon fonctionnement. D’autre part, pour produire de la sérotonine et la noradrénaline il faut pouvoir apporter à l’organisme, les bons acides aminés qui se trouvent dans les protéines. Certains minéraux comme le magnésium, peuvent également être bénéfiques pour lutter contre certaines manifestations de l’anxiété.