Remplissez ce formulaire,
une conseillère vous aidera
dans les meilleurs délais !

Avez-vous déjà utilisé l’aide gratuite de Retraite Plus?

20 février 2019

L’aide gratuite de l’organisme Retraite Plus, peut vous être très utile pour élaborer votre budget quant à l’entrée en maison de retraite. Effectivement, l’organisme Retraite Plus vous offre les services de conseillers habilités à vous informer sur toutes les aides financières dont vous pouvez bénéficier pour vous aider à payer les frais d’un hébergement en maison de retraite.

Une aide aux familles en recherche d’EHPAD

Retraite Plus offre un maximum d’information aux familles sur les aides financières possibles, afin qu’elles puissent faire un choix éclairé. Ainsi, cet organisme s’attache à faciliter l’entrée en établissement malgré des situations difficiles : pathologies spécifiques, obtention d’aides publiques, examen de situation de tutelle ou curatelle…

Informer, orienter et conseiller les familles

Les experts en gérontologie mis à la disposition des familles par l’organisme Retraite Plus, sont à l’écoute des familles afin de les conseiller sur tous les détails pratiques comme les impératifs budgétaires et les subventions possibles, le niveau de médicalisation des établissements en adéquation avec le niveau de dépendance de la personne âgée concernée, la composition de l’équipe médicale de la maison de retraite ou bien les animations proposées au sein de l’établissement.

Un service entièrement gratuit

Retraite Plus est un organisme de conseil gratuit destiné aux familles des personnes âgées en recherche d’une solution d’hébergement adaptée à leurs besoins. Par conséquent, aucune participation financière ne vous sera réclamée. Pour profiter de leurs services, il vous suffit de les contacter au : 0800 941 340

L’obligation alimentaire : un devoir d’assistance

24 janvier 2019

En quoi consiste l’obligation alimentaire ? Il s’agit d’une aide matérielle ou financière obligatoire que les enfants et les petits-enfants majeurs et solvables doivent apporter à leurs parents ou grands-parents devenus vulnérables.

Une aide réglementée par la loi

Comme le stipule l’article 205 du code civil: « Les enfants doivent des aliments à leurs père et mère ou autres ascendants qui sont dans le besoin. ». On entend par « aliments » une prestation en nature ou en argent versée à un proche parent ou allié -à savoir avec un lien de parenté résultant du mariage (gendres, belles-filles sauf en cas de divorce).

Défaut de versement de l’obligation alimentaire

Une personne peut être condamnée pour défaut de versement de l’obligation alimentaire. Toutefois, il existe des exceptions. Par exemple un parent qui aurait manqué gravement à ses devoirs se trouverait privé du recours de l’obligation alimentaire de son enfant envers lui. Une dispense sera prononcée si le débiteur se retrouve insolvable ou si l’état de besoin du créancier disparaît. Par ailleurs, cette obligation alimentaire ne s’applique pas entre un frère et une sœur mais peut s’appliquer à un enfant adopté.

L’obligation alimentaire est-elle fixe et définitive ?

Non, son montant peut être revu en fonction de l’amélioration de la situation financière du bénéficiaire, et donc diminué ou au contraire augmenté. L’obligation alimentaire peut également varier en fonction des changements survenus chez les obligés, et leurs éventuelles contraintes à devoir réduire cette aide. En cas de conflits familiaux, c’est au juge des affaires familiales de procéder à la réévaluation de l’obligation alimentaire. Enfin, celle-ci prend fin au décès du bénéficiaire ou du créancier. La famille est alors invitée à déclarer l’aide qu’elle peut apporter, justificatifs à l’appui.

Faire trop de siestes pourrait être un signe d’Alzheimer!

20 janvier 2019

Attention, si vous êtes un adepte de la petite sieste de l’après-midi, sachez que cette habitude n’est pas anodine! Elle peut augmenter vos risques de contracter la maladie d’Alzheimer dans le futur.

Trop de siestes peuvent nuire à votre santé!

