Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

La maison de retraite reçoit les clowns

Membres de la famille, gériatres, assistantes sociales, personnel soignant en maison de retraite, infirmière à domicile, tous se mettront d’accord pour dire que le plus difficile lorsqu’on est en contact avec une personne âgée, est instaurer une communication.

Tout le monde le dira. La personne âgée regorge de trésors à l’intérieur, mais les épreuves de la vie l’ont renforcée et plus les années passent et plus elles rajoutent des épaisseurs d’auto-protection, des cadenas supplémentaires qui ne permettent aucun partage.

En s’ouvrant aux autres, on laisse entrer le bon mais également le mauvais et les personnes âgées ne se sentent plus la force ni la santé de s’affliger des douleurs supplémentaires inutiles.

Ainsi, lorsque les mots ont leurs limites, il faut ruser et trouver d’autres moyens de communiquer avec nos aînés et de les mettre en confiance.

C’est le défi que s’est lancé l’équipe de choc formée par Nathalie Avondo et Philippe Brunet. Il sont deux animateurs. Leur lieu de travail, les établissements gériatriques, entre autres les maisons de retraite, leur mission guérir les patients, leur méthode, plus qu’efficace, leur association, clowns pour de rire. En somme, ils font la même chose que les infirmiers et aides soignants travaillant auprès des personnes âgées, la seule différence, c’est la couleur de leur nez, le leur est rouge.

Nathalie et Philippe nous éclairent sur leurs missions, leurs motivations, leur travail, qui n’en est pas un pour eux, mais davantage une ligne de conduite pour la vie.

Nos clowns nous expliquent techniquement le déroulement de leurs tournées. « Nous demandons des explications sur le passé des personnes que nous allons voir et nous nous préparons pendant une demi-heure. Parfois on se fait jeter, mais nous avons des stratégies pour ne pas en être affectés. Nous restons toujours dans le jeu. Nous offrons notre personnage de clown à la structure. Ensuite, nous faisons un débriefing pour bien faire la part des choses. »

Le titre de leur projet « Présence clowns chez les aînés ». Explications. « Il est né de notre initiative. Ce n’est pas nouveau. Il est dans la lignée du rire médecin, comme les clowns à l’hôpital. Des clowns dans un établissement gériatrique, c’est une bouffée de vie pour tous. Nous intervenons à Lézat, Ax-les-Thermes, Pamiers, Rieumes… et au Castelet à Muret. Avec l’animatrice et le psychologue, nous avons ciblé des résidents qui ne participent pas aux animations, qui sont très dépendants ou en isolement, dépressifs… Nous en voyons six ou sept par tournées, toujours accompagnées de personnel. Nous ne voulons pas en faire plus car cela demande beaucoup d’énergie. »

Un métier qu’il fait bon d’exercer surtout en voyant les réactions des personnes âgées et le bien-être qu’il leur procure. « On a vu des gens s’illuminer, des comportements changer. Il y a eu des crises de fou rire, des gens qui se remettaient à manger. Le clown arrive à trouver un langage qui rentre bien dans celui de la personne âgée. Les gestes, le costume, le tricot trop petit, la bague, le nez rouge… Il s’amuse de tout et veut entrer en contact. Le top, c’est quand la personne âgée nous met en scène, y compris le personnel. Par exemple, quand une grand-mère dépendante propose son aide pour déplacer le fauteuil roulant de Philippe. Cela dédramatise beaucoup de choses. »

Le secret de leur gaieté perpétuelle, donner aux autres. Lorsqu’on donne on pourrait se surprendre à être celui qui reçoit le plus en retour. Alors allons-y donnons !

Laisser une réponse