Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Arthrose : Et si vous faisiez de l’aquagym?

13 décembre 2017

C’est le nouveau conseil à la mode donné par des chercheurs finlandais ! En effet, d’après leurs études, l’aquagym serait le remède miracle pour guérir l’arthrose et en particulier l’arthrose du genou ou gonarthrose.

L’arthrose du genou touche 35% des femmes  

Elle touche également 21% des hommes mêmes si les femmes sont les plus souvent atteintes. Cette maladie rhumatismale qui peut toucher de nombreuses articulations dont celles du genou peut être causée par un excès pondéral, la pratique d’un sport de haut niveau, l’ablation du ménisque ou un défaut d’axe du genou. Dans tous les cas, cette dégénérescence anormale du cartilage constituant les articulations provoque de désagréables douleurs.

Traiter l’arthrose du genou en nageant

D’après ces chercheurs, la pratique régulière de l’aquagym permettrait de retrouver une certaine souplesse articulatoire. Pour le prouver, ils ont demandé à un groupe de 87 femmes âgées de 60 à 68 ans de participer à 3 séances d’une heure de gymnastique dans l’eau pendant quatre mois. Ils ont ensuite examiné l’état de leur cartilage par IRM afin d’en mesurer les éventuelles améliorations. Résultat : leur cartilage avait gagné en fluidité, en épaisseur et en résistance et elles avaient également retrouvé une plus grande mobilité du genou. En effet, l’eau permettant au corps d’être porté, les efforts sont importants mais ne font pas pression sur les articulations.

La prise en charge de l’arthrose du genou

Elle sera d’abord non médicamenteuse : lutte contre le surpoids, adaptation de son mode de vie, séances de kinésithérapie pour renforcer la musculature, activités physiques ou recours à des aides techniques comme l’utilisation d’une canne de marche. Toutefois, dans certains cas comme lorsque la maladie arthrosique se manifeste sur un genou désaxé, on peut recourir à la chirurgie. Cette intervention chirurgicale permet de repousser de 10 à 12 ans, la mise en place d’une prothèse.

La ponction du genou et les infiltrations

Il existe également d’autres techniques de traitement de l’arthrose du genou comme  la ponction du genou qui consiste à mettre en place une aiguille dans le genou afin d’évacuer ou de prélever du liquide articulaire. Ce liquide peut être soit évacué pour soulager le patient ou prélevé pour effectuer certains examens. Dans certains cas, on peut recourir à des infiltrations de corticoïdes, des médicaments anti-inflammatoires puissants, prescrits dans les poussées inflammatoires et les douleurs liées à l’arthrose. Ces injections seront plus efficaces car elles amènent les corticoïdes près de la lésion arthrosique.

Comment gérer les fêtes de Noel avec un proche âgé?

5 décembre 2017

C’est bientôt Noël et, comme chaque année, c’est le branle-bas le combat pour la grande réunion de famille ! Parents, enfants, conjoints, petits-enfants… un joyeux mélange d’âges qui engendrera à coup sûr fous rires ou prises de bec ! Chef d’orchestre de la soirée, vous devrez également prendre en charge ceux de vos proches qui sont les plus âgés. Voici quelques conseils pour que tout se passe bien le jour J :

Prévoyez un plan de table

À vous de décider si vous souhaitez placer les convives ou non. Rappelez-vous que ceci permet d’éviter de laisser quelqu’un totalement de côté, de séparer les éventuels « combattants » ou de ne pas imposer à votre sœur célibataire les récits sans fin des aventures des trois chérubins de votre cousine jeune maman. La conversation languit ? Lancez les anecdotes d’enfance, chacun devrait pouvoir y trouver son compte ! Entre deux plats, il peut être souverain de s’accorder des petites pauses. La cuisine peut être un havre de paix où s’accorder une vraie respiration, au sens propre comme au sens figuré ! Si le stress monte, c’est le moment d’essayer de mettre en pratique quelques exercices de relaxation que l’on aura pris le temps de tester avant les fêtes !

Préparez un menu simple

L’objectif n’est pas que vous restiez toute la soirée en cuisine. Il faut que vous puissiez profiter de vos invités. Misez sur les valeurs sûres, avec de préférence des plats que vous pouvez préparer la veille ou même bien à l’avance et que vous pourrez congeler. N’hésitez pas à prévoir un buffet de manière à ne pas avoir à vous préoccuper des allergies ou des préférences alimentaires des uns ou des autres. Mettez les invités à contribution. Tout le monde peut participer que ce soit en apportant quelques plats, en mettant le couvert, en débarrassant, ou en veillant à ce que les verres soient pleins… Faites confiance à vos proches, confiez leur des tâches précises : vous allégerez ainsi votre quotidien avant les fêtes et le jour J ! Le mieux est l’ennemi du bien. Personne ne s’attend à ce que tout soit parfait. Restez raisonnable ! L’important est que vous passiez un bon moment tous ensemble.

Occupez-vous de vos proches âgés

Si vous avez des personnes âgées parmi vos invités, profitez des fêtes pour les faire parler de leur passé! C’est un cadeau pour tous que vous allez pouvoir offrir cette année. Prenez le temps de les écouter, faites leur raconter leur vie : Comment il ou elle a vécu la guerre, comment était l’école, leur premier emploi, les grands événements dont ils se souviennent, leurs amours, leurs mariages, la naissance de leurs enfants… Vos grands-parents seront sans doute ravis d’avoir un auditoire réellement attentif. Munissez-vous d’un carnet et notez toutes ces précieuses informations. C’est l’histoire de votre famille qui se redessine le temps d’une soirée, d’un après-midi, d’un week-end ! Vous pourrez, pourquoi pas, mettre toutes ces notes au propre pour les partager avec votre famille, en les accompagnant des photos que votre proche serait prêt à commenter. N’hésitez pas à retracer également l’histoire de votre famille en remontant les générations. C’est peut-être même le moment de créer votre arbre généalogique. Pour cela, vous pouvez utiliser Geneanet en ligne ou télécharger l’édition gratuite de Généatique 2018.

 

Aidants : Connaissez-vous le guide pratique sur la maladie de Parkinson?

21 novembre 2017

Edité par l’organisme de conseil et d’orientation en EHPAD Retraite Plus  et écrit en collaboration avec France Parkinson, ce guide pratique s’adresse aux aidants de malades atteints de Parkinson.

Un guide clair et détaillé

Dans ce guide clair et détaillé, notre partenaire Retraite Plus vous dit tout sur la maladie de Parkinson. Cette maladie neuro-dégénérative d’évolution progressive, concerne aujourd’hui  4 millions de personnes dans le monde dont plus de 150 000 Français. Gestes incontrôlables, épisodes de tremblements et mouvements saccadés. Ne plus pouvoir tenir sa tasse de thé sans la renverser, avoir du mal à écrire ou des difficultés à se déplacer…tous ces symptômes sont caractéristiques de la maladie de Parkinson.

De la difficulté d’être un aidant Parkinson

Avoir à sa charge, un proche atteint de la maladie de Parkinson est une épreuve difficile à tous les niveaux.  Physiquement et psychologiquement, la résistance de l’aidant est, tous les jours, mise à l’épreuve. Par ailleurs, les malades de Parkinson ont tendance à déprimer lorsqu’ils sont confrontés aux limitations que leur impose leur maladie. Très angoissés, ils se replient sur eux-mêmes  et refusent de communiquer. Une situation très difficile à vivre pour leur entourage. Plusieurs associations se spécialisent dans l’assistance aux aidants. Elles ont pour but de leur apporter tous les renseignements nécessaires à la prise en charge de ces malades. Néanmoins, au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, les aidants se sentent dépassés.

Des EHPAD spécialisés Parkinson

Heureusement, il existe aujourd’hui des établissements  qui se spécialisent dans l’accueil et le suivi des personnes âgées atteintes de la maladie de Parkinson. Ces maisons de retraite ou EHPAD, spécialisées dans la prise en charge de cette pathologie, offrent toutes des infrastructures adaptées à la prise en charge de ces patients. Tous les jours, les conseillers en gérontologie de Retraite Plus sont sollicités par des familles qui recherchent une maison de retraite Parkinson répondant à leurs exigences. Chaque fois, ses conseillers en gérontologie s’appliquent à rechercher, y compris dans l’urgence, des établissements de qualité capables d’accueillir et de prendre en charge médicalement et socialement des malades atteints de Parkinson. Et ce quel que soit leur état de santé et de dépendance, leur région mais également leur budget.

Pour consulter gratuitement le guide Parkinson de Retraite Plus, cliquez ici.

Connaissez-vous toutes les activités et services pour seniors?

13 novembre 2017

D’après une récente étude scientifique, vivre heureux, c’est avant tout privilégier les rapports sociaux . À l’inverse, la solitude au quotidien serait toxique: les personnes isolées s’avèrent non seulement plus malheureuses, mais leur santé et leurs capacités cognitives déclinent aussi plus vite. Et de fait, d’après les neuroscientifiques, l’expérience de l’isolation sociale active les mêmes zones du cerveau que la douleur physique. C’est donc scientifiquement prouvé ! Adopter un comportement tourné vers l’autre est donc bénéfique à tous les niveaux.