Bien sûr, les siestes peut être bénéfiques pour se revigorer, mais seulement à condition  de ne pas en faire trop souvent. En effet, selon une récente étude scientifique, les personnes âgées faisant trop de siestes, pourraient développer la maladie d’Alzheimer. Publiée par le Daily Mail, cette étude explique comment la somnolence diurne peut provoquer l’apparition de troubles neurologiques.

La maladie d’Alzheimer, un trouble neurologique

Cette pathologie qui provoque un changement de personnalité et d’humeur, est un trouble neurologique entraînant petit à petit, la destruction des cellules cérébrales. Ce qui, à la longue, cause le déclin inexorable des capacités de réflexion, du comportement et de la mémoire. On connaissait déjà plusieurs facteurs de risques de cette maladie (hypertension, troubles lipidiques, diabète…), toutefois les chercheurs en ont peut-être identifié un autre: la somnolence diurne.

Une accumulation de la protéine bêta-amyloïde

Selon ces recherches publiées originellement dans la revue scientifique JAMA Neurology, les personnes âgées souffrant de somnolence diurne excessive seraient plus enclines à l’accumulation de la protéine bêta-amyloïde. Cette protéine Tau étant responsable de la formation d’enchevêtrements dans le cerveau, ouvrant la voie à un risque de démence. Pour prouver cette théorie, les chercheurs ont analysé des participants de 70 ans et plus non atteints de démence, afin de mesurer l’impact de la somnolence diurne sur le risque d’un trouble neurologique.

De fait, en mesurant le sommeil des personnes souffrant de somnolence diurne anormale, il serait possible de faire un dépistage précoce de la maladie d’Alzheimer!

 

 

Seniors, 5 conseils pour ne plus être malades en hiver

9 janvier 2019

L’épidémie de grippe est arrivée! Entre les rhumes, les angines et les bronchites, ça ne s’arrête pas! Si vous en avez assez de tomber malade en hiver, suivez les conseils suivants :

  1. Buvez beaucoup !

Les seniors qui veulent se protéger du froid, ont tendance à rester chez eux en hiver. De fait, ils respirent de l’air sec, surtout à l’intérieur des maisons.  De plus, la sensation de soif diminuant avec l’âge, il arrive souvent que les personnes âgées soient déshydratées. Pour contrer ce phénomène, il faut régulièrement,  boire beaucoup d’eau, en petite quantité (entre 1,5 et 2 litres par jour). Pour ceux qui n’aiment pas l’eau, il est possible d’alterner les liquides en en buvant également du thé, des infusions et de la soupe.

2. Utilisez un humidificateur!

Pour lutter contre ce phénomène d’air trop sec dans les maisons fermées, vous pouvez installer un humidificateur d’air couplé à un diffuseur d’huiles essentielles à base d’eucalyptus, de thym ou de benjoin. Vous pouvez vous procurer celles-ci en pharmacie ou dans les magasins spécialisés. Si vous ne voulez pas investir dans un humidificateur, vous pouvez tout simplement déposer des récipients pleins d’eau à côté de vos radiateurs ou chauffages.

3. Prenez des vitamines!

Elles sont très utiles pour résister au froid. La vitamine C, par exemple, permet également de repousser les infections. Vous pouvez acheter ces vitamines en pharmacie mais rien ne vaut la méthode naturelle: les kiwis et les oranges. Ces fruits contiennent beaucoup de vitamine C mais ils ne sont pas les seuls; certains légumes comme le persil, les choux (le brocoli surtout) et le poivron en contiennent aussi. Attention toutefois à ne pas dépasser la dose recommandée, à savoir 110 milligrammes ou 2 oranges par jour pour un adulte.

4. Misez sur les oligoéléments!

Le zinc et le sélénium. Ces deux oligoéléments sont indispensables pour rester en bonne santé pendant l’hiver. En effet, une carence en zinc expose aux infections respiratoires et aux rhumes.  Pour faire le plein de cet oligoélément, vous pouvez consommer des huîtres, des viandes, des poissons, du pain complet, des lentilles ou des légumes verts. Le sélénium et le magnésium peuvent également vous aider à rester en bonne santé en hiver. Vous pouvez trouver ce dernier dans le thon, le foie de veau et les moules cuites à l’eau. Quand au magnésium, il y en a dans les amandes et le chocolat noir.

5. Sortez prendre l’air!

Ce conseil est très simple mais il est important! Il faut absolument profiter de la lumière du soleil, même en hiver. Cela diminue les risques de dépression. De plus, respirer régulièrement de l’air frais et faire de l’exercice, sont des habitudes qui contribuent à avoir une bonne hygiène de vie.

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) bientôt allouée à vie!

3 janvier 2019

C’est une bonne nouvelle pour les personnes atteintes d’un handicap; l’AAH sera prochainement allouée à vie aux bénéficiaires. Effectivement, selon un décret du 24 décembre, l’AAH, la CMI invalidité et l’ACTP seront attribuées sans limitation de durée.

Un engagement du Comité interministériel du handicap

Dans le cadre de réformes diverses engagées par le comité interministériel du handicap, il a été décidé que l’AAH sera donc attribuée sans limitation de durée à « toute personne présentant un taux d’incapacité permanente d’au moins 80 % et dont les limitations d’activité ne sont pas susceptibles d’évolution favorable, compte tenu des données de la science« . Bien entendu, le ministère en charge du handicap devra en fixer les modalités d’application.

L’AAH c’est quoi ?

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) est une allocation de solidarité visant à garantir aux personnes handicapées âgées de plus de 20 ans, un minimum de ressources. Elle s’adresse aussi aux personnes âgées dépassant un certain niveau de handicap. Financée par l’État, elle est attribuée par les CAF ou les Caisses de Mutualité Sociale Agricole, sur décision de la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH), liée aux Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH).

Quelles sont les conditions pour recevoir l’AAH?

Pour bénéficier de cette allocation, les personnes handicapées doivent absolument remplir les critères suivants :
• Être atteint d’un taux d’incapacité permanente supérieur ou égal à 80 %.
• Être atteint d’un taux d’incapacité permanente compris entre 50 et 79% et avec une restriction durable d’accès à l’emploi, reconnue par la CDAPH.
• Disposer de ressources inférieures à : 9 671,81 euros annuels pour une personne seule et 19343,61 euros pour un couple (montants 2016).
• Être âgé de 20 ans au moins.
• Résider en France et être de nationalité française, ou ressortissant d’un autre pays (en situation régulière en France).
• Etre dans l’incapacité de prétendre à une retraite, une pension d’invalidité ou une rente d’accident du travail d’un montant au moins égal à celui de l’AAH, à l’exclusion de la MTP.

Comment mieux prendre soin de nos aînés ?

27 décembre 2018

C’est la question qui a été posée aux français par le ministère des solidarités et de la santé, lors de la consultation citoyenne. Les répondants ont pu donner leur avis et surtout leurs idées d’améliorations futures pour aider les aînés à vivre une fin de vie sereine et heureuse.

La consultation citoyenne

Du 1er octobre au 5 décembre 2018, des milliers de citoyens ont répondu à la question « Comment mieux prendre soin de nos aînés ? » en proposant leurs solutions mais également en votant pour celles des autres. Résultat : 18 300 suggestions, 1,7 million de votes et 7 grandes propositions.

Les 7 propositions approuvées par les Français

– Renforcer le maintien à domicile des personnes âgées
– Améliorer la qualité et l’accueil des personnes âgées en établissements spécialisés
– Mieux accompagner les aidants
– Améliorer les conditions de travail des personnels d’aide et de soin aux personnes âgées
– Réduire le coût de prise en charge de la dépendance en établissements comme à domicile
– Renforcer l’accès à la santé pour les personnes âgées
– Développer des lieux de vie alternatifs ou intergénérationnels innovants

La prochaine étape

Ce qui est prévu, c’est qu’à partir des solutions qui ont été approuvées, les entreprises, associations, citoyens et institutions partenaires puissent se réunir en ateliers spécialisés afin de contribuer ensemble à bâtir le premier grand « Plan d’actions concrètes de la société civile en faveur des aînés ».
A suivre donc,