Seniors : échangez et partagez, c’est bon pour le moral!
Voici quelques idées d’activités et de loisirs destinés aux seniors:

Seniors : attention aux troubles liés à l’âge

31 octobre 2017

Troubles inhérents à l’avancée en âge, plusieurs affections comme le glaucome, la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA) ou les acouphènes peuvent affecter la qualité de vie des personnes âgées. Effectuer des bilans de santé réguliers permettent de dépister ces troubles au plus tôt avant que ceux-ci ne deviennent trop handicapants.

Les troubles de la vue chez les seniors

Une diminution de l’acuité visuelle chez une personne âgée ne devra pas être mise sur le compte de la vieillesse. Mieux vaut consulter rapidement un ophtalmologiste. Lui seul pourra procéder à différents examens avant de poser un diagnostic. Il faut savoir qu’un diagnostic précoce, à partir de 50
ans, permet de limiter considérablement les risques de malvoyance. Car certaines pathologies comme la DMLA, peuvent, faute d’avoir été diagnostiquées et prises en charge suffisamment tôt, entraîner des complications notamment pour conduire, lire et écrire.

La perte de l’audition chez les personnes âgées

La presbyacousie désigne une perte de l’audition progressive et liée à l’âge. Elle peut être sérieusement handicapante et il n’est pas toujours facile de prendre immédiatement la mesure de la situation. En effet, la perte de l’audition se faisant souvent de manière insidieuse et lente, il peut être tentant de chercher d’abord à tolérer la gêne. Pourtant dès l’apparition d’un trouble auditif, sa prise en charge doit être immédiate car celui-ci peut engendrer du stress ou une déprime.

Les acouphènes chez les seniors

Il s’agit de bruits parasites qui peuvent perturber sérieusement la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Entendus même en l’absence de source sonore extérieure, les acouphènes
peuvent survenir après une exposition à des bruits intenses (concert, travaux…). Ceux-ci peuvent également apparaître lorsque l’audition commence à baisser avec l’âge ou dans le cas où le sujet est atteint d’une pathologie de l’oreille. Généralement temporaires, les acouphènes doivent tout de même être traités. Dans tous les cas, il est recommandé de s’adresser à un ORL, qui déterminera l’origine de l’acouphène et décidera du traitement le plus adapté.

 

 

 

La situation des aidants : un brûlant sujet de société

25 octobre 2017

D’après les chiffres parus dans le dernier baromètre Opinionway 2017 sur les besoins des aidants familiaux auprès des personnes âgées, la situation des aidants en France est particulièrement préoccupante. Voici un aperçu de ces chiffres alarmants ainsi que des dispositions légales qui pourraient améliorer cette situation.

Les aidants : les chiffres

Les aidants familiaux sont majoritairement (dans 6 cas sur 10) des femmes, âgées en moyenne de 50 à 64 ans, qui doivent veiller régulièrement sur un ou deux de leurs parents à leur domicile. Ils sont aujourd’hui plus de 8 millions à consacrer 6h30 par jour à leurs proches. Dont 4,3 millions à s’occuper spécifiquement de personnes âgées dépendantes.

  • La moitié des aidants vivent avec la personne qu’ils aident.
  • Période moyenne pendant laquelle ils sont aidants : 4.4 ans
  • 26% d’entre eux aident leur proche au moins une fois par jour
  • 47% aident leur proche au moins une fois par semaine.
  • 33 % s’occupent seuls de leur proche en perte d’autonomie.
  • 16 heures par semaine: c’est le nombre d’heures moyen consacré à la responsabilité d’aidant.
  • 3 aidants sur 10 aident leur proche de manière permanente.
  • 17% vivent à leur domicile avec la personne en perte d’autonomie qu’ils accompagnent et hébergent.
    (Selon le dernier baromètre Opinionway)

Les aidés : qui sont-ils?

En général, les aidés sont  des parents proches. En effet 55% des aidants s’occupent de leur mère ou de leur père. 15% s’occupent de leur belle-mère ou beau-père et 10% s’occupent de leur conjoint. Ce qui est préoccupant, c’est que d’après les chiffres recueillis, plus de 7 aidants sur 10 ne bénéficient d’aucune aide professionnelle, soit parce que le proche aidé ne le souhaite pas (30%), soit par manque de moyens financiers (27%). Par ailleurs, il apparaît qu’ils ne sont que 55% à avoir contacté un organisme pour les aider. Pour preuve : 37% d’entre eux se débrouillent entièrement seuls. Pourtant ce ne sont pas les aides ou les structures pouvant leur apporter un soutien matériel, financier ou humain, qui manquent!
Pour en savoir plus sur ces aides, consultez le nouveau guide des aidants de Retraite Plus en cliquant ici